Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Angelique Villeneuve

Angelique Villeneuve

Angélique Villeneuve est née en 1965. Auteur de sept romans, elle a vécu en Suède et en Inde avant de s’installer tout près de Paris. Ses portraits de femmes meurtries sont ceux, toujours, de corps debout.

Son roman, Maria, est paru en février 2018 chez Grasset. Nuit de septembre, un récit de de...

Voir plus

Angélique Villeneuve est née en 1965. Auteur de sept romans, elle a vécu en Suède et en Inde avant de s’installer tout près de Paris. Ses portraits de femmes meurtries sont ceux, toujours, de corps debout.

Son roman, Maria, est paru en février 2018 chez Grasset. Nuit de septembre, un récit de deuil lumineux, est publié deux ans plus tôt chez le même éditeur. Les fleurs d’hiver (en poche chez Libretto) est lauréat de quatre prix, dont Le Prix Millepages.

Elle écrit aussi pour la jeunesse des albums tendres et poétiques, peuplés de jardins, de forêts.

Crédit photo : JF Paga, Grasset

Articles en lien avec Angelique Villeneuve (1)

Avis sur cet auteur (53)

  • add_box
    Couverture du livre « La belle lumière » de Angelique Villeneuve aux éditions Le Passage

    steph_bookin1 sur La belle lumière de Angelique Villeneuve

    Parmi les livres qui ont profondément marqué ma vie de jeune lectrice, «L'histoire d'HelenKeller » de Loren A. Hickok (dans l'édition Folio Junior) occupe une place particulière. J'ai lu et relu des dizaines de fois le récit incroyable mais vrai de cette enfant de l'Alabama, devenue aveugle,...
    Voir plus

    Parmi les livres qui ont profondément marqué ma vie de jeune lectrice, «L'histoire d'HelenKeller » de Loren A. Hickok (dans l'édition Folio Junior) occupe une place particulière. J'ai lu et relu des dizaines de fois le récit incroyable mais vrai de cette enfant de l'Alabama, devenue aveugle, sourde et muette dans sa petite enfance, qui sort de son isolement grâce à une jeune éducatrice, Ann Sullivan, qui lui apprend à signer dans la main.

    #AngeliqueVilleneuve reprend cette histoire dans son roman mais contrairement à #LorenAHickok, elle choisit de raconter l'enfance d'Helen du point de vue de sa mère, Kate.

    On découvre dans les mots sensuels et poétiques de l'autrice, l'amour fusionnel que partagent d'abord cette mère et son enfant, la détermination de Kate ensuite à ne pas laisser son entourage considérer sa fille comme folle, sa conviction aussi qu'Helen pourrait mener une meilleure vie, qu'elle n'est pas condamnée à la nuit.

    Lorsqu'elle finit par convaincre son mari d'engager la jeune Ann, on partage l'ambiguïté de ses sentiments, entre la joie de voir son enfant s'ouvrir au monde et la triste certitude qu'il lui faudra bientôt la laisser prendre son envol.

    L'écriture dit la violence de la situation d'Helen, et sait décrire avec une délicatesse folle la nature, les odeurs, les sons, ou la brutalité des gestes de l'enfant, les métamorphoses de ce petit être sauvage en enfant épanouie, et la révélation surtout, celle qui la fait entrer dans la lumière : « C'est comme si [...] le monde venait d'entrer dans cette enfant. » En effet, on ne peut qu'être bouleversée à la lecture du moment où passant sa petite main sous l'eau, Ann parvient à faire comprendre à Helen le nom de ce qui coule entre ses doigts en le signant dans sa paume.

    Avec en arrière-plan l'Alabama de la fin de la Guerre de Sécession, A.Villeneuve décrit avec un talent l'histoire hors du commun d'Helen et nous émeut face au combat de cette mère d'une enfant différente. A découvrir !

  • add_box
    Couverture du livre « La belle lumière » de Angelique Villeneuve aux éditions Le Passage

    armelle leroy sur La belle lumière de Angelique Villeneuve

    Ecriture fluide qui décrit avec sensibilité l'amour de Kate pour sa fille , la persévérance de Ann ( la maîtresse ) pour l'emmener vers la lumière du langage par les signes .
    Bravo d'avoir écrit ce livre du point de vue de la mère ds ce contexte qui plus est d'esclavage en Alabama .
    Touchant...
    Voir plus

    Ecriture fluide qui décrit avec sensibilité l'amour de Kate pour sa fille , la persévérance de Ann ( la maîtresse ) pour l'emmener vers la lumière du langage par les signes .
    Bravo d'avoir écrit ce livre du point de vue de la mère ds ce contexte qui plus est d'esclavage en Alabama .
    Touchant , prenant .
    A lire absolument .

  • add_box
    Couverture du livre « Maria » de Angelique Villeneuve aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Dominique Sudre sur Maria de Angelique Villeneuve

    Maria est une jeune grand-mère de 58 ans, qui n’aime rien autant que de passer des heures en parfaite symbiose avec Marcus, son petit-fils de 3 ans, à regarder les oiseaux, à courir, en oubliant le monde autour d’elle, son compagnon William, et jusqu’à son travail quand sa fille Céline –...
    Voir plus

    Maria est une jeune grand-mère de 58 ans, qui n’aime rien autant que de passer des heures en parfaite symbiose avec Marcus, son petit-fils de 3 ans, à regarder les oiseaux, à courir, en oubliant le monde autour d’elle, son compagnon William, et jusqu’à son travail quand sa fille Céline – l’autre, pas la chanteuse- a besoin d’elle au pied levé.
    Qu’importe le moment ou l’heure, Maria est là, Maria est heureuse, Maria est fusionnelle avec Marcus. Qu’importe aussi que Marcus ait les cheveux longs et emmêlés, les ongles peints, qu’il porte des leggings rose ou une robe, qu’il joue aux voitures ou à la poupée et qu’il ait décidé qu’à partir de maintenant il ne faut plus l’appeler Marcus, mais Pomme.

    Le couple que forme sa fille et Thomas n’est pas tout à fait classique, pas tout à fait dans les rails d’une société bienpensante. Ils élèvent leur enfant à la maison selon leurs propres règles. Céline est enceinte de leur deuxième enfant. Un bébé arrive, un bébé prénommé Noun, car ce prénom n’est absolument pas associé à un genre, et c’est ce que le couple cherche, que leur bébé, leur enfant détermine lui-même, quand il l’aura décidé, à quel genre il appartient, ou pas.
    C’est trop difficile pour William, cela sort de toutes les règles traditionnelles de la société, cela ne correspond à aucun usage acceptable. Il fuit, quitte Maria, qui se retrouve seule, perd son emploi peu de temps après, et tout cela sans pouvoir vraiment faire la connaissance du bébé Noun avec la même intimité que celle qui la lie à Marcus.

    Maria, quel étonnant parcours, intriguant voyage porté par le verbe et les mots magiques d’Angélique Villeneuve, dans un univers où les règles et les contraintes ne s’appliquent plus, qui bouscule nos habitudes, à nous aussi lecteurs, qui dérange peut-être, mais intéresse, interpelle vraiment. Car au final, qui a raison ? Et comment faire évoluer nos sociétés qui mettent tout et tous dans des cases dès la naissance.

    chronique complète sur le blog Domi C Lire https://domiclire.wordpress.com/2018/04/28/maria-angelique-villeneuve/

  • add_box
    Couverture du livre « Maria » de Angelique Villeneuve aux éditions Grasset Et Fasquelle

    armelle leroy sur Maria de Angelique Villeneuve

    Je l'ai lu d'une traite , en une après midi et tellement heureuse du dénouement !
    A. Villeneuve nous pousse à réfléchir sur les cases dans lesquelles on nous met dès la naissance ; dérangeant , oui , mais émouvant et juste .

    Je l'ai lu d'une traite , en une après midi et tellement heureuse du dénouement !
    A. Villeneuve nous pousse à réfléchir sur les cases dans lesquelles on nous met dès la naissance ; dérangeant , oui , mais émouvant et juste .

Ils suivent Angelique Villeneuve

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !