Armistead Maupin

Armistead Maupin
Armistead Maupin est né en 1944. Diplômé de l'université de Caroline du Nord, il sert comme officier de liaison en Méditerranée, puis dans la River Patrol Force au Vietnam. Il retourne en Asie du Sud-Est en tant que civil volontaire pour y construire des logements destinés aux invalides de guerre... Voir plus
Armistead Maupin est né en 1944. Diplômé de l'université de Caroline du Nord, il sert comme officier de liaison en Méditerranée, puis dans la River Patrol Force au Vietnam. Il retourne en Asie du Sud-Est en tant que civil volontaire pour y construire des logements destinés aux invalides de guerre vietnamiens. Maupin est ensuite reporter pour un journal de Charleston avant d'être affecté au bureau de San Francisco de l' Associated Press en 1971. C'est en 1976 que paraissent ses premières Chroniques de San Francisco. Le succès est immédiat. En quelques années, les feuilletons sont rassemblés en livres sur la suggestion de l'éditeur HarperCollins, l'événement local devient un phénomène international, les Chroniques sont traduites dans le monde entier et la BBC lui consacre un film d'une heure, Armistead Maupin is a Man I Dreamt Up. L'adaptation des Chroniques pour la télévision lui apporte la célébrité dans son propre pays et la récompense prestigieuse du Peabody Award. Armistead Maupin a écrit par ailleurs deux romans, Maybe the Moon (Passage du Marais, 1999) et Une voix dans la nuit (Éditions de l'Olivier, 2001).

Avis (26)

  • add_box
    Couverture du livre « Coffret Choniques De San Francisco » de Armistead Maupin aux éditions 10/18

    Catherine Monneraye sur Coffret Choniques De San Francisco de Armistead Maupin

    Lu il y a quelques années déjà, ces chroniques m'ont emmené dans un monde vivant avec son temps, des personnages combattants, libres, paumés, déterminés ... J'ai adoré ces œuvres, relu 2-3 fois..

    Lu il y a quelques années déjà, ces chroniques m'ont emmené dans un monde vivant avec son temps, des personnages combattants, libres, paumés, déterminés ... J'ai adoré ces œuvres, relu 2-3 fois..

  • add_box
    Couverture du livre « Mon autre famille » de Armistead Maupin aux éditions Editions De L'olivier

    Caroline Candille sur Mon autre famille de Armistead Maupin

    Issu d’une famille conservatrice, rien ne disposait Amistead Maupin, à devenir l’un des plus célèbres défenseurs du mouvement gay.
    Comme énormément de gens, j’ai découvert l’univers de San Francisco avec ses chroniques. J’avais une vingtaine d’années, et je n’étais pas très au fait de tout ça,...
    Voir plus

    Issu d’une famille conservatrice, rien ne disposait Amistead Maupin, à devenir l’un des plus célèbres défenseurs du mouvement gay.
    Comme énormément de gens, j’ai découvert l’univers de San Francisco avec ses chroniques. J’avais une vingtaine d’années, et je n’étais pas très au fait de tout ça, on commençait un peu à en parler avec l’apparition du sida, mais plutôt sur le côté dramatique et assez négatif.
    Cette autobiographie nous éclaire sur son parcours, ses difficultés à annoncer à sa famille son orientation. Ses débuts chaotiques de carrière, son engagement dans l’armée au Vietnam.
    Et puis, San Francisco, Harvey Milk, Roch Hudson, et tout ce qui lui a permis un jour d’écrire ses livres avec ses personnages devenus si célèbres.
    C’est très intéressant, touchant, à l’image de ce que j’imaginais de l’auteur. Ses rapports avec ses parents sont la partie vraiment essentielle de ce récit.
    Il m’a donné envie d’aller à San Francisco, avec ses chroniques, avec son autobiographie, il me donne envie de le rencontrer !!

  • add_box
    Couverture du livre « Chroniques de San Francisco ; INTEGRALE VOL.1 ; T.1 A T.3 » de Armistead Maupin aux éditions Editions De L'olivier

    ludiwine bonnefoy sur Chroniques de San Francisco ; INTEGRALE VOL.1 ; T.1 A T.3 de Armistead Maupin

    Cette série de livres existe depuis les années 70 et j’en entend parler depuis presque aussi longtemps. J’ai donc voulu tester le tome 1 pour voir de quoi ça parle.
    Ma première impression c’est que je ne comprends pas l’engouement des gens pour ce roman.
    Il n’y a pas de début, pas de fin, je...
    Voir plus

    Cette série de livres existe depuis les années 70 et j’en entend parler depuis presque aussi longtemps. J’ai donc voulu tester le tome 1 pour voir de quoi ça parle.
    Ma première impression c’est que je ne comprends pas l’engouement des gens pour ce roman.
    Il n’y a pas de début, pas de fin, je dirais même pas d’histoire.
    On suit beaucoup de personnages, tellement que je n’arrivais pas a savoir qui était qui, et je n’ai réussie a m’attacher a aucun !
    Je comprends qu’en fait c’est un peu fait comme un reportage sur les habitants de San Francisco des années 70. Ouai ouai ouai…. Autant je rêvais de voyager dans cette ville depuis des années, autant là, limite je n’ai plus envie !! C’est vous dire à quel point ça n’a pas fait l’effet voulu avec moi…
    En plus il y avait au moins une petite intrigue sur un des personnages, c’est ce qui m’a fait aller jusqu’au bout du livre malgré la douleur et…. Nada, pas de réponses. Je suppose que c’est pour faire comme dans une série télé et que tu lises le tome 2… Même pas en rêve ou plutôt en cauchemar !!!

  • add_box
    Couverture du livre « Chroniques de San Francisco T.9 ; Anna Madrigal » de Armistead Maupin aux éditions Editions De L'olivier

    Sandrine Fernandez sur Chroniques de San Francisco T.9 ; Anna Madrigal de Armistead Maupin

    Anna Madrigal, celle qui fut la logeuse du 28, Barbary lane, a désormais 92 ans et vit avec le jeune Jake qui prend soin d'elle et l'aide au quotidien. Mais même s'il la veille avec ferveur et constance, elle sait bien que son séjour sur terre touche à sa fin. Et, avant de quitter définitivement...
    Voir plus

    Anna Madrigal, celle qui fut la logeuse du 28, Barbary lane, a désormais 92 ans et vit avec le jeune Jake qui prend soin d'elle et l'aide au quotidien. Mais même s'il la veille avec ferveur et constance, elle sait bien que son séjour sur terre touche à sa fin. Et, avant de quitter définitivement ce monde, la vieille dame aimerait faire la paix avec son passé. Brian et sa nouvelle épouse Wren l'embarquent donc direction le Névada et la petite ville de Winnemucca où elle a grandi. A cette époque, elle s'appelait Andy et vivait à la Lune bleue, le bordel tenu par sa mère. Et le voyage ne s'arrête pas là, profitant de la présence de tous leurs amis au Burning Man qui se tient non loin de là, le trio y fait un saut afin de retrouver Jake, Shawna et même le casanier Michaël qui s'est laissé convaincre par son mari de délaisser un temps son confort pour faire la fête dans la poussière du désert.

    Lire ce neuvième et dernier tome des chroniques d'Armistead Maupin, c'est retrouver de vieux amis que l'on connait depuis leurs jeunes années débridées jusqu'à l'apaisement de la vieillesse. Cet opus, consacré à la fameuse Mrs Madrigal, nous en apprend plus sur son passé, quand elle était encore le jeune Andy, évoluant au milieu des prostitués, conscient de sa différence et connaissant ses premiers émois avec le beau Lasko en cachette d'une mère prête à tout pour lui faire épouser une riche jeune fille.
    Voilà pour le côté positif de l'histoire...Pour le reste, ça rame un peu. Les autres personnages sont délaissés, le Burning Man tient une place aussi importante qu'inutile et il n'y a pas vraiment d'intrigue.
    Pour son final, Maupin ne s'est pas foulé et c'est bien dommage. Rien de marquant, rien de grandiose et il faut vraiment être un fan de la série pour être indulgent. Un dixième tome pour rattrapé tout ça, Mister Maupin ?

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !