Alma Brami

Alma Brami

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (21)

  • Couverture du livre « Qui ne dit mot consent » de Alma Brami aux éditions Mercure De France

    0.25

    Amandine Cirez sur Qui ne dit mot consent de Alma Brami

    Lien : http://www.livresselitteraire.com/2017/11/qui-ne-dit-mot-consent-alma-brami.html

    Emilie et Bernard sont mariés depuis de nombreuses années. Ils ont deux enfants, qui ont quitté le nid familial. Installés en campagne, loin du tumulte de la ville, ils semblent jouir pleinement de la...
    Voir plus

    Lien : http://www.livresselitteraire.com/2017/11/qui-ne-dit-mot-consent-alma-brami.html

    Emilie et Bernard sont mariés depuis de nombreuses années. Ils ont deux enfants, qui ont quitté le nid familial. Installés en campagne, loin du tumulte de la ville, ils semblent jouir pleinement de la retraite. Profitant de la jolie tonnelle qu’il lui a construit, avec vue sur la vigne. Les jolies tomettes au sol de la cuisine. Une belle et grande maison donc propice aux bons repas, et à la réception d’amis. D’amies en l’occurrence… Car Bernard met un point d’honneur à convier des femmes pour que la sienne se sente moins seule. C’est en tout cas ce qu’il prétend.
    Mais une fois la porte fermée, qui sait ce qu’il se passe réellement entre les murs de cette grande demeure ?

    C’est alors que peu à peu, le lecteur va s’apercevoir du mal-être qui habite cette épouse attentionnée et amoureuse comme au premier jour. Les allusions à leur vie commune se dessinent sous la plume d’Alma Brami. Pas à pas. Puis plus nettement. Des allusions qui deviennent alors des faits concrets. Et ses invitées censées devenir des amies d’Emilie vont se révéler toxiques. Exit les bonnes intentions. L’époux modèle va dévoiler tous ses vices. De la compagnie amicale à la chambre (extra)conjugale il n’y a qu’un pas … Un pas que le mari franchi au gré de ses envies. Sous les yeux impuissants d’une femme qui l’idolâtre. Alors on se demande pourquoi une telle passivité et surtout comment elle peut cautionner un pareil comportement. Et puis l’on comprend que certains excellent dans l’art de la manipulation. Qu’il n’y a qu’un pas entre manipulation et tyrannie… Alors les silences deviennent le quotidien d’Emilie. Elle se tait. Elle accepte. Difficilement mais elle accepte. Par amour. Par aveuglement. Parce que sans lui, elle n’est rien. Elle n’a personne. Il est tout. Tout ce qu’elle a. Tout ce qu’il lui reste.

    Dans ce huit-clos mené tambour battant, la tension monte crescendo jusqu’à l’événement où tout bascule. Où tout s’enchaîne. La machine est lancée. Alma Brami met le doigt dans l’engrenage. Celui qui laisse peu de place à un avenir meilleur tant que l’étau se resserrera…
    Et la descente est vertigineuse. Les portes de l’enfer se dressent. Et avec elles la perte de soi. Alors l’écriture se durcit. Se saccade. Comme la vie d’Emilie. Elle vous prend aux tripes. Vous noue le ventre. Vous fait monter les larmes. De haine. D’écœurement. Le cœur au bord des lèvres.
    Qui ne dit mot consent n’est pas sans rappeler le splendide film de Maïwenn « Mon roi » qui met en lumière l’emprise psychologique et psychique qu’un homme peut avoir sur la femme (mais l'inverse est possible aussi). Cette propension qu’il peut avoir à la destruction habile, vicieuse et glaçante de l’être aimé. Cette finesse – si l’on peut dire – à faire accepter à l’autre l’inacceptable. A manipuler au point que l’autre se pensera fautif. Perdu. Et cela Alma Brami le décrit si bien que la lecture est souvent insoutenable, oppressante, suffocante.
    Alors oui, pour aborder ce roman, il faut avoir le cœur bien accroché. Peut-être une histoire personnelle bien éloignée aussi… Mais en même temps, il est une détonation. Car il force à ouvrir les yeux sur des choses que ne savions pas forcément nommer ou que nous ne voulions tout simplement pas voir …
    Et il vous fait dire que vraiment, briser une vie tient à si peu. Tient parfois en un mot … Amour.

  • Couverture du livre « Qui ne dit mot consent » de Alma Brami aux éditions Mercure De France

    0.25

    Dominique JOUANNE sur Qui ne dit mot consent de Alma Brami

    Huis-clos à la lenteur d’un boa constrictor étouffant sa proie.
    Un couple amoureux. Le mari décide de déménager dans une maison de campagne isolée avec son épouse et ses deux enfants. Puis, il y invite des soi-disant amies qu’il loge sous leur toit. Émilie comprend. Émilie accepte. Elle...
    Voir plus

    Huis-clos à la lenteur d’un boa constrictor étouffant sa proie.
    Un couple amoureux. Le mari décide de déménager dans une maison de campagne isolée avec son épouse et ses deux enfants. Puis, il y invite des soi-disant amies qu’il loge sous leur toit. Émilie comprend. Émilie accepte. Elle accepte tout car elle sait que son mari n’aime qu’elle jusqu’au jour où une femme moche et vulgaire va petit à petit prendre sa place. Elle va rester plus longtemps que les autres, jouir de la tonnelle, de sa chaise-longue, de leur vaisselle, de tout. S’incruster dans leurs souvenirs, les salir. Envahir l’espace jusqu’à faire venir ses propres enfants. Puis une autre, va encore la remplacer, s’installer, changer les meubles. La perversité du mari est à son extrême. La souffrance de sa femme est insoutenable mais elle coopérera avec l’indécence et la cruauté. Les enfants, devenus adultes, vont intervenir mais leur mère à bout de souffle, physiquement et moralement détruite, restera soumise à leur père qui continue à l’appeler « Mon cœur », qui lui reproche sa jalousie, qui n’a de cesse de lui faire vivre un calvaire avec ses invitées et ses vieilles copines jusqu’à la faire mourir. In-extremis, leur fille revient à la maison et constatant la déchéance de sa mère, décide de l’emmener loin de ce mari et père détraqué.
    Le pervers voit ainsi s’échapper sa proie avant son anéantissement total. Il lui a dit : « Tu reviendras en t’excusant mon Cœur, à très bientôt. »
    « Laura m’aida à sangler ma ceinture. Tu m’as détruite, je balbutiai presque pour moi. Il se pencha, plaqua ses lèvres contre mon oreille, apparemment pas assez, il susurra, pas assez. »
    La perversité et la soumission dans tous ses états. Un livre prenant. Une atmosphère angoissante. La tension monte au fil des pages.
    Je n’arrive pas à comprendre comment Émilie ait pu rester avec cet homme et vivre telle situation mais sans doute, ai-je eu cette chance immense de ne jamais croiser le chemin d’un amoureux pervers…
    Cela n’a pas été sans me rappeler le mécanisme de la manipulation et de l’emprise, décrit dans « Girls ». Tout commence par un esprit pur et malléable en manque d’amour et de reconnaissance.
    Sous une plume élégante, la violence explose. Lecture addictive.

  • Couverture du livre « Qui ne dit mot consent » de Alma Brami aux éditions Mercure De France

    0.25

    Lilac Grace sur Qui ne dit mot consent de Alma Brami

    J'aime beaucoup l'écriture d'Alma Brami et elle arrive toujours à m'émouvoir, son écriture est délicate, mais les sujets abordés sont forts et dérangeants. Dans ce huis clos, on suit la lente déchéance, descente aux enfers d'Emilie, qui est sou la coupe d'un mari  pervers narcissique qui va la...
    Voir plus

    J'aime beaucoup l'écriture d'Alma Brami et elle arrive toujours à m'émouvoir, son écriture est délicate, mais les sujets abordés sont forts et dérangeants. Dans ce huis clos, on suit la lente déchéance, descente aux enfers d'Emilie, qui est sou la coupe d'un mari  pervers narcissique qui va la détruire sans qu'elle ne puisse s'échapper, jusqu'à ce que ses enfants la sauve et lui fasse ouvrir les yeux alors qu'elle a failli y perdre la vie. J'ai été saisie, bousculée, émue par cette histoire, ce personnage que j'avais envie de sauver, de secouer pour qu'elle parte, qu'elle n'accepte plus l'inacceptable.

    Alors qu'elle se plaisait bien en ville son mari décide que la campagne c'est mieux et lui fait du chantage affectif pour s'y installer. Il lui fait miroiter une vie de rêve. Seulement ce sale type est un pervers narcissique, il l'éloigne de tous et de tout pour mieux l'avoir à sa merci, la façonner à son goût, en faire sa marionnette. En plus, d'être un salaud c'est aussi un séducteur qui pour se rassurer saute sur tout ce qui bouge, mais non  content de tromper sa femme, il lui impose la présence de ses "amies" sous son toit et devant ses enfants. Un personnage odieux, que j'avais envie de punir, de faire souffrir pendant tout le roman.

    Au fil des pages, la tension monte, on voit se dessiner un véritable enfer qui tranche avec le lieu où tout se passe. Il y a une telle violence dans la façon dont Emilie est traiter par son bourreau de mari, on en a le vertige. Je me suis prise à me demander ce que j'aurai fait si j'avais été à sa place. La violence conjugale n'est pas toujours physique, elle peut être psychique, quelles sont les limites de l'acceptable, jusqu'où est-on prêt à aller pour le bonheur de l'autre ? L'auteur ne sombre jamais dans le pathos, tout est maîtrisé, abyssale, il est impossible d'en ressortir comme on y est entré. Ce que j'ai aimé c'est que tout est plausible, on y croit à fond et il y a tant de couple où l'un souffre en silence pour que l'autre existe pleinement. Le déni dont fait preuve Emilie me fait penser à ces femmes qui sont violentées et frappées et ne partent trouvant même des excuses à leurs maris et se rendant responsables de cette situation.

    Les phrases sont percutantes, les tournures de phrases somptueuses, l'ambiance anxiogène. Vertigineux, tout est bien calibré, le lecteur est littéralement en apnée, attendant ce qui va advenir de cette pauvre Emilie.

    VERDICT

    Coup de coeur. C'est juste incroyable de beauté et terrifiant en même temps. Livre choc qui me poursuit encore et encore. Alma Brami m'avait déjà subjuguée avec son précédent roman et la elle réitère. J'adore.

    https://revezlivres.wordpress.com/2017/09/24/qui-ne-dit-mot-consent-alma-brami/

Voir tous les avis

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com