Ann Cleeves

Ann Cleeves

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Mort sur la lande » de Ann Cleeves aux éditions Archipel

    Rose Ramettes sur Mort sur la lande de Ann Cleeves

    L’histoire est prenante. Pendant une soixantaine de pages on a la mise en place de l’ambiance qui n’est pas des plus gaie. On est dans un petit village avec des non-dits, comme si on avait jeté un voile sur le passé. Mais voilà le passé n’est pas une chose close, le fameux tourner la page n’est...
    Voir plus

    L’histoire est prenante. Pendant une soixantaine de pages on a la mise en place de l’ambiance qui n’est pas des plus gaie. On est dans un petit village avec des non-dits, comme si on avait jeté un voile sur le passé. Mais voilà le passé n’est pas une chose close, le fameux tourner la page n’est pas de mise. Quand le passé s’invite dans le présent il fait remonter bien des souffrances et des secrets.
    La place de la famille est une thématique omniprésente. On remarque très vite que les relations parents enfants sont très particulières et pas très positives. Elles sont parfois assez dysfonctionnelles. Et le père est un personnage souvent en conflit. Emma est son père se sont disputés le fameux après-midi ou Abigaël est morte. On ne peut pas dire que leurs relations débordent d’amour. Jeanie est doublement rejetée par son père, de part sa différence et de par sa condamnation, il ne l’a jamais comprise et jamais crue. On nous présente Abigaël et son père, comme un duo exclusif, entre amour et haine, depuis la mort de la mère. Quand à Vera on entrevoit aussi que l’absence de mère et un père tyrannique ne donnent pas une relation bien harmonieuse.
    Les relations entre les membres au sein des différentes familles ne sont pas plus agréables, mais rien n’est dit, ce n’est pas bien vu.
    La religion joue aussi un rôle dans les tensions familiales. Ajoutez à cela le manque de satisfaction sexuelle et vous avez des gens frustrés, voir aigris.
    Le personnage de l’adjoint de Vera Stanhope, Joe Ashworth, est à l’opposé de Vera et de tous les protagonistes. Il est très famille et il est épanoui de ce côté-là, il a dû mal à comprendre les relations de tous ces gens.
    Vera Stanhope est là pour appuyer où ça fait et extraire la vérité parfois il lui faut des forceps. Elle joue avec la mémoire des gens. Dévoiler la vérité est le cheval de bataille de Vera Stanhope si on se réfère au prochain épisode que je vais lire !
    Je me suis régalée à suivre cette enquête et découvrir une certaine Angleterre d’aujourd’hui. Pas de courses poursuite et autres grandes scènes d’action, c’est plus l’aspect psychologique qui prime. Ce personnage de femme flic, nous change des inspecteurs masculins… elle a un côté féministe qu’elle a du mal à masquer car elle dit ce qu’elle pense.

  • add_box
    Couverture du livre « Noire solitude » de Ann Cleeves aux éditions Feryane

    Daniel Paraire sur Noire solitude de Ann Cleeves

    Le froid. La neige. L'hiver. les shetlands. Une adolescente assassinée. Une fillette disparue. Un inspecteur qui prend son temps, qui ne cherche pas un coupable désigné d'office comme le majorité des habitants de l'île. Un récit lent à se mettre en place, pourtant on ne lâche pas un seul...
    Voir plus

    Le froid. La neige. L'hiver. les shetlands. Une adolescente assassinée. Une fillette disparue. Un inspecteur qui prend son temps, qui ne cherche pas un coupable désigné d'office comme le majorité des habitants de l'île. Un récit lent à se mettre en place, pourtant on ne lâche pas un seul instant. On devra attendre jusqu'aux dernières pages pour découvrir le meurtrier. Un bon polar quand même et qui a donné une belle série télévisée.

  • add_box
    Couverture du livre « Morts sur la lande » de Ann Cleeves aux éditions Pocket

    manue fais-moi peur sur Morts sur la lande de Ann Cleeves

    Dans la première partie Ann Cleeves se concentre essentiellement sur le présent.
    On y découvre ainsi une enquête vieille de dix ans qui est sur le point d’être rouverte suite à la découverte de nouveaux témoignages.

    Contrairement aux enquêtes classiques on ne sait que peu de choses sur les...
    Voir plus

    Dans la première partie Ann Cleeves se concentre essentiellement sur le présent.
    On y découvre ainsi une enquête vieille de dix ans qui est sur le point d’être rouverte suite à la découverte de nouveaux témoignages.

    Contrairement aux enquêtes classiques on ne sait que peu de choses sur les meurtres, les circonstances et les témoignages.
    Je trouve que cela change vraiment ! Ici ce sont vraiment les protagonistes et leurs présents qui sont mis en avant. L’enquête précédente est par contre totalement oubliée, ce qui est un petit peu dommage.

    Dans cette partie Ann Cleeves pose ainsi le problème d’une enquête peut-être bâclée et de tout ce qui cela engendre, autant pour la famille de la personne tuée que pour celle emprisonnée. Je pense que c’est une histoire qui pourrait (ou qui doit) malheureusement arriver dans la vie réelle.
    Au final on se rend compte que les deux familles sont victimes.

    Les descriptions sont intéressantes et nous permettent d’entrer facilement dans l’histoire. Par contre pour ce qui est des détails concernant les physiques des personnages il n’y en a presque pas. Personnellement je ne suis pas arrivée à m’imaginer leurs physiques ou même leurs carrures… C’est un peu dommage surtout qu’il y en a beaucoup et que c’est donc un peu difficile de retenir tous les noms et leurs rôles dans le roman.

    J’aurais peut-être souhaité avoir un peu plus de suspense à la fin pour me donner envie de continuer la lecture.

    C’est vraiment dans la deuxième partie que l’enquête commence.
    En effet on assiste à quelques interrogatoires et on se rend compte que les souvenirs remontent à la surface.
    Dans cette partie, Ann Cleeves nous dévoile certains secrets concernant les divers protagonistes, ce qui nous permet vraiment d’en savoir plus et d’essayer de démasquer le ou les coupables.

    Ce qui m’a par contre un peu gênée c’est le nombre assez important de personnages. En effet j’ai parfois eu un peu de mal à retenir le rôle de chacun d’entre eux. Il a parfois fallu que je revienne un peu en arrière pour me souvenir de leurs liens les uns avec les autres. Je pense qu’il aurait pu être bien de rajouter parfois les rapports qui unissent les personnages pour éviter d’avoir à relire les passages précédents…

    On sent vraiment qu’Ann Cleeves tient les ficelles et que les personnages n’ont plus qu’à lui obéir.
    Ce qui est intéressant c’est qu’on ne sait pas du tout qui est le coupable, les indices nous sont donnés mais quand on réfléchit à qui pourrait être derrière tous ces meurtres, on se rend compte que chacun pourrait avoir une raison.

    Ce qui aurait pu être utile c’est de faire quelques retours en arrière pour ne pas oublier l’enquête précédente avec un procès et une innocente emprisonnée qui s’est ensuite donné la mort. Je pense que cette partie est un peu trop laissée de côté je trouve cela dommage puisque finalement c’est cette personne qui est à l’origine de la réouverture de l’enquête. De plus des flashes back auraient pu être non seulement intéressants mais surtout nécessaires !

    La fin de cette avant dernière partie laisse planer un peu de suspense, ce qui est une bonne chose. Cela nous donne ensuite envie de lire la dernière partie pour connaître enfin le coupable.

    Dans la dernière partie l’enquête se poursuit et l’étau se resserre sur certains protagonistes.
    J’aime beaucoup le fait que l’auteure indique de fausses pistes au lecteur. Ainsi il est plus difficile pour nous de trouver le coupable.
    Je pense que même en étant attentif à tous les éléments et les petits détails on ne peut pas trouver le coupable mais l’enquête est tout de même bien menée. On se rend compte finalement que tous auraient pu tuer et c’est cela qui rend l’histoire aussi prenante du début à la fin. On a envie de découvrir le coupable !

    Ce qui est un peu dommage dans cette partie et dans toute l’histoire en général c’est qu’il n’y a vraiment aucun souvenir précis. Je pense qu’il aurait pu être vraiment utile de rajouter des flashes-back pour pimenter l’histoire et la rendre encore plus réelle. J’ai parfois été un peu frustrée de ne pas connaître certaines choses ou le passé précis de situations importantes.

    La fin est assez originale sans être non plus surprenante. Les personnes sont tout de même attachants du début à la fin et on se plaît à les plaindre, les détester ou essayer de les comprendre.
    En résumé, une histoire dans laquelle on se rend compte qu’un crime peut briser la vie de quantité de personnes, peut-être même plus qu’on ne le croit…

    http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2016/05/affaire-n189-morts-sur-la-lande-dann.html

  • add_box
    Couverture du livre « Noire solitude » de Ann Cleeves aux éditions Feryane

    Alex Mot-à-Mots sur Noire solitude de Ann Cleeves

    Que ce roman est lent. L’enquête n’avance pas, sauf dans les 5 dernières minutes pages dans lesquelles on assiste à un dénouement que rien ne laissait prévoir.

    Un roman type Agatha Christie dans lequel même l’auteur semble ne pas savoir qui est le meurtrier avant de nous le dire.

    L’intérêt...
    Voir plus

    Que ce roman est lent. L’enquête n’avance pas, sauf dans les 5 dernières minutes pages dans lesquelles on assiste à un dénouement que rien ne laissait prévoir.

    Un roman type Agatha Christie dans lequel même l’auteur semble ne pas savoir qui est le meurtrier avant de nous le dire.

    L’intérêt est avant tout de nous faire partager la vie des protagonistes dans les Shetlands, dans un village où tout se sait, ou presque.

    Une lecture qui ne m’a même pas fait voyager.

    L’image que je retiendrai :

    Celle du corps de la petite Catriona caché dans la tourbe après son assassinat. La tourbe, ça conserve.

    http://alexmotamots.fr/?p=1858

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !