Angie Thomas

Angie Thomas

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (4)

  • Couverture du livre « The hate U give ; la haine qu'on donne » de Angie Thomas aux éditions Nathan

    Cosmic Sam sur The hate U give ; la haine qu'on donne de Angie Thomas

    Coup de coeur pour ce roman que j’ai lu en quelques jours à peine (difficile de le lâcher malgré les tâches qui s’accumulaient sur mon bureau). J’ai immédiatement accrochée avec la plume d’Angie Thomas laquelle est très moderne et fluide. On ressent l’amour de l’auteure pour le hip-hop et le...
    Voir plus

    Coup de coeur pour ce roman que j’ai lu en quelques jours à peine (difficile de le lâcher malgré les tâches qui s’accumulaient sur mon bureau). J’ai immédiatement accrochée avec la plume d’Angie Thomas laquelle est très moderne et fluide. On ressent l’amour de l’auteure pour le hip-hop et le Rnb, ainsi que pour la culture afro-américaine. Cette dernière décrit avec passion et avec une certaine rage la vie de ces familles dans les « ghettos » américains desquels elles ont beaucoup de mal à sortir. J’ai trouvé qu’Angie Thomas ne tombait pas dans la caricature en décrivant ses personnages. On rencontre ainsi dans son roman d’anciens taulards qui sont de véritables « papas poules », des dealers qui luttent pour faire survivre leur famille, mais également de véritables gangsters obsédés par de futiles luttes de territoire, sorte de catharsis à toute la haine emmagasinée à l’égard de la société et des riches quartiers blancs à quelques blocs.

    Starr le personnage principal est une jeune fille qui a été élevée dans une famille aimante et militante (plutôt Black Panther que Martin Luther King). Ses parents luttent pour qu’elle et ses frères évitent les problèmes (de la rue mais également avec la police. On assiste ainsi au rite initiatique des enfants : pour leur 12 ans, ils doivent apprendre les règles de comportement à adopter en cas d’arrestation).

    Les trois enfants de la famille ont été scolarisés dans un lycée « riche » fréquenté par des blancs. Starr et ses frères sont ainsi tiraillés entre l’image qu’ils souhaitent renvoyer à leurs nouveaux amis et qui ils sont véritablement en dehors du lycée.

    Jusqu’ici tout va à peu près bien, mais malheureusement un soir Starr va être le témoin de la mort de son ami, tué de trois balles dans le dos par un policier blanc lors d’un contrôle de routine et alors qu’il ne représentait pas de menace.

    Starr est violemment renvoyée à l’image que la société américaine traditionnelle possède des afro-américains, ainsi qu’à la brutalité policière gratuite. Toute sa vie, ses relations familiales, amicales et amoureuse vont, dès lors, être remises en question. Malgré elle sous le feu des projecteurs, elle va devoir faire un choix et décider ou non de dénoncer cet acte policier à la face du monde quitte à se mettre en danger elle et sa famille.

    Ce roman est vraiment émouvant et résonne comme un triste écho à l’actualité américaine :

    Stephon Clark abattu par vingt balles à Sacramento alors qu’il tenait un téléphone portable et qu’il tournait le dos aux policiers ;
    Saheed Vassell abattu de dix balles par des policiers à Brooklyn alors qu’il tenait un tuyau ;
    Charleena Lyles, femme enceinte atteinte de troubles mentaux, abattue à Seattle ;
    Michael Brown 18 ans, non armé, et abattu par six coups de feu à Ferguson.
    Malheureusement, avec Donald Trump au pouvoir on peut sérieusement craindre que les choses n’aillent pas en s’arrangeant.

    Il est donc difficile de rester de marbre face à cette histoire, racontée du point de vue de celle qui reste et qui doit faire face au deuil et à la culpabilité seule. D’autant plus lorsqu’il s’agit d’une jeune femme de 16 ans complètement perdue et terrifiée.

    L’histoire est davantage orientée sur la vie de Starr et les choix qu’elle devra prendre suite à ce tragique événement que sur une analyse approfondie de la société américaine ou même sur les suites juridiques de l’affaire, mais le roman n’en reste pas moins intéressant.

    Impossible de ne pas s’attacher aux différents personnages qui en bavent mais restent toujours optimistes. A cet égard, le roman n’est pas larmoyant mais, au contraire, plein d’humour (ce qui est salvateur).

    En bref : J’ai vraiment aimé ce premier roman d’Angie Thomas. Je vous le recommande chaudement et je ne vais pas tarder à le prêter autour de moi pour faire partager l’histoire de Starr. J’ai hâte de suivre la carrière d’Angie Thomas avec son second roman qui paraîtra l’année prochaine.

  • Couverture du livre « The hate U give ; la haine qu'on donne » de Angie Thomas aux éditions Nathan

    Carine Urvoaz sur The hate U give ; la haine qu'on donne de Angie Thomas

    Un livre magnifique qui traite du racisme, des gangs, de la violence du ghetto mais aussi d'espoir, d'amour, de rédemption. Les personnages sont attachants et pas du tout manichéens. Une jeune écrivaine à suivre!

    Un livre magnifique qui traite du racisme, des gangs, de la violence du ghetto mais aussi d'espoir, d'amour, de rédemption. Les personnages sont attachants et pas du tout manichéens. Une jeune écrivaine à suivre!

  • Couverture du livre « The hate U give ; la haine qu'on donne » de Angie Thomas aux éditions Nathan

    Margot Cotrez sur The hate U give ; la haine qu'on donne de Angie Thomas

    Starr, 16 ans est une jeune adolescente afro américaine qui vit à Garden Heights, un quartier sensible dans lequel plusieurs gangs se font la guerre.
    Pour lui donner davantage de chance de réussir, ses parents l'ont inscrite dans un lycée d'une banlieue huppée. Starr est tiraillée entre son...
    Voir plus

    Starr, 16 ans est une jeune adolescente afro américaine qui vit à Garden Heights, un quartier sensible dans lequel plusieurs gangs se font la guerre.
    Pour lui donner davantage de chance de réussir, ses parents l'ont inscrite dans un lycée d'une banlieue huppée. Starr est tiraillée entre son ghetto, ses amis d'enfance et ses nouvelles connaissances.
    Quand elle est au lycée, elle fait attention à son langage afin de correspondre à ce que l'on attend d'elle. Quand elle est dans son quartier, elle a l'impression de trahir les siens.

    Sa vie va basculer, le jour où elle rentre en voiture avec Khalil, un ami d'enfance. Ils se font contrôler. Le policier demande ses papiers au jeune homme et croyant que celui-ci possède une arme, lui tire dans le dos à trois reprises. Starr assiste impuissante à la mort de son ami.
    Starr est anéantie, d'autant plus qu'elle avait déjà perdue une de ses amies quand elle avait 10 ans. Elle avait reçue une balle perdue. Bouleversée, triste et en colère, elle va devoir faire face aux interrogations de la police et du procureur, aux médias, aux réactions des élèves de son lycée mais aussi aux émeutes qui éclatent à Garden Heihgts. Faut-il garder le silence ou parler ?

    J'ai beaucoup aimé ce roman. Starr est une jeune fille remarquable qui va se poser de nombreuses questions sur elle.
    Entourée et encouragée par plusieurs personnes qui tiennent à elle, Starr va utiliser sa voix (sa seule arme) pour se faire entendre, et raconter ce qui s'est véritablement passé le jour de l'assassinat de Khalil. Elle veut lui rendre justice, car elle ne souhaite pas que l'opinion justifie son assassinat.

    Un roman qui n'est pas manichéen et qui sonne juste sur un thème d'actualité : les violences policières et les persécutions que subissent les personnes afro-américaines. « The Hate U give » fait écho à certains films que j'ai pu voir comme Fruitvale Station ou encore Monsters and men.
    L'auteure a une plume engagée et très agréable. Elle aborde de nombreux sujets à travers ce livre : la violence, le racisme, les aprioris mais aussi l'amitié, l'entraide, la solidarité et l'amour.
    Un livre bouleversant et fort qui interpelle et ne laisse pas insensible. « The Hate U give » est à mettre dans les mains de tous. C'est un hymne à la tolérance et à la non-violence.

    Je remercie les éditions Nathan.

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !