Armel Job

Armel Job
Armel Job est un écrivain belge de langue française. Après avoir mené une carrière de professeur de latin puis de directeur d'école à l'Institut Notre Dame Séminaire de Bastogne, il se consacre à présent exclusivement à l'écriture. Il a remporté plusieurs prix, dont le prix du jury Giono en 2005 ... Voir plus
Armel Job est un écrivain belge de langue française. Après avoir mené une carrière de professeur de latin puis de directeur d'école à l'Institut Notre Dame Séminaire de Bastogne, il se consacre à présent exclusivement à l'écriture. Il a remporté plusieurs prix, dont le prix du jury Giono en 2005 pour Les Fausses Innocences, et le prix des lycéens en 2011 pour Tu ne jugeras point.

Avis (20)

  • add_box
    Couverture du livre « Une femme que j'aimais » de Armel Job aux éditions Robert Laffont

    Pascale Pay sur Une femme que j'aimais de Armel Job

    Très bon roman malgré quelques faiblesses.
    Claude se rend chaque samedi chez sa tante par alliance, Adrienne, qu'il apprécie beaucoup.
    Un jour, elle souhaite lui confier un secret, mais il refuse de l'entendre, prétextant qu'elle avait encore de nombreuses années à vivre.
    Peu de temps après,...
    Voir plus

    Très bon roman malgré quelques faiblesses.
    Claude se rend chaque samedi chez sa tante par alliance, Adrienne, qu'il apprécie beaucoup.
    Un jour, elle souhaite lui confier un secret, mais il refuse de l'entendre, prétextant qu'elle avait encore de nombreuses années à vivre.
    Peu de temps après, elle décède et Claude regrette de ne pas l'avoir écoutée. Il se met en quête du secret de sa tante.
    De retournement de situation en certitudes brisées, ce roman nous emmène dans une réflexion sur ce que l'on sait vraiment de nos proches, de nos parents et de la part d'ombre avant notre naissance.
    Bien écrit et très agréable à lire.

  • add_box
    Couverture du livre « Tu ne jugeras point » de Armel Job aux éditions Mijade

    Nathalie Chartier sur Tu ne jugeras point de Armel Job

    Malgré les avis positifs à sa sortie, je suis désolée de ne pas avoir été emportée par l'intrigue, les personnages. Prévisible à souhait, personnages qui endossent l'uniforme leur rôle sans surprise. La mère, le juge, l'inspecteur, la grande sœur, le père.... tout ceci n'est pas très original....
    Voir plus

    Malgré les avis positifs à sa sortie, je suis désolée de ne pas avoir été emportée par l'intrigue, les personnages. Prévisible à souhait, personnages qui endossent l'uniforme leur rôle sans surprise. La mère, le juge, l'inspecteur, la grande sœur, le père.... tout ceci n'est pas très original. Un coup de théâtre à l'avant dernière page pour le lecteur qui est arrivé à ce stade.
    A lire entre deux, à l'occasion d'un voyage trop long en train, au bord de la plage....

  • add_box
    Couverture du livre « Tu ne jugeras point » de Armel Job aux éditions Mijade

    Marie-Laure VANIER sur Tu ne jugeras point de Armel Job

    C'est sur les conseils d'une amie belge que j'ai découvert Armel Job, un auteur de romans policiers… Elle en disait tant de bien que je n'ai pas résisté ! Et j'ai bien fait !
    Et moi aussi, je sens que je vais devenir une inconditionnelle de cet auteur.
    Alors, quel est le sujet ?
    Denise...
    Voir plus

    C'est sur les conseils d'une amie belge que j'ai découvert Armel Job, un auteur de romans policiers… Elle en disait tant de bien que je n'ai pas résisté ! Et j'ai bien fait !
    Et moi aussi, je sens que je vais devenir une inconditionnelle de cet auteur.
    Alors, quel est le sujet ?
    Denise Desantis, mère de quatre enfants, se rend ce jour-là chez Madame Maldague pour acheter quelques mouchoirs. Elle laisse sur le trottoir la poussette avec son petit dernier David, treize mois, endormi et pénètre dans le magasin avec son troisième enfant, Antoine. Lorsqu'elle ressort, la poussette est toujours là mais… elle est vide ! C'est la stupeur, elle s'affole, court jusqu'au bout de la rue et demande à la vendeuse d'appeler la police.
    Enlèvement ? Meurtre ? Viol ? Évidemment, le pire vient à l'esprit. ..
    Le juge Conrad se charge de l'affaire, épaulé par deux inspecteurs fédéraux Harzee et Veruik. Mais très vite, certains éléments semblent très étranges : comment peut-on laisser une poussette à l'extérieur d'un magasin et prendre son temps pour faire des emplettes ? Pourquoi n'y a-t-il aucune photo du petit David dans la maison des Desantis alors que les autres enfants sont, eux, photographiés ? Pourquoi retrouve-t-on la cagoule du petit David chez le taxidermiste du coin, un certain Monsieur Gutsman ?
    Enfin, le plus étonnant peut-être : quelle que soit la question qu'on lui pose, Madame Desantis a réponse à tout, comme si elle avait tout prévu, tout calculé ! Qui est, finalement, cette femme écrasée de douleur, une femme sans histoires, une mère a priori irréprochable, exemplaire, qui va souvent prier devant « le Vieux Bon Dieu », un Christ en croix médiéval ? A-t-elle pu tuer son enfant ? C'est l'intime conviction de l'inspecteur Harzee qui se moque des preuves mais encore va-t-il devoir démontrer la véracité de son point de vue !
    Le juge Conrad interroge, émet des hypothèses, organise une reconstitution puis revient sur ses convictions, cherche d'autres preuves. Le doute s'introduit partout. Les témoignages se contredisent, certains même semblent faux. Qui ment, qui dit la vérité ? Cependant, il faut un coupable et vite, car l'opinion publique est unanime : il faut arrêter le MONSTRE !
    Le climat est de plus en plus pesant, étouffant, dans cette petite ville belge située pas loin de Liège.
    Le juge lui-même vit des moments difficiles, sa mère se meurt lentement et elle lui révèle des secrets enfouis qui remontent à la surface.
    Ah que les gens sont complexes, mystérieux, impénétrables… humains, quoi ! Et comme il est difficile de savoir qui est l'Autre, celui que l'on côtoie tous les jours et que l'on croit connaître...
    Tu ne jugeras point est un roman qui met en scène des gens ordinaires, des « petites gens » dans lesquels on peut s'identifier, se reconnaître et c'est précisément cela que j'ai aimé, le fait, finalement, de toucher, à travers eux, à la condition humaine.
    Un bon moment de lecture !

    Lire au lit : http://lireaulit.blogspot.fr/

  • add_box
    Couverture du livre « De regrettables incidents » de Armel Job aux éditions Robert Laffont

    Nadine Trestchenkoff sur De regrettables incidents de Armel Job

    Quelle déception!! Moi qui ai adoré ses autres livres! Lui qui a eu l'art de brosser le portrait de petites gens de la Belgique contemporaine ... Ici je n'ai cru en rien. Personnages fantoches, une intrigue à peine sauvée par la fin plus astucieuse. Et pourtant le cadre d'une troupe de théâtre...
    Voir plus

    Quelle déception!! Moi qui ai adoré ses autres livres! Lui qui a eu l'art de brosser le portrait de petites gens de la Belgique contemporaine ... Ici je n'ai cru en rien. Personnages fantoches, une intrigue à peine sauvée par la fin plus astucieuse. Et pourtant le cadre d'une troupe de théâtre amateur était prometteur...

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !