Anonyme

Anonyme

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (126)

  • Couverture du livre « Le livre sans nom » de Anonyme aux éditions Lgf

    Sandrine Fernandez sur Le livre sans nom de Anonyme

    Ne cherchez pas des informations sur Santa Mondega, il n'y en a pas ! Ne cherchez même pas la ville sur une carte, elle n'existe pas ! Pour le reste du monde Santa Mondega est un lieu maudit dont on ne parle pas, auquel on évite de penser. Pourtant, il s'en passe des choses à Santa Mondega !...
    Voir plus

    Ne cherchez pas des informations sur Santa Mondega, il n'y en a pas ! Ne cherchez même pas la ville sur une carte, elle n'existe pas ! Pour le reste du monde Santa Mondega est un lieu maudit dont on ne parle pas, auquel on évite de penser. Pourtant, il s'en passe des choses à Santa Mondega ! Outre les viols, vols, passages à tabac et meurtres courants, la ville a connu un véritable bain de sang, il y a cinq ans de cela, lorsque le Bourbon Kid a décimé une bonne partie de la population, juste parce qu'il ne tient pas l'alcool. Sanchez, le patron du mal famé Tapioca, pourrait en témoigner s'il parlait à la police. Mais il se tait et garde en mémoire la voix rocailleuse et la dégaine effrayante du tueur. Et aussi Jessica, la bombasse qu'il a sauvée de la rage du Kid et qui depuis est plongée dans le coma. De vieux souvenirs ravivés par des signes qui ne trompent pas : deux moines viennent d'arriver en ville, une éclipse solaire est annoncée, des morts violentes ont lieu. Pas de doute, le Bourbon Kid est en ville. Il veut récupérer l'Oeil de lune, une précieuse pierre bleu, objet de toutes les convoitises et sans doute achever Jessica, miraculeusement sortie du coma mais malheureusement amnésique. La tension monte, la population se prépare au pire mais pour une fois, le gouvernement a décidé d'intervenir. Un agent spécialiste du surnaturel a été dépêché en ville. Il va faire équipe avec un vieux flic mis sous la touche et obsédé par le Bourbon Kid. Pourront-ils empêcher le massacre annoncé ?

    Dans Le livre sans nom, on trouve tout et n'importe quoi. En vrac, dans le désordre, et sûrement avec des oublis : des tueurs à gages, des chasseurs de primes dont un envoyé par Dieu himself, des zombies, des loups-garous, des vampires, un sosie d'Elvis, un couple d'amoureux, des moines naïfs mais doués pour les arts martiaux, des flics, incompétents pour la plupart, une amnésique aussi sexy qu'indestructible, une pierre précieuse, une valise grosse de 100000 dollars mais aussi des flingues comme s'il en pleuvait, des litres et des litres de sang et des noms d'oiseaux qui fusent. Ce melting-pot foisonnant, qu'il faut prendre au minimum au troisième degré, donne un roman qui tient du western, du polar, de la fantasy, de gore, etc. et surtout qui vaut le détour pour sa grosse dose d'humour, d'absurde, de surenchère dans la violence et la vulgarité. Mélange de Il était une fois dans l'Ouest, Men in black et autres films cultes, Le livre sans nom fait du bien parce qu'on rit, on jubile, on ne réfléchit plus, on se laisse porter par les évènements sans se prendre la tête. Vivement la suite !

  • Couverture du livre « Le livre sans nom » de Anonyme aux éditions Lgf

    Christelle Point sur Le livre sans nom de Anonyme

    Horriblement difficile à résumer, « Le Livre sans Nom » (oui, c’est son titre et son auteur est anonyme, un coup marketing assez classique mais qui marche bien) est à la littérature noire ce que Tarantino est au cinéma. Une petite ville jamais précisément située voit s’affronter toute sorte de...
    Voir plus

    Horriblement difficile à résumer, « Le Livre sans Nom » (oui, c’est son titre et son auteur est anonyme, un coup marketing assez classique mais qui marche bien) est à la littérature noire ce que Tarantino est au cinéma. Une petite ville jamais précisément située voit s’affronter toute sorte de Bad boys et de vilaines filles auteur d’une pierre précieuse et sacrée, qui aurait le pouvoir d’arrêter la rotation de la lune : des moines adeptes des arts martiaux, des chasseurs de primes sosies d’Elvis, des malfrats improbables, des flics fans de cinéma, tout ce petit monde s’affrontent et s’entretuent. Et puis il ya la terreur suprême : un tueur mythique qui a déjà fait des ravages il y a cinq ans et qui vient de revenir en ville, le « Bourbon Kid », une sorte de croquemitaine qui flingue tout ce qui bouge ! En plus d’une violence omniprésente, un peu de surnaturel s’invite au milieu du récit en nous laissant un peu interloqué. Bref, « Le livre sans nom » a fait son succès de cette violence stylisée, de cette intrigue à tiroir (avec rebondissement final inclus) et, aussi du fait qu’il y a dans l’intrigue un livre « sans nom » (peut-être celui là même que vous êtes en train de lire ?) qui porte malheur à tous ceux qui l’ont ouvert un jour. C’est du roman noir à la limite de la caricature (si on est méchant), ou de la parodie (si on est gentil) pas évident à suivre à cause du nombre de personnages et d’une construction un peu décalée. Certains événements sont relatés plusieurs fois selon les points de vue différents, il y a donc un effort à faire pour garder la chronologie des évènements en tête. Mais si l’on s’accroche un peu on va au bout facilement de ce livre sans titre, même si aucun personnage n’est réellement central ou attachant, on finit par se demander comment cela va finir. Et la fin, avec un rebondissement final assez bien vu et qui fonctionne, arrive plus vite qu’on ne l’avait imaginé, au regard de la difficulté qu’on a eu à entrer dans l’intrigue lors des premiers chapitres. Il s’agit du premier volume d’une saga, à laquelle personnellement je ne suis pas certaine d’adhérer. Moi, j’aime quand les choses sont un minimum crédible et là, en vérité, tout est tellement surjoué, exagéré, outrancier qu’on ne croit à rien. A la limite, je classerai ce livre dans la catégorie « fantastique », cela lui conviendrait mieux que de le ranger au rayon « polar ».

  • Couverture du livre « L'herbe bleue » de Anonyme aux éditions Pocket Jeunesse

    red_inblue sur L'herbe bleue de Anonyme

    Hello, aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un livre qui me tient très à cœur.

    Depuis ce début d’année 2018, j’ai découvert un genre de livre très captivant. Ce sont des romans poignants, des témoignages. Je ne m’en lasse pas d’en lire, car ils représentent une part de réalité dans ce...
    Voir plus

    Hello, aujourd’hui j’aimerais vous parler d’un livre qui me tient très à cœur.

    Depuis ce début d’année 2018, j’ai découvert un genre de livre très captivant. Ce sont des romans poignants, des témoignages. Je ne m’en lasse pas d’en lire, car ils représentent une part de réalité dans ce monde.

    Mais celui dont je voudrais vous présenter aborde un fléau constant malheureusement encore d’actualité : la drogue.

    L’herbe bleue, publié anonymement, retrace l’histoire d’une jeune fille de 15 ans qui découvre malgré elle la drogue.

    Très réaliste, ce roman (témoignage) fait part des méfaits de la drogue chez les jeunes. Cependant, c’est juste un journal intime qui raconte la vie d’une adolescente torturée, « addict à la drogue », dans ses « good trips » et « bad trips ». Ce livre ne conseille donc pas aux adolescents comment arrêter la drogue ni comment s’en soigner et en parler.

    Résumé: C’est l’histoire d’une jeune fille de 15 ans qui, petit à petit, va sombrer dans la drogue, une terrible addiction.

    Tout commence lorsqu’elle déménage avec sa famille dans un autre état. Elle laissera sa maison, ses repères et sa seule véritable amie Beth, de « son ancienne vie ».

    S’ensuit une nouvelle vie, avec une plus jolie maison et un meilleur poste pour son père, professeur dans une université. Mais question d’adaptation, elle a du mal à s’intégrer socialement au lycée. Difficile de se faire des amis quand on se sent mal dans sa peau.

    Au bout d’un certain temps d’intégration, elle se fait inviter à une fête par une fille plus âgée. Prenant cela comme une opportunité, elle décide d’y aller alors qu’elle ne connaît que très peu de personnes. A son insu, elle découvre qu’au cours de la soirée, on lui a mis dans son verre de coca du L.S.D. Elle se promettra de ne plus y toucher, malgré des sensations extraordinaires. Mais bientôt, le désir incontrôlable de retoucher à la drogue la rattrape.

    Elle sombre alors dans l’enfer de la dépendance, et sa vie n’est plus qu’un mélange d’angoisse, de détresse et de peine. Elle se sent perdue, elle ne sait plus qui elle est.

    Sa vie aura bientôt pris un affreux goût de malheur, de tristesse.

    Tout va basculer.

    Oui, elle ne sait pas ce qui l’attend, et c’est quelque chose de bien pire que la drogue…

    Mon avis personnel:

    Ce livre fut pour moi un vrai coup de cœur. Il m’a beaucoup marquée.

    Très sensible, j’ai été choquée de découvrir qu’on pouvait prendre de la drogue à un si jeune âge (j’ai le même âge!). De plus, j’étais triste pour cette fille, qui en plus d’être mal dans sa peau, n’avait pas été avertie des méfaits de la drogue. Elle n’avait personne pour la soutenir, sauf un journal intime où elle pouvait écrire ses pensées et dire ce qui lui arrivait.

    J’ai vraiment adoré lire ce fait vécu, car d’une part, il était tellement captivant que je ne voulais pas qu’il se termine. Mais à certains moments, je trouvais que la fille s’exprimait vraiment bizarrement car elle disait des choses sans queue ni tête. C’était certainement dû aux effets de la drogue.

    Dans tous les cas, je le conseille grandement auprès des adolescents non sensibles. Car ce témoignage est poignant, bouleversant et contient une certaine part d’émotions fortes.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !