Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Antoine Wauters

Antoine Wauters

Antoine Wauters est né à Liège en 1981. Il a publié trois livres chez Cheyne éditeur. Il travaille comme scénariste pour le cinéma.

Articles en lien avec Antoine Wauters (1)

Avis sur cet auteur (15)

  • add_box
    Couverture du livre « Pense aux pierres sous tes pas » de Antoine Wauters aux éditions Verdier

    Claudia Charrier sur Pense aux pierres sous tes pas de Antoine Wauters

    La lecture de la quatrième couverture m'avait interpellée et je souhaitais vivement lire ce roman depuis sa parution...dont j'en attendais beaucoup.

    L'histoire, d'une sœur et d'un frère jumeau séparés contre leur gré, me donnait déjà des frissons...

    Etant jumelle aussi d'un frère, c'est...
    Voir plus

    La lecture de la quatrième couverture m'avait interpellée et je souhaitais vivement lire ce roman depuis sa parution...dont j'en attendais beaucoup.

    L'histoire, d'une sœur et d'un frère jumeau séparés contre leur gré, me donnait déjà des frissons...

    Etant jumelle aussi d'un frère, c'est l'un de mes sujets de prédilection (avec celui de la maternité) qui me touche beaucoup et m'intéresse passionnément en littérature.

    Voici mon ressenti...


    En refermant ce roman, une fois la lecture terminée, je suis restée perplexe, essayant de mettre mes idées au clair.
    N'arrivant pas à savoir si j'avais aimé cette histoire si troublante, je me suis laissée un peu de temps pour réfléchir.
    Rarement, j'ai été aussi désarçonnée par une lecture !

    Je m’explique.

    C'est un texte incroyablement puissant.
    C'est un texte dérangeant.
    C'est un texte qui m'a chamboulée.
    C'est un texte qui m'a parfois rebutée.

    J'ai même été parfois choquée par ce que je lisais.
    J'ai eu dû mal à comprendre, j'ai eu dû mal à me détacher du fait que ce n'est pas une réalité mais une fiction...
    Un amour absolu Ô oui ! je confirme... Mais à aucun moment, cela ne peut être un amour absolu CHARNEL !
    Et c'est sur ce point là, que j'ai bloqué !
    Une lecture difficile par moment, parce que je SAIS ce qu'est un amour absolu envers son jumeau, qu'il est vraiment compliqué de faire la part des choses.
    Je n'arrive pas à oublier l'histoire,
    Je n'arrive pas à me la sortir de la tête.

    Une histoire redoutable et d'une pertinence absolue, un conte diabolique !

    L'écriture est incroyable, magnifique malgré sa noirceur qui en fait aussi sa beauté.

    L'univers est captivant et addictif. J'ai été (presque malgré moi) emportée par ce récit percutant et atypique sans pouvoir m'en détacher.

    C'est toute la violence, le désespoir, la perversité, l'horreur mais aussi l'espoir que j'ai ressenti, qui m'auront touchée irrémédiablement.

    Une dystopie hallucinante qu'il est bien compliqué de vous la faire partager.

    ALORS, est-ce une lecture faite pour moi ? J'irai même jusqu'à dire, pour Nous, les lecteurs jumeaux ?

    Je ne le sais toujours pas...

    Mais ce qui est sûr...c'est que je retiendrai longtemps cette histoire en mémoire.

    Pense aux pierres sous tes pas est un grand roman sans aucun doute !

    Et je lirai prochainement Nos mères, autre roman de l'auteur pour continuer à découvrir son univers si étonnant.
    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2019/05/pense-aux-pierres-sous-tes-pas.html

  • add_box
    Couverture du livre « Pense aux pierres sous tes pas » de Antoine Wauters aux éditions Verdier

    Nathalie Palayret sur Pense aux pierres sous tes pas de Antoine Wauters

    Un livre inattendu, bien loin de ce qu'on peut lire ici ou là. Une écriture poétique, tenue de bout en bout.

    Un livre inattendu, bien loin de ce qu'on peut lire ici ou là. Une écriture poétique, tenue de bout en bout.

  • add_box
    Couverture du livre « Pense aux pierres sous tes pas » de Antoine Wauters aux éditions Verdier

    Anne-Marie Lemoigne sur Pense aux pierres sous tes pas de Antoine Wauters

    Si, dès l'ouverture du roman , je me suis sentie saisie par l'atmosphère familiale étrange, violente et oppressante et par le sort de deux enfants Marcio et Leonora , jumeaux vivant une relation fusionnelle puis cruellement séparés, je me suis trouvée ensuite quelque peu déçue.
    Le récit de...
    Voir plus

    Si, dès l'ouverture du roman , je me suis sentie saisie par l'atmosphère familiale étrange, violente et oppressante et par le sort de deux enfants Marcio et Leonora , jumeaux vivant une relation fusionnelle puis cruellement séparés, je me suis trouvée ensuite quelque peu déçue.
    Le récit de l'intime s'est trouvé noyé dans celui des changements politiques, de la vie dans une société nouvelle .

    Deux dictateurs se sont succédé, ont imposé des modes de vie différents au pays ( un pays indéterminé ) fortement marqué par la ruralité .
    Nos personnages censés contribuer au bien-être collectif par un travail de la terre contraint et épuisant sont privés de la richesse et du bien-être des citadins auxquels pourtant ils contribuent . Le passage à la surconsommation capitaliste leur étant impossible, ils choisissent celui de la décroissance et le chemin de l'exode, ayant à leur tête Mama Luna , une créature charismatique, qui telle Moïse avec les Hébreux, emmène ces exclus vers une terre promise, un ailleurs plus hospitalier où, en autarcie, ils créeront une micro-société plus harmonieuse .

    Aux thèmes déjà lourds de la gémellité , de l'identité sexuelle, de la résilience, dont sont porteurs les deux protagonistes, s'ajoutent d' ambitieux thèmes politiques et sociétaux .
    Et cela, dans un roman plutôt court - 192 pages- qui se présente comme dystopie, conte philosophique, roman d'initiation, projet de société et qui touche aussi , par moments à l'ouvrage de développement personnel.

    C'est trop pour moi !

  • add_box
    Couverture du livre « Pense aux pierres sous tes pas » de Antoine Wauters aux éditions Verdier

    Yv Pol sur Pense aux pierres sous tes pas de Antoine Wauters

    Quel texte ! Sur un thème qu'on pourrait aborder de manière triviale et lourde, Antoine Wauters préfère la beauté et la poésie. Et puis rassurez-vous l'inceste, jamais nommé comme tel, n'est pas de toutes les pages, n'est surtout pas décrit et érigé en sujet majeur du livre. Icelui est plutôt...
    Voir plus

    Quel texte ! Sur un thème qu'on pourrait aborder de manière triviale et lourde, Antoine Wauters préfère la beauté et la poésie. Et puis rassurez-vous l'inceste, jamais nommé comme tel, n'est pas de toutes les pages, n'est surtout pas décrit et érigé en sujet majeur du livre. Icelui est plutôt centré sur l'amour bien sûr, l'amour fou, la conquête de la liberté et la manière de se construire lorsque la chance ne fut pas au rendez-vous du début de la vie. Bien sûr l'amour physique entre un frère et une sœur -fussent-ils jumeaux- est dérageant ; bien sûr Antoine Wauters le sait ; bien sûr il sait qu'il va gêner des lecteurs et des critiques qui ne l'auront pas lu. Mais à travers cet amour, il aborde d'autres thèmes forts et d'une manière qui m'a bluffé : comment peut-on se libérer de son enfance, surtout lorsqu'on y a subi des violences ? Comment se construire après les coups, les brimades ? Quelle image garder des parents violents que l'on aime malgré tout, qui sont sans doute eux-mêmes malheureux de se comporter ainsi ?

    "En tant qu'enfant, vous ne mesurez jamais à quel point votre vie peut être sinistre. C'est toujours après coup, plus tard, quand vous vous retournez sur votre passé pour en recomposer l'histoire, que tout ça vous éclate à la tronche. Jusque-là, malgré toutes les horreurs que vous traversez, la violence est votre ligne d'horizon, comme la souffrance et le malheur et les coups de livraxiu [nerf de bœuf local] que vous recevez en cascade ; et à aucun moment (ou presque) vous n'imaginez que votre vie puisse être différente. Vous manquez tout bonnement de point de comparaison pour pouvoir juger autrement." (p.69)

    Le texte est magnifique, la langue belle et directe en même temps qu'elle peut prendre des détours pour raconter. C'est Léonora qui raconte parfois coupée par Marcio et des interludes, l'auteur intervenant dans les notes de bas de pages. C'est d'une justesse incroyable et d'une tendresse pour tous les personnages palpable dès le début, même les plus abîmés d'entre eux, même ceux ayant recours à la violence. Pas de jugement de l'auteur, le lecteur peut en poser s'il le souhaite, ce n'est pas ce que j'ai fait.

    Le roman parle aussi de la vie dans une dictature, des moyens de recouvrer la liberté, de la société de consommation nous poussant toujours à vouloir plus pour atteindre le bonheur, comme s'il était atteignable par la possession. Je découvre avec ce roman Antoine Wauters, jeune romancier déjà très affûté, au texte d'une force rare, qui semble parfois partir dans pas mal de directions, mais qui maîtrise totalement son sujet et nous ramène tranquillement dans ses filets dans lesquels je serais volontiers resté un peu plus longtemps.

    Rentrée littéraire qui s'annonce très bonne chez Verdier ; le contraire m'eut étonné.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !