Amelie Cordonnier

Amelie Cordonnier

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (25)

  • Couverture du livre « Trancher » de Amelie Cordonnier aux éditions Flammarion

    Calimero29 sur Trancher de Amelie Cordonnier

    Encore un roman sur la violence faite aux femmes : un sujet très présent lors de la rentrée littéraire 2018 avec "Le malheur du bas", "La vraie vie", "ça raconte Sarah" même si là la violence est infligée par une femme.
    Ici, il ne s'agit pas de violence physique mais de celle des mots.
    La...
    Voir plus

    Encore un roman sur la violence faite aux femmes : un sujet très présent lors de la rentrée littéraire 2018 avec "Le malheur du bas", "La vraie vie", "ça raconte Sarah" même si là la violence est infligée par une femme.
    Ici, il ne s'agit pas de violence physique mais de celle des mots.
    La narratrice est mariée à Aurélien, qu'elle a épousé par amour et a deux enfants. Aurélien l'agonit d'insultes, l'humilie, la met plus bas que terre, souvent en présence des enfants et sans qu'elle puisse identifier un déclencheur.
    Cela avait commencé sept ans auparavant, la narratrice était partie une première fois avec son fils; il a promis de se faire soigner et il l'a fait. Mais sept ans et une enfant plus tard, tout recommence brutalement.
    La narratrice se parle à elle-même à la deuxième personne du singulier comme dans une forme de distanciation avec l'insupportable; elle décide d'établir la liste des insultes comme elle fait ses listes de courses, de ses lectures, des films qu'elle a vus : coucher sur le papier l'indicible, c'est se libérer l'esprit, vider l'ordinateur de sa tête pour le régénérer tout en n'oubliant pas.
    Cette fois, elle sait qu'elle va devoir trancher : partir ou rester. On suit ses hésitations, tiraillée entre son amour encore présent pour Aurélien qui en-dehors de ses crises est un homme et un père aimant et attentionné et son refus de sombrer.
    Elle décide de trancher le jour de son anniversaire comme un symbole de renaissance.
    La violence verbale, même si elle ne laisse pas de traces visibles, est terriblement insidieuse. Les victimes perdent leur joie de vivre, leur confiance en elles et sombrent dans la dépression.
    Tout sonne juste dans ce roman où les enfants sont aussi des victimes collatérales de cette violence. L'écriture reflète la tension que connaît la narratrice : elle est nerveuse, tendue mais aussi douce et apaisée quand elle parle de ses enfants.
    Un beau roman sur un sujet qui ne l'est pas. Et malgré tout,une histoire d'amour.

  • Couverture du livre « Trancher » de Amelie Cordonnier aux éditions Flammarion

    marie heckmann sur Trancher de Amelie Cordonnier

    Cela faisait des années qu’elle croyait Aurélien guéri de sa violence,des années que ses paroles lancées comme des couteaux n’avaient plus déchiré leur quotidien. Mais un matin de septembre, devant leurs enfants ahuris, il a rechuté : il l’a de nouveau insultée. Malgré lui, plaide-t-il....
    Voir plus

    Cela faisait des années qu’elle croyait Aurélien guéri de sa violence,des années que ses paroles lancées comme des couteaux n’avaient plus déchiré leur quotidien. Mais un matin de septembre, devant leurs enfants ahuris, il a rechuté : il l’a de nouveau insultée. Malgré lui, plaide-t-il. Pourra-t-elle encore supporter tout ça ? Elle va avoir quarante ans le 3 janvier. Elle se promet d’avoir décidé pour son anniversaire.
    L'auteur relate l'histoire de la vie de cette femme, prise dans une tourmente amoureuse malsaine où l'amour est ravagé par les mots qui font mal.
    La violence ici n'est pas physique mais verbale et donc plus insidieuse mais peut être aussi plus douloureuse, difficile à oublier (surtout quand on note toutes les injures) . L'héroïne vit dans l'effroi , la peur que cela se transmette à ses enfants
    Ce roman est un uppercut littéraire.
    Il est différent car écrit à la 2è personne du singulier, comme si c'était la petite voix de l'héroïne (dont le prénom est tu) qui s'exprimait afin de la faire réaliser ou de la persuader de changer de vie.
    L"écriture est puissante, radicale, poignante, précise et fait montre d'une grande acuité psychologique.
    Ce phénomène de violences conjugales m'est très familier, étant juriste spécialisée notamment dans ce domaine. J'ai reçu, conseillé beaucoup de victimes dans cette situation et je peux dire qu'Amélie Cordonnier reflète ici une véracité poignante, réelle et percutante mais subie par tant de victimes...
    Un 1er roman fort, saisissant , infernal et impitoyable.

  • Couverture du livre « Trancher » de Amelie Cordonnier aux éditions Flammarion

    carole laulhere sur Trancher de Amelie Cordonnier

    Quand les mots deviennent des maux.
    Comment Trancher, c’est-à-dire choisir de rester ou de partir face à un mari, Aurélien, si parfait en apparence mais qui inflige une violence conjugale, non pas physique mais verbale à sa femme?
    Jusqu’où et comment subir une telle humiliation au point d’être...
    Voir plus

    Quand les mots deviennent des maux.
    Comment Trancher, c’est-à-dire choisir de rester ou de partir face à un mari, Aurélien, si parfait en apparence mais qui inflige une violence conjugale, non pas physique mais verbale à sa femme?
    Jusqu’où et comment subir une telle humiliation au point d’être déshumanisée et de mourir à petit feu?
    Jusqu’où et comment résister par amour, par espoir, pour éviter de remettre en question un équilibre familial auquel elle s’accroche (pourtant et malgré tout…), un mari encore aimé (qui semblait s’être sorti d’une première crise de violence il y a sept ans) et deux enfants innocents (mais qui deviennent de plus en plus spectateurs conscients de cette violence verbale)?
    En écrivant à la deuxième personne du singulier et en ne prénommant pas son personnage principal, Amélie Cordonnier prend de la distance pour mieux dire la réalité, et nous interroger : qu’aurions-nous fait?
    Un livre poignant, qui parle de l’intime mais ne juge pas tant il est difficile de Trancher en pareilles circonstances. Il est question de honte, d’effroi des mots prononcés, d’espoir que la violence va, une nouvelle fois, disparaître, et d’amour.
    Ce n’est pas un roman féministe mais davantage une dénonciation d’un fait de société souvent passé sous silence tant il ne laisse pas de trace physique et a lieu en huit clos.
    Malgré ses excuses répétées et probablement sincères, je n’ai pas eu vraiment d’empathie pour Aurélien. En revanche, les personnages des enfants sont très touchants par leurs regards, leurs silences et leurs questions.
    La construction est très aboutie, en particulier le compte à rebours. L’écriture est nerveuse, coupée au couteau, parfois mécanique (trahissant la formation/déformation professionnelle journalistique d’Amélie Cordonnier) mais qui sonne très juste. L’auteur parvient même à introduire des notes d’humour dans cette atmosphère si lourde : vous ne regarderez plus les petits pois de la même façon !
    Un premier romain très réussi et une auteur à suivre !
    https://accrochelivres.wordpress.com/2018/12/30/trancher-amelie-cordonnier/

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com