Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Amanda Sthers

Amanda Sthers

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, connectez-vous pour proposez la vôtre :

/1200

Merci d’utiliser une photo au format portrait en indiquant les copyrights éventuels si elle n’est pas libre de droits.

Nous nous réservons le droit de refuser toute biographie qui contreviendrait aux règles énoncées ci-dessus et à celles du site.

Les textes à caractère commercial ou publicitaire ne sont pas autorisés.

Avis sur cet auteur (71)

  • add_box
    Couverture du livre « Le café suspendu » de Amanda Sthers aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Chantal Lafon sur Le café suspendu de Amanda Sthers

    La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie
    Bien installée, à l’ombre, malgré la chaleur, avec un bon café, j’ai dégusté ce roman.
    Le temps de cette lecture, j’ai vécu à Naples.
    J’ai entendu les conversations, humé le parfum du café, admiré la couleur des fruits pressés et j’ai fait la...
    Voir plus

    La vie ne vaut rien, rien ne vaut la vie
    Bien installée, à l’ombre, malgré la chaleur, avec un bon café, j’ai dégusté ce roman.
    Le temps de cette lecture, j’ai vécu à Naples.
    J’ai entendu les conversations, humé le parfum du café, admiré la couleur des fruits pressés et j’ai fait la connaissance de Jacques Madelin, 72 ans, caricaturiste. Il est Français, arrivé à Naples pour retrouver un amour éphémère, et il est resté. Les circonstances l’ont lié à Mauricio, comme un grand frère, patron du café Nube. Il lui loue un petit appartement au-dessus du café.
    Avec ce regard particulier de l’auteur, qui trace avec ses mots, des photos façon Vivian Maier, des instantanés qui disent le moment mais vont au-delà, dans l’intime au creux de chacun.
    A travers sept histoires de caffè sospeso Amanda Sthers nous ouvre le monde.
    La construction, est faite comme celle d’un opéra, une ouverture, des livrets, des intermèdes et un final. Cela donne une musique particulière à ces histoires glanées au cours de quatre décennies.
    Ce sont les Intermezzo qui vous révèleront qui est véritablement Jacques, et c’est particulièrement émouvant.
    Il y a le regard affûté du dessinateur mais plus encore l’humanité, qui fait sentir les vides, les failles que nous portons tous.
    C’est pourquoi, chacun peut avoir besoin d’un café suspendu.
    « Il m’a fallu du temps pour comprendre que le monde des impressions dépasse de beaucoup celui qu’on considère comme réel. »
    Faire connaissance avec le docteur Chen c’est être en bonne santé et surtout voir le panda.
    Puis y il a les histoires de couple, vieux couple ou couple débutant, l’amour n’est pas chose aisée. Parfois la main du destin…
    Reconnaître dans l’écrivain sans visage Elena Ferrante a été surprenant, l’auteur est habile à jouer sur l’inconnu et en même temps sur la familiarité de cette « amie prodigieuse ».
    La force de ce roman est de nous faire vivre ces mille vies, ces multiples amours, car sans amour qu’est-ce qu’ une vie ?
    « Que l’amour, le succès, la peur, la joie, tout cela en option mais que nous signons en prenant vie un pacte avec la mort qui rôdait dans notre sommeil, nos ébats, nos organes, nos rires et nos retenues. »
    Parce que l’observateur devient souvent confident, ce n’est pas l’oreille qui écoute c’est le cœur.
    La beauté de chaque être n’est pas dans son apparence mais dans ses bosses et ses vides.
    L’écriture de l’auteur a la grâce d’une observation fine, faite d’humanité, de poésie, d’une philosophie lumineuse, qui montre l’importance des petits gestes.
    Le livre refermé vous n’oublierez aucun des personnages, car ils incarnent la vie, ses différentes phases, vous disent qu’elle passe vite la vie, surtout les dernières années où la pente parait plus inclinée.
    « Je commence ma vieillesse. Je me promène dans la ville la nuit, au ralenti, je plisse les yeux, je me sens enfin chez moi. »
    Un seul bémol, trois fautes qui sont passées à travers les mailles : 2 pour pallier page 67 et 160 et le verbe flageller au lieu de flageoler page 150.
    ©Chantal Lafon
    https://jai2motsavousdire.wordpress.com/2022/08/05/le-cafe-suspendu/

  • add_box
    Couverture du livre « Le café suspendu » de Amanda Sthers aux éditions Grasset Et Fasquelle

    MAPATOU sur Le café suspendu de Amanda Sthers

    Il y a quelques années, Jacques a tout plaqué en France pour venir rejoindre celle qu’il pensait être la femme de sa vie à Naples. Ce fut une profonde désillusion. S’il ne trouva pas l’amour, il noua des liens profonds d’amitié avec Mauricio, propriétaire du Café Nube.

    Jacques s’installa dans...
    Voir plus

    Il y a quelques années, Jacques a tout plaqué en France pour venir rejoindre celle qu’il pensait être la femme de sa vie à Naples. Ce fut une profonde désillusion. S’il ne trouva pas l’amour, il noua des liens profonds d’amitié avec Mauricio, propriétaire du Café Nube.

    Jacques s’installa dans un petit appartement au-dessus du café que Mauricio lui loua pour un prix dérisoire.

    Jacques gagne sa vie en croquant des caricatures de touristes. Il passe l’essentiel de ses journées dans le Café Nube où il note dans son carnet les personnages qui le fréquentent, les habitués et ceux juste de passage pour profiter du café suspendu déjà payé.

    Il nous fait découvrir au gré de sept chapitres les vies de ces personnes rencontrées.

    J’appréciais déjà la plume d’Amanda Sthers et ce roman a confirmé mon sentiment. J’ai trouvé l’idée du café suspendu comme fil conducteur entre les personnages très intéressante car elle montre que nos vies sont parfois liées, même fugacement, sans que nous en ayons forcément conscience.

    Les personnages sont souvent haut en couleurs, chaleureux, parfois trop exubérants mais c’est la palette de l’humanité qui s’exprime à travers eux.

    La ville de Naples est un personnage à part entière du roman et j’ai refermé le livre avec l’envie d’aller y faire un tour, histoire de voir si le Café Nube existe réellement.

    Un excellent moment de lecture.

  • add_box
    Couverture du livre « Le café suspendu » de Amanda Sthers aux éditions Grasset Et Fasquelle

    fflo sur Le café suspendu de Amanda Sthers

    La très belle tradition napolitaine qui consiste à offrir un café à l’avance (en français "un café suspendu") pour un prochain consommateur qui n’a pas d’argent, est le fil rouge de ce roman, ou plutôt de cet ensemble de nouvelles, dont une partie se déroule au café Nube. Le narrateur est un...
    Voir plus

    La très belle tradition napolitaine qui consiste à offrir un café à l’avance (en français "un café suspendu") pour un prochain consommateur qui n’a pas d’argent, est le fil rouge de ce roman, ou plutôt de cet ensemble de nouvelles, dont une partie se déroule au café Nube. Le narrateur est un Français qui essaie d’écrire, depuis une table de ce café, tout en observant la vie autour de lui. Au fil des ans, il est presque devenu un vrai Napolitain et il connaît tout le monde. Dans ces sept nouvelles qui ne sont pas toutes du même niveau, il décrit avec bienveillance et humour tout un petit peuple haut en couleur d’un quartier populaire.
    J’ai aimé la description de la vie de quartier à Naples, qui n’est pas sans rappeler les romans d’Elena Ferrante. C’est certainement assez cliché, mais pour moi qui n’y suis jamais allée ce n’est pas dérangeant.
    Attirée par le joli titre et les bonnes chroniques de blogueuses, je me suis lancée sans a priori dans la lecture de cet ouvrage d’Amanda Sthers, dont je n’avais rien lu auparavant. J’ai passé un agréable moment, mais sans plus.
    https://ffloladilettante.wordpress.com/2022/07/19/le-cafe-suspendu-de-amanda-sthers/

  • add_box
    Couverture du livre « Le café suspendu » de Amanda Sthers aux éditions Grasset Et Fasquelle

    Caroline Candille sur Le café suspendu de Amanda Sthers

    De Naples, on a la vision d’une ville sale, bruyante, sous la main mise de la Mafia, et j’avoue, que mon dernier voyage, ne m’avait pas totalement effacé cet aspect.
    Je ne connaissais pas cette tradition du café suspendu, c’est une très jolie initiative qui va servir de fil conducteur aux sept...
    Voir plus

    De Naples, on a la vision d’une ville sale, bruyante, sous la main mise de la Mafia, et j’avoue, que mon dernier voyage, ne m’avait pas totalement effacé cet aspect.
    Je ne connaissais pas cette tradition du café suspendu, c’est une très jolie initiative qui va servir de fil conducteur aux sept petits souvenirs du héros de ce livre.
    Arrivé en Italie, par amour, il va y rester 40 ans par amitié pour son ami, propriétaire d’un café à Naples.
    Ces courtes histoires apportent une douceur à cette ville, qui donne envie d’y retourner.
    C’est charmant, sensible, plein de délicatesse et d’espoir.
    Une très jolie lecture d’été.

Ils suivent Amanda Sthers

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !