Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Andre Dhotel

Andre Dhotel
André Dhôtel (1900-1991) : professeur de philosophie, romancier et poète, ami de Jean Paulhan, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le pays où l'on n'arrive jamais, prix Fémina 1955 ; il reçoit, pour l'ensemble de son oeuvre, le Grand prix de littérature de l'Académie française en 1974. Voir plus
André Dhôtel (1900-1991) : professeur de philosophie, romancier et poète, ami de Jean Paulhan, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le pays où l'on n'arrive jamais, prix Fémina 1955 ; il reçoit, pour l'ensemble de son oeuvre, le Grand prix de littérature de l'Académie française en 1974.

Avis sur cet auteur (5)

  • add_box
    Couverture du livre « Le pays où l'on n'arrive jamais » de Andre Dhotel aux éditions J'ai Lu

    Chantal Lafon sur Le pays où l'on n'arrive jamais de Andre Dhotel

    Prix Fémina 1955 c’était audacieux.
    Un classique ébouriffant qui sent bon l’enfance, André Dhôtel est un maître et je fais partie de ceux qui ne voudraient pas voir ce génie tomber aux oubliettes.
    Merci Audiolib, cette version va redonner de la visibilité à une histoire qui mêle en une folle...
    Voir plus

    Prix Fémina 1955 c’était audacieux.
    Un classique ébouriffant qui sent bon l’enfance, André Dhôtel est un maître et je fais partie de ceux qui ne voudraient pas voir ce génie tomber aux oubliettes.
    Merci Audiolib, cette version va redonner de la visibilité à une histoire qui mêle en une folle sarabande plusieurs genres littéraires : régionaliste, fantastique, surréaliste, lyrique…
    Il fallait bien tous ces ingrédients pour suivre Gaspard dans les Ardennes chers à son cœur et son imaginaire.
    D’emblée l’incipit vous plonge dans ce mystère et cette écriture magique :
    « Il y a dans le même pays, plusieurs mondes véritablement. Si l'on explore les Ardennes, ce n'est pas une forêt que l'on découvre, mais mille forêts. Dans les contrées situées au nord, jusqu'au Rhin ou jusqu'au port d'Anvers, ce sont des centaines de collines et de plaines chargées de richesses, et l'on peut voir aussi les eaux immenses des canaux, des fleuves, des bras de mer, tandis qu'au cœur des villes, sur des places souvent désertes, s'élèvent les beffrois qui inspirent autant de terreur que d'admiration. »
    Un adolescent fugue et traverse les Ardennes, il a été adopté et cherche « sa maman Jenny », il croit avoir des souvenirs, rêve ou réalité ? Gaspard apprend qu’il y a un adolescent en fuite et il va le rechercher. Grâce à un féerique cheval pie et il ne rentrera chez lui qu’à la fin du roman, ce qui n’étonnera personne car depuis sa naissance , sa seule présence induit des événements étranges.
    En route il s’émerveille sur les contrées traversées mais aussi sur les personnes si différentes de son entourage habituel, musiciens des rues, bateliers, etc.
    Je ne dévoilerai pas la subtilité de la rencontre entre Gaspard et l’autre.
    Mais j’ai adoré me laisser embarquer dans cette histoire qui vous engloutie dans un monde tel que les auteurs n’osent plus ou ne savent plus faire vivre.
    C’est intelligent, mystérieux, drôle et émouvant.
    Il faut juste embarquer vers Le pays où l’on n’arrive jamais. Celui de l’enfance poussé à son paroxysme.
    Alors en conclusion laissons André Dhôtel nous apprendre qu’il faut comme « Le vagabond semblait trouver que tout était naturel, et qu’il suffit d’être curieux pour que le monde se révèle à vous. Il répéta qu’il fallait, toujours s’instruire. »
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 15novembre 2019.

  • add_box
    Couverture du livre « D'un monde inconnu » de Andre Dhotel aux éditions Fata Morgana

    CHAT PITRE sur D'un monde inconnu de Andre Dhotel

    Philippe Jaccottet a dit qu’André DHÔTEL est l’ami des rivières et des chemins, et je le rejoins dans cette formule si joliment exprimée. C’est un auteur ardennais pas assez connu à mon goût.
    « D’un monde inconnu », illustré par Fata Morgana avec des dessins à l’encre de chine, est une suite...
    Voir plus

    Philippe Jaccottet a dit qu’André DHÔTEL est l’ami des rivières et des chemins, et je le rejoins dans cette formule si joliment exprimée. C’est un auteur ardennais pas assez connu à mon goût.
    « D’un monde inconnu », illustré par Fata Morgana avec des dessins à l’encre de chine, est une suite de nouvelles, que dis-je, plutôt des histoires courtes à écouter par la bouche d’un conteur, assis par terre, au coin d’un feu rougeoyant. Ma préférée : celle de l’épouvantail. Qui n’a jamais imaginé dans son enfance, en voyant un épouvantail esseulé les bras en croix dans un champ, de le voir s’évader ? André Dhôtel a réalisé mon rêve. Je vous recommande ce poète de la nature.

  • add_box
    Couverture du livre « L'enfant qui disait n'importe quoi » de Andre Dhotel aux éditions Gallimard-jeunesse

    Ludivine_Wilcz sur L'enfant qui disait n'importe quoi de Andre Dhotel

    Un récit qui m'avait quelque peu fait penser à "Alice au pays des merveilles" à l'époque (enfin en tout cas, à l'idée que je me faisais de ce livre vu que je ne l'avais pas encore lu. Je devrai sûrement relire celui-ci maintenant que j'ai lu "Alice")

    Un récit qui m'avait quelque peu fait penser à "Alice au pays des merveilles" à l'époque (enfin en tout cas, à l'idée que je me faisais de ce livre vu que je ne l'avais pas encore lu. Je devrai sûrement relire celui-ci maintenant que j'ai lu "Alice")

  • add_box
    Couverture du livre « Le pays où l'on n'arrive jamais » de Andre Dhotel aux éditions J'ai Lu

    Philippe ABADIE sur Le pays où l'on n'arrive jamais de Andre Dhotel

    Le tout premier m'ayant marqué et incité à la lecture. J'avais 9 ou 10 ans lorsque je l'ai lu pour la 1ère fois et je l'ai relu à plusieurs reprises depuis; même en tant que grand adulte (j'ai 51 ans). Je le recommande pour des enfants et l'ai fait d'ailleurs auprès de la médiathèque du CE de...
    Voir plus

    Le tout premier m'ayant marqué et incité à la lecture. J'avais 9 ou 10 ans lorsque je l'ai lu pour la 1ère fois et je l'ai relu à plusieurs reprises depuis; même en tant que grand adulte (j'ai 51 ans). Je le recommande pour des enfants et l'ai fait d'ailleurs auprès de la médiathèque du CE de "ma" société.