Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Andre Malraux

Andre Malraux
1901-1976
Né à Paris, André Malraux entre à l'École des Langues orientales et dans les milieux artistiques de la capitale. Passionné d'archéologie, il accomplit une mission dans le Haut-Laos et se met au service du mouvement Jeune-Annam, puis des communistes chinois. Dès 33, il milite contre le fa... Voir plus
1901-1976
Né à Paris, André Malraux entre à l'École des Langues orientales et dans les milieux artistiques de la capitale. Passionné d'archéologie, il accomplit une mission dans le Haut-Laos et se met au service du mouvement Jeune-Annam, puis des communistes chinois. Dès 33, il milite contre le fascisme et l'hitlérisme, puis dans l'aviation, aux côtés des républicains espagnols à partir de 36. Évadé d'un camp de prisonniers, il commande la brigade "Alsace-Loraine" pendant la libération du sol français. Il s'attache à la personne du général de Gaulle qui fera de lui un ministre de l'Intérieur, puis de la Culture. A 70 ans, il se déclare prêt à soutenir, avec une légion de volontaires, le combat des patriotes du Bangla Desh.
Ecrivain engagé, cinéaste, résistant, amateur et théoricien des arts, ministre de la Culture du Général de Gaulle, romancier, essayiste, André Malraux est l'une des grandes figures politiques et culturelles de ce siècle.

Avis sur cet auteur (6)

  • add_box
    Couverture du livre « La condition humaine » de Andre Malraux aux éditions Gallimard

    frconstant sur La condition humaine de Andre Malraux

    Quel donc était le pouvoir de Malraux pour, à ce point, fasciner et façonner l’esprit du public découvrant son analyse de la ‘Condition humaine’ ? Certes, Malraux a développé une écriture descriptive capable de faire vivre ce qu’il prétend nous faire découvrir. Mais, champion de la complexité,...
    Voir plus

    Quel donc était le pouvoir de Malraux pour, à ce point, fasciner et façonner l’esprit du public découvrant son analyse de la ‘Condition humaine’ ? Certes, Malraux a développé une écriture descriptive capable de faire vivre ce qu’il prétend nous faire découvrir. Mais, champion de la complexité, pour le commun des mortels, sa vision rigoriste de l’homme qui ne peut exister qu’en sublimant une cause qui le détruira est, à mon sens un non-sens de la condition humaine. La lutte des communistes chinois qui seront appelés à suivre le dictat du communisme soviétique et d’aller droit à leur perte n’est pas, à mes yeux, une promotion de la condition humaine et certainement pas de sa dignité.
    Si la condition humaine est de souffrir pour devenir un homme, si hors de la souffrance il n’y a pas d’existence profonde de l’être, à quoi bon vivre ?
    Malraux, qui ne cachait pas son parti pris pour le monde communiste d’alors, curieusement développe la même doctrine de la méritocratie qu’utilisait l’Eglise pour justifier la souffrance, digne chemin d’accès pour mériter d’être sauvé. Est-ce là la condition humaine ? Je ne peux, ni ne veux l’accepter. L’Homme est bien au-dessus de ce devoir de souffrance.
    Cinquante ans après avoir dû lire ce bouquin pour un professeur de français qui aimait se laisser croire de gauche, j’éprouve, à sa relecture, le même dégoût pour l’œuvre. Je n’accepte pas une telle finalité pour l’Homme et la violence bestiale de tous les régimes, tous axes confondus, qui utilisent les hommes comme des armes de combat qui, une fois la lutte terminée, se transforment eux-mêmes en armes d’autodestruction massive.
    Relire ce Goncourt 1933 est inutile. Il ne nous apporte pas une compréhension claire de la situation de l’époque tant Malraux y multiplie les métaphores, les raccourcis et les sous-entendus.
    En réduisant l’homme à la violence dont il doit faire preuve pour advenir, il ne nous offre pas une alternative positive à la création de notre condition humaine.
    Ce livre est devenu plus que poussiéreux. Qu’il retourne à la poussière !

  • add_box
    Couverture du livre « L'espoir » de Andre Malraux aux éditions Gallimard

    Maïlys sur L'espoir de Andre Malraux

    Il y a peu de livre que je n'ai pas apprécié mais alors celui-ci est une exception. Je respecte beaucoup Malraux, et sa vie est absolument passionnante. Je respecte également fortement la manière dont il a écrit le livre, l'auteur s'est rendu sur place dès l'annonce de la guerre, à fait parti...
    Voir plus

    Il y a peu de livre que je n'ai pas apprécié mais alors celui-ci est une exception. Je respecte beaucoup Malraux, et sa vie est absolument passionnante. Je respecte également fortement la manière dont il a écrit le livre, l'auteur s'est rendu sur place dès l'annonce de la guerre, à fait parti d'un groupe d'aviation, et à vécu la guerre au premier rang. La précision du roman est une de ses grandes qualités, puisque cela donne l'impression de vivre la guerre comme à travers une gazette. Nous voyons l'avancement des batailles, et aussi un bon développement sur l'art, et la révolution. Véritable défense du communisme, vu comme une révolution organisée. De plus, le sujet de l'Apocalypse présent tout le long du roman est vraiment intéressant à étudier.
    Cependant, mon avis plus que mitigé est dû au fait que je trouve l'oeuvre illisible, trop de personnages, trop d'informations, beaucoup beaucoup de descriptions certes magnifiques mais qui cassent le rythme. Je n'ai pas réussi à accrocher mais ce n'est qu'un avis personnel, malgré beaucoup de qualité le roman est pour moi trop confus.

  • add_box
    Couverture du livre « La voie royale » de Andre Malraux aux éditions Lgf

    Salix_alba sur La voie royale de Andre Malraux

    Faut-il présenter André Malraux ? Non, bien sûr, Homme de grand talent dans divers domaines. En 1930 paraît, « La voie royale », un roman autobiographique, sur ses mésaventures au Cambodge. Précisons que l’aventure, sert aussi à porter des questionnements sur l’existentialisme, thème cher à...
    Voir plus

    Faut-il présenter André Malraux ? Non, bien sûr, Homme de grand talent dans divers domaines. En 1930 paraît, « La voie royale », un roman autobiographique, sur ses mésaventures au Cambodge. Précisons que l’aventure, sert aussi à porter des questionnements sur l’existentialisme, thème cher à Malraux ; « l’existence précède l’essence », en l’occurrence l’homme se créer et détermine son destin par ses actes…

    Claude Vannec jeune architecte breton, et Perken Danois, décident de prendre la voie royale (qui reliait Angkor et les lacs du Ménam) pour des motivations différentes. Voler des bas-reliefs pour l’un et retrouver un vieil ami, Grabot, pour l’autre.

    Si les péripéties ne manquent pas, André Malraux décrit parfaitement les lieux et l’atmosphère étouffante de leur périple dans la jungle, avec les multiples dangers inhérents. Comble de l’horreur, quand enfin ils parviennent à retrouver Grabot, détenu par les Stiengs, territoire des Moïs, guerriers cruels armés d’arbalètes.

    Aventure asiatique, certes, mais évolution de la destinée, que tout être humain forge de ses choix. Sans omettre, bien présents dans ce roman, les notions : de la soumission, du sexe et de la mort.

  • add_box
    Couverture du livre « Condition Humaine » de Andre Malraux aux éditions Larousse

    Dominique S. sur Condition Humaine de Andre Malraux

    L’histoire est complexe, les personnages nombreux et le texte n’est pas facile d’acces quand comme moi on connait peu le contexte historique (mais internet est la !). Un livre tres interressant, tres bien ecrit aussi mais qui demande un peu de concentration ! Le style aux scenes quasi...
    Voir plus

    L’histoire est complexe, les personnages nombreux et le texte n’est pas facile d’acces quand comme moi on connait peu le contexte historique (mais internet est la !). Un livre tres interressant, tres bien ecrit aussi mais qui demande un peu de concentration ! Le style aux scenes quasi cinematographiques sans "introduction" (on est plonge directement dans la scene) demande d'avoir l'esprit toujours en eveil ! Ce ne fut pas toujours mon cas et je suis passe a cote de certaines choses/idees je pense ...