Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Anne Percin

Anne Percin
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fan... Voir plus
Née en 1970 à Epinal, Anne Percin vit en Saône-et-Loire où elle partage sa vie entre l'enseignement et l'écriture pour les jeunes et les adultes. Elle est notamment l'auteur à succès de la série pour adolescents Comment (bien) rater ses vacances. En adulte, elle a publié dans la brune Bonheur fantôme (2009) et Le Premier été (2011), à paraître en Babel en août, et adapté sur France 3 (diffusion ce printemps).

Avis sur cet auteur (51)

  • add_box
    Couverture du livre « Comment devenir une rock star (ou pas) » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Rebecca Sorriaux sur Comment devenir une rock star (ou pas) de Anne Percin

    Ce dernier tome clôture à merveille cette trilogie, il est encore plus délirant que les deux premiers tomes. Bien qu’on ait deviné certaines choses depuis le début, on ne s’ennuie pas un seul instant, car l’auteure mène l’intrigue avec brio tout en nous faisant mourir de rire.
    Maxime Mainard...
    Voir plus

    Ce dernier tome clôture à merveille cette trilogie, il est encore plus délirant que les deux premiers tomes. Bien qu’on ait deviné certaines choses depuis le début, on ne s’ennuie pas un seul instant, car l’auteure mène l’intrigue avec brio tout en nous faisant mourir de rire.
    Maxime Mainard est toujours aussi drôle et se remet beaucoup en question dans ce tome-ci. Il commence à réellement s’affirmer et à avancer vers son avenir.
    Ce roman est parfait pour finir la trilogie, car il la termine en douceur et en rires.
    Bilan de la trilogie : C’est une trilogie vraiment géniale qui nous fait suivre la vie de Maxime Mainard sans pourtant devenir lassante, car il lui arrive toujours quelque chose. Bref, je vous conseille de la lire.

  • add_box
    Couverture du livre « Comment bien rater ses vacances » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Rebecca Sorriaux sur Comment bien rater ses vacances de Anne Percin

    Un roman bourré d’humour, un personnage plein d’autodérision qui se met dans des situations loufoques… Que demander de plus ?
    Anne Percin a réussi d’une main de maître à rendre des choses tragiques en situations comiques sans que cela soit choquant ou étonnant.
    Maxime Mainard est le personnage...
    Voir plus

    Un roman bourré d’humour, un personnage plein d’autodérision qui se met dans des situations loufoques… Que demander de plus ?
    Anne Percin a réussi d’une main de maître à rendre des choses tragiques en situations comiques sans que cela soit choquant ou étonnant.
    Maxime Mainard est le personnage qu’on suit, et je l’ai adoré tout de suite ! Il est vraiment drôle, et même si au départ il se prend peut-être trop au sérieux, plus on avance dans l’histoire plus il évolue à ce niveau et s’ouvre aux nouvelles expériences, comme le prouvent ses tentatives culinaires …
    Ce roman a tout pour plaire et est le premier tome d’une trilogie dans laquelle je vais continuer de me plonger volontiers.

  • add_box
    Couverture du livre « Comment (bien) gérer sa love story » de Anne Percin aux éditions Rouergue

    Rebecca Sorriaux sur Comment (bien) gérer sa love story de Anne Percin

    La suite des aventures de Maxime Mainard est toujours aussi drôle que le premier tome.
    Sauf qu’ici, on le retrouve au lycée et aux prises avec son histoire avec Natacha (Pika). On peut comprendre qu’il ait du mal à gérer un peu, car lui et Natacha ont des goûts radicalement opposés. De plus,...
    Voir plus

    La suite des aventures de Maxime Mainard est toujours aussi drôle que le premier tome.
    Sauf qu’ici, on le retrouve au lycée et aux prises avec son histoire avec Natacha (Pika). On peut comprendre qu’il ait du mal à gérer un peu, car lui et Natacha ont des goûts radicalement opposés. De plus, cette dernière est jalouse d’Alexandra, la meilleure amie de Maxime, qu’elle rencontrera lors de la mémorable fête d’anniversaire de ce dernier… Enfin, je vous laisse deviner ce qui va se dérouler au cours de cet évènement. Pour Maxime Mainard, la vie devient une perpétuelle épreuve de jonglage : entre ses parents qui lui demandent de s’investir dans leur vie de famille, sa petite sœur et Natacha qui lui en demandent de plus en plus, le lycée, les amis et sa maladresse mondialement reconnue, comment faire pour s’en sortir ?
    J’ai adoré ce livre qui a réussi à être encore plus drôle que le premier ! Je puis dorénavant vous l’avouer : je suis tombée amoureuse de la plume d’Anne Percin. De plus en ce temps de rentrée, on a tous bien besoin de rire, ne croyez-vous pas ?

  • add_box
    Couverture du livre « Les singuliers » de Anne Percin aux éditions Actes Sud

    Marie-Hélène Sauvage de INTERLIGNES sur Les singuliers de Anne Percin

    Pont-Aven, été 1888. Le village attire les peintres de l'avant-garde et leurs écoles, refusant l'académisme. Hugo Bloch ne fait pas exception, besoin de s'éloigner de la capitale où il étudie la peinture mais où il vient de rater l'entrée aux Beaux-Arts, de sa Belgique natale où ses parents, son...
    Voir plus

    Pont-Aven, été 1888. Le village attire les peintres de l'avant-garde et leurs écoles, refusant l'académisme. Hugo Bloch ne fait pas exception, besoin de s'éloigner de la capitale où il étudie la peinture mais où il vient de rater l'entrée aux Beaux-Arts, de sa Belgique natale où ses parents, son père en particulier, menacent de lui couper les vivres s'il continue dans une voie à leur sens incertaine. C'est au fil de ses lettres à sa cousine qu'il décrit ce qu'il saisit de l'époque, du lieu, de l'art, de ses états d'âme. Il s'installe chez Marie Gloanec qui tient une pension où chaque année s'établissent ceux qui déjà marquent l'histoire de l'art. Gauguin s'y fait chef de groupe, il entretient une correspondance avec les Van Gogh. Théo tient la galerie où exposent parfois certains d'entre eux ; Vincent est en convalescence. Hugo s'intéresse à la photographie, non encore reconnue, décidé à rester sur place, il pratique ce nouvel art auprès des gens du cru, de leurs attentes, il côtoie la mort et la solitude. Ce sont deux années qu'il passera à Pont-Aven, s'y cherchant, donnant sens à son existence.