Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Arthur Schnitzler

Arthur Schnitzler
Né et mort à Vienne, Arthur Schnitzler (1862-1931) était médecin et écrivain. Son œuvre littéraire comporte à la fois des pièces de théâtre, des romans et des nouvelles. C'est l'une de ces nouvelles (parue en 1911) que nous vous proposons de découvrir ici en version bilingue allemand-français. Tr... Voir plus
Né et mort à Vienne, Arthur Schnitzler (1862-1931) était médecin et écrivain. Son œuvre littéraire comporte à la fois des pièces de théâtre, des romans et des nouvelles. C'est l'une de ces nouvelles (parue en 1911) que nous vous proposons de découvrir ici en version bilingue allemand-français. Très représentative de la complexité psychologique que Schnitzler donnait à ses personnages, « l'Assassin » illustre l'intérêt intellectuel et scientifique que portait l'auteur aux débuts de la psychanalyse. Contemporain de Sigmund Freud, qui exerçait lui aussi à Vienne, Schnitzler était d'ailleurs un lecteur assidu des travaux du célèbre neurologue. Ce dernier alla jusqu'à déclarer qu'il voyait en Schnitzler une sorte de « double », préoccupé, comme lui, par l'étude approfondie des méandres de l'esprit humain.

Avis sur cet auteur (3)

  • add_box
    Couverture du livre « Mademoiselle else » de Arthur Schnitzler aux éditions Lgf

    Sabrina SMAIL sur Mademoiselle else de Arthur Schnitzler

    Je me sens encore un peu en colère, alors que j'ai laissé passer quelques jours après cette lecture. J'aime découvrir une histoire et son dénouement par moi-même, mais à peine quelques lignes de la préface lue que j'en connaissais déjà la fin. Cela m'a profondément abîmée dans ma lecture, car...
    Voir plus

    Je me sens encore un peu en colère, alors que j'ai laissé passer quelques jours après cette lecture. J'aime découvrir une histoire et son dénouement par moi-même, mais à peine quelques lignes de la préface lue que j'en connaissais déjà la fin. Cela m'a profondément abîmée dans ma lecture, car j'avais directement un sentiment différent et une attente consciente du dénouement... Et même s'il s'agit d'une réédition, d'un livre écrit il y a plusieurs années, je préfère découvrir un livre par moi-même et m'interroger plus avant si j'en ressens le besoin... Un gout amer et une pointe fâchée encore aujourd'hui. Il m'arrive de me "spoiler", mais cela ne m'est pas imposé...

    Quoi qu'il en soit, l'histoire d'Else est intrigante, fascinante dans un sens. On suit son interrogation permanente sur une situation qu'elle souhaite maîtriser, mais qui finit par lui échapper. Le livre est écrit sous forme d'un monologue continu, mêlant les réflexions de la jeune fille et les tiraillements qu'elle ressent. En voyage avec sa tante et son cousin, elle dépeint ses journées et les pensées profondes concernant les personnes qu'elle côtoie. Else est une jolie jeune fille de la bourgeoisie. Son père est un avocat reconnu, mais qui semble vivre bien au-dessus de ses moyens et ce qu'il gagne ne suffit pas à profiter de ce train de vie actuel.

    C'est un courrier de sa mère qui vient perturber les habitudes vacancières : le besoin de liquidité est tel, que son père risque la prison. Elle lui demande, au nom de son père, de la famille, de pouvoir parler avec une personne qui se trouve dans le même hôtel qu'elle actuellement et qui est déjà venu en aide à son père par le passé : M. Von Dorsday. Ce dernier, d'un âge certain, entend la demande de la jeune fille mais lui demande en retour un petit quelque chose, trois fois rien : pouvoir l'observer à minuit dans une clairière baigné par la lumière de la lune, entièrement nue...

    On suit les interrogations, les paradoxes, les tiraillements d'Else dès la lecture de la lettre de sa mère. Il y a l'envie et le besoin de venir en aide à la famille, puis des interrogations diverses concernant la demande, la réalisation de celle-ci, mais aussi la faisabilité.

    Une telle demande est somme toute indécente, encore plus à cette époque où la nudité est cachée, proscrite voire dangereuse. On s'immisce dans les pensées de cette jeune fille dont l'auteur arrive à nous faire ressentir moult subtilités.

    Arthur Schnitzler dépeint avec brio cette relation au père qu'Else admire et aime, mais en même temps cette colère sourde de se dire que ses parents se doutent bien de la situation dans laquelle ils la placent. L'auteur nous plonge dans ses doutes, ses peurs, ses décisions, ses incertitudes. Elle peut sauver son père, sa famille de la honte, mais en portant en elle l'opprobre et cette part de "vice".

    Le portrait dépeint par Arthur Schnitzler est vraisemblable. Si au début, j'ai été un peu énervée par le ton et les propos d'Else, j'ai été vite rattrapée par le mode "pensées décousu". Il s'agit d'une jeune fille de 19 ans, à une époque où puritanisme, famille, religion sont quasi permanent dans la société. Ses pensées ne sont pas permanentes, ou fluides. Elles sont percutantes, hachées, déstructurées, paradoxales pour certaines. Là où je me suis sentie agacée au début, c'était par ce côté parfois simpliste et/ou fantasmé. Et pourtant, tout l'intérêt est là : être remué par des pensées qui finalement "ne nous appartiennent pas".

    Mon grand bémol est que ce roman/nouvelle va trop vite : suivre les pensées d'Else était par moment laborieux. J'aurais eu besoin et aimé approfondir davantage certains passages. Connaitre un peu le contexte historique de l'époque donne des clefs de compréhension.

    Là où j'ai été conquise, c'est par le côté profondeur de la pensée : cette histoire a dû être à plusieurs points de vue choquante à sa sortie. Comment une jeune fille peut déjà avoir ce genre de pensée sur elle-même alors que sa famille lui demande de l'aider à régler une situation complexe pour sortir le père des risques juridiques qui pèsent sur lui. En me replaçant dans ce contexte, Else me semble forte derrière son sourire sa politesse. Ses choix et sa réflexion autour de la situation sont pertinents.

    En bref : un roman court entrant dans les méandres et les pensées d'une jeune fille tiraillée entre la bienséance et l'envie d'aider sa famille.

  • add_box
    Couverture du livre « Gloire tardive » de Arthur Schnitzler aux éditions Albin Michel

    Corinne Verry sur Gloire tardive de Arthur Schnitzler

    Texte posthume d'Arthur Schnitzler, ce court roman (conçu en fait comme une nouvelle par son auteur en 1894) possède à la fois un charme suranné et une actualité étonnante. Edouard Saxberger, viennois, fonctionnaire déjà agé et bourgeois tranquille, voit sa vie bousculée par l'irruption d'un...
    Voir plus

    Texte posthume d'Arthur Schnitzler, ce court roman (conçu en fait comme une nouvelle par son auteur en 1894) possède à la fois un charme suranné et une actualité étonnante. Edouard Saxberger, viennois, fonctionnaire déjà agé et bourgeois tranquille, voit sa vie bousculée par l'irruption d'un jeune poète membre d'un club de jeunes écrivains prétentieux et soucieux de leur image. Enrolé dans le cercle littéraire de cette petite bande, Saxberger va se surprendre à espérer redémarrer une carrière d'écrivain et de poète, boosté par les compliments admiratifs des jeunes poètes pour son oeuvre passée, un recueil de poèmes intitulé "Les Promenades". Saxberger va déchanter rapidement quand il s'apercevra de la fatuité du cercle des poètes, plus soucieux de publicité et d'éloges journalistiques que de qualité littéraire.Le sujet, traité de façon simple, directe, parfois cruelle, prend un sens moderne par la description très actuelle de l'emprise de l'image, de la communication et du parâitre auprès des cercles culturels. L'époque ne change rien à l'affaire, les mécanismes sont les mêms. Le personnage de Saxberger, touchant par sa naïveté, est pendant bien sûr tenté par le miroir aux alouettes que lui tendent ces jeunes fougueux. Or il représente assez bien le dilemme dans lequel peut se se trouver à un moment un homme entre sa gloire passée et la lucidité sur le temps présent. Le regard de Saxberger sur tout cela évolue au fil du texte avec une nostalgie subtile. Conscient que sa jeunesse est derrière lui, il se résigne sans se leurrer, ni sur sa condition, ni sur ses faiblesses, ni sur celle des autres.
    Une postface passionnante à la fin du texte rétablit la chronolgie de la rédécouverte du texte après la geurre et le contexte de sa création.

  • add_box
    Couverture du livre « Mademoiselle else » de Arthur Schnitzler aux éditions Lgf

    Le Chameau Bleu sur Mademoiselle else de Arthur Schnitzler

    Un classique que j'offrais régulièrement il y a un temps. Une jeune fille coincée dans une époque et un cadre bourgeois viennois doit choisir de sacrifier son intégrité pour épargner son père. L'ouvrage se présente sous la forme d'un long monologue, forme qui est assez moderne pour l'époque,...
    Voir plus

    Un classique que j'offrais régulièrement il y a un temps. Une jeune fille coincée dans une époque et un cadre bourgeois viennois doit choisir de sacrifier son intégrité pour épargner son père. L'ouvrage se présente sous la forme d'un long monologue, forme qui est assez moderne pour l'époque, et dans le fond du fait des propos qui sont rédigés par un homme.
    A lire et relire!

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !