Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Anne Fine

Anne Fine

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (18)

  • add_box
    Couverture du livre « Journal d'un chat assassin » de Anne Fine et Veronique Deiss aux éditions Ecole Des Loisirs

    Asmée sur Journal d'un chat assassin de Anne Fine - Veronique Deiss

    Un bonbon tendre aux griffes acérées, une pépite d'humour !
    Simple et pourtant très efficace ! A lire et relire avec plaisir !

    Un bonbon tendre aux griffes acérées, une pépite d'humour !
    Simple et pourtant très efficace ! A lire et relire avec plaisir !

  • add_box
    Couverture du livre « Journal d'un chat assassin » de Anne Fine et Veronique Deiss aux éditions Ecole Des Loisirs

    Eifer84 sur Journal d'un chat assassin de Anne Fine - Veronique Deiss

    Je reviens aujourd’hui pour vous parler de Tuffy. Tuffy c’est le chat d’Ellie et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a le sens de l’humour… mais ce dernier n’est pas forcément partagé par sa maîtresse et ses parents.

    C’était bien trop court ! J’ai adoré cet humour et cette semaine passée...
    Voir plus

    Je reviens aujourd’hui pour vous parler de Tuffy. Tuffy c’est le chat d’Ellie et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il a le sens de l’humour… mais ce dernier n’est pas forcément partagé par sa maîtresse et ses parents.

    C’était bien trop court ! J’ai adoré cet humour et cette semaine passée aux côtés de Tuffy, notre chat assassin. C’est drôle. Très drôle. Il a un côté humour noir et british à la fois ce chat. C’est donc assez particulier. Mais j’adore !

    Dans ce journal qui nous mène du lundi au samedi, Tuffy va ramener 1 puis 2 puis 3 animaux morts à ses propriétaires. Ce qui va lui valoir quelques ennuis car ces derniers n’apprécient pas exactement de la même manière les actes de notre narrateur…

    Je pense poursuivre ma découverte de cette série (beaucoup d’aventures de Tuffy sont sorties) notamment avec le fantôme du chat assassin dont la 4è de couverture m’a complètement conquise !

  • add_box
    Couverture du livre « Blood family » de Anne Fine aux éditions Ecole Des Loisirs

    Marie Kacher sur Blood family de Anne Fine

    Il y a quelques semaines, j’évoquais avec une amie lectrice ce qui est probablement la plus grande contradiction de mon existence : je suis hypersensible – et ça me complique considérablement la vie, car c’est jugé inacceptable dans notre société de pleurer « pour un rien » à bientôt...
    Voir plus

    Il y a quelques semaines, j’évoquais avec une amie lectrice ce qui est probablement la plus grande contradiction de mon existence : je suis hypersensible – et ça me complique considérablement la vie, car c’est jugé inacceptable dans notre société de pleurer « pour un rien » à bientôt vingt-quatre ans … bonjour la tolérance – mais je n’hésite pas pour autant à me plonger dans des livres jugés « difficiles ». Bien sûr, il y a certaines limites que je ne peux pas dépasser – ce qui m’oblige parfois à refuser telle ou telle proposition de service presse, car je sens que le livre en question me perturbera beaucoup trop –, mais cela ne me fait pas particulièrement « peur » d’ouvrir un thriller, un policier ou un drame de temps en temps. Au fil des années, j’ai appris à garder suffisamment de distance avec l’histoire relatée pour la savourer sans qu’elle ne me dévore. J’en suis vraiment soulagée, car cela me permet de me plonger dans des récits qui m’intriguent et m’attirent même si ceux-ci abordent des thématiques très difficiles …

    Les premières années de sa vie, Eddie les a passées recroquevillé dans un coin du salon, s’efforçant de se faire le plus petit possible tandis qu’Harris, alcoolique et tyrannique, s’acharnait sur sa mère. Son seul lien avec le monde extérieur, ce sont des cassettes vidéos sur lesquelles sont enregistrées de vieilles émissions, dans lesquelles Mr Perkins emmènent ses petits téléspectateurs à la découverte d’une caserne de pompiers, d’une ferme, d’une pizzeria, tout en leur rappelant qu’il faut toujours mettre de la crème solaire en été et qu’il faut bien se laver les dents tous les jours … Le petit garçon a sept ans lorsque la police et les services sociaux défoncent la porte, mettant fin à son interminable calvaire. D’abord placé dans une famille d’accueil aimante, puis adoptée par une famille bienveillante, le petit Eddie s’en sort étonnamment bien pour un enfant séquestré et maltraité … Jusqu’au jour où une simple sortie scolaire vient remettre en question l’équilibre précaire de sa santé mentale …

    Si je devais résumer en deux mots ce roman, je n’hésiterai pas bien longtemps : simplicité et dureté. Les premières pages donnent immédiatement le ton du récit : c’est incisif, brut, tranchant. Tout commence par l’irruption fracassante d’une unité de police dans un appartement saccagé, dévasté, ravagé : ils y trouvent une femme couverte d’hématomes qui semble ne même pas se rendre compte de leur présence, et un petit garçon vêtu de haillons qui se terre dans son coin. Il y a cette urgence qui vous prend aux tripes : il faut les sortir d’ici, immédiatement, avant que l’homme responsable de cette horreur revienne. En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, la mère et le fils sont exfiltrés de ce logement insalubre et conduits à l’hôpital. C’est ainsi que débute la nouvelle vie d’Eddie … Mais ne nous faisons pas d’illusions : la vie n’est pas un conte de fée, et contrairement à ce qu’on aimerait espérer, un peu d’amour et de douceur ne suffiront pas à effacer ces traumatismes infantiles. Et même si, dans un premier temps, notre brave et sensible petit Edward semble bien remonter la pente, on pressent que le passé va brutalement ressurgir un jour ou l’autre. Pour le pire plus que pour le meilleur …

    A travers l’histoire d’Eddie, c’est le parcours de vie de centaines d’enfants placés et adoptés que nous invite à suivre l’autrice. Car irrémédiablement, une même question finit par surgir, parfois insidieusement, parfois violemment. Est-il véritablement possible de faire table rase de son passé, de son enfance, de sa famille biologique ? Peut-on véritablement se construire sereinement quand nos racines sont branlantes ? Et c’est alors que le titre du livre prend tout son sens : les liens du sang seraient-ils plus forts que ceux du cœur ? Une implacable malédiction se cache-t-elle dans nos veines, nous condamnant à marcher dans les traces de nos géniteurs bien malgré nous ? Alors qu’il grandit, Eddie est de plus en plus hanté par la crainte de ressembler un jour à son bourreau … Mais le plus terrible, finalement, c’est que c’est pour oublier cette peur que le jeune homme va progressivement sombrer dans les mêmes travers que cet homme qu’il craint et hait tant. Et le lecteur assiste impuissant à cette descente aux enfers, le cœur serré de voir ce jeune homme innocent ployer sous le poids d’un si cruel fardeau.

    Simplicité et dureté, disais-je : comme vous l’aurez remarqué, c’est une intrigue « extraordinairement banale » que nous offre ici l’autrice, sans fioriture inutile, sans péripétie superflue, toute centrée sur la difficile reconstruction de ce gamin malmené par l’existence. Rien de plus, rien de moins qu’une tranche de vie. Relatée par Eddie et par tous ceux qui gravitent autour de lui : Rob le travailleur social, Eleanor la psychologue, Linda l’assistance maternelle, Alice la sœur adoptive … Chacun leur tour, ils nous dressent un portrait saisissant de cet enfant sauvé de l’enfer. Roman polyphonique dans toute sa splendeur, Blood Family ne se contente ainsi pas d’évoquer les conséquences « à long terme » des abus psychologiques et des déterminismes génétiques, mais aborde également la question de l’adoption du point de vue des parents. Avec justesse, en remisant au placard les grands discours bien-pensants, Anne Fine nous plonge au cœur des doutes et même des regrets de ces hommes et de ses femmes qui élèvent « les enfants des autres », qui tentent de leur apporter tout l’amour et le soutien possible pour les aider à rebondir, mais qui se demandent parfois s’ils ont fait le bon choix …

    En bref, vous l’aurez bien compris, c’est un roman particulièrement poignant et émouvant que nous offre ici l’autrice. Sans jamais sombrer une seule fois dans le larmoyant à outrance ou l’apitoyant démesuré, Anne Fine n’épargne absolument rien au lecteur, le confrontant à la vérité dans toute sa rudesse : on ne ressort jamais indemne de ce genre d’épreuves, jamais, même avoir tout l’amour et toute la bonne volonté du monde. Il reste toujours quelque chose de ces douleurs, de ces peines, de ces peurs. On pourrait reprocher à ce récit d’être trop pessimiste … mais il faut se rendre à l’évidence et reconnaitre qu’il est tout simplement réaliste. La fin est à mes yeux particulièrement marquante de ce point de vue : elle nous laisse en plan, avec un grand point d’interrogation vu qu’on peut s’imaginer le pire comme le meilleur, la voir comme la preuve de la guérison d’Eddie ou comme les prémices d’une rechute à venir. Au lecteur de se faire sa propre opinion … En tout cas, c’est un roman certes difficile par moment, mais que j’ai énormément apprécié car il est si riche, si puissant, et si bien écrit, tout en finesse, vraiment une très belle lecture que je n’oublierai pas de sitôt !

    http://lesmotsetaientlivres.blogspot.com/2020/11/blood-family-anne-fine.html

  • add_box
    Couverture du livre « Confessions de victoria plum (les) » de Anne Fine aux éditions Editions De L'olivier

    Elizabeth Pianon sur Confessions de victoria plum (les) de Anne Fine

    Un écrivain se réfugie dans la maison de son ex-femme pour y écrire ses mémoires.
    C’est peut-être bien, je ne sais pas et ne le saurai jamais car j’ai abandonné au bout de 60 pages
    Cette histoire de couple et d’enfants, d’ancien et de nouveau mari, d’enfants insolents, de règlements de comptes...
    Voir plus

    Un écrivain se réfugie dans la maison de son ex-femme pour y écrire ses mémoires.
    C’est peut-être bien, je ne sais pas et ne le saurai jamais car j’ai abandonné au bout de 60 pages
    Cette histoire de couple et d’enfants, d’ancien et de nouveau mari, d’enfants insolents, de règlements de comptes m’a très vite lassée.