Alice Sebold

Alice Sebold

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (20)

  • add_box
    Couverture du livre « La nostalgie de l'ange (édition 2010) » de Alice Sebold aux éditions Nil

    Nathalie cez sur La nostalgie de l'ange (édition 2010) de Alice Sebold

    http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2017/la-nostalgie-de-l-ange.html

    http://lechatquilit.e-monsite.com/pages/mes-lectures-2017/la-nostalgie-de-l-ange.html

  • add_box
    Couverture du livre « La nostalgie de l'ange » de Alice Sebold aux éditions J'ai Lu

    Marie Hélène Izard sur La nostalgie de l'ange de Alice Sebold

    L'histoire est originale. Cette adolescente violée et tuée qui a le pouvoir de suivre l'enquête de son meurtre, de voir sa famille, ses amis vivrent et évoluer sans elle. Au départ la douleur des siens qui petit à petit au fil des années se cicatrise. C'est dur et émouvant mais c'est un très...
    Voir plus

    L'histoire est originale. Cette adolescente violée et tuée qui a le pouvoir de suivre l'enquête de son meurtre, de voir sa famille, ses amis vivrent et évoluer sans elle. Au départ la douleur des siens qui petit à petit au fil des années se cicatrise. C'est dur et émouvant mais c'est un très beau livre qui fait réfléchir.

  • add_box
    Couverture du livre « La nostalgie de l'ange » de Alice Sebold aux éditions J'ai Lu

    Manue la petite antiboise sur La nostalgie de l'ange de Alice Sebold

    Le début du roman m’a beaucoup plu. L’idée principale du roman, le fait que l’on voit ce qui se passe dans la vie d’une famille du point de vue de leur fille morte est intéressant.
    En effet qui n’a jamais souhaité savoir ce qu’était devenu une fille, un fils, une mère ou un grand-père parti...
    Voir plus

    Le début du roman m’a beaucoup plu. L’idée principale du roman, le fait que l’on voit ce qui se passe dans la vie d’une famille du point de vue de leur fille morte est intéressant.
    En effet qui n’a jamais souhaité savoir ce qu’était devenu une fille, un fils, une mère ou un grand-père parti trop tôt. Dans ce roman Alice Sebold nous donne sa version du paradis. Personnellement je me suis dit pourquoi pas, peut-être que finalement c’est la bonne… mais cela on ne le saura jamais.

    J’ai beaucoup apprécié que l’auteure jongle entre le passé (donc quand la jeune fille était encore en vie) et son présent (quand elle est au paradis et qu’elle observe tout).
    Elle a le loisir de pouvoir observer la vie de tout le monde, sa famille, ses amis, l’enquête et même son meurtrier.
    Les descriptions des sentiments sont assez bien approfondies. On assiste vraiment à des personnalités différentes et à différentes formes de deuil aussi.
    Ce qui m’a par contre un peu dérangée c’est que ce soit parfois un peu long. L’histoire ne progresse pas assez rapidement et on se demande vraiment s’il va se passer quelque chose d’important. Mais après c’est aussi l’évolution d’une famille donc je pense que c’est normal qu’il ne se passe pas beaucoup de rebondissements.

    Alice Sebold confronte ses personnages à l’absence, aux recherches, au non-dit et surtout au fait que le corps de leur enfant ne soit pas retrouvé. Je pense que c’est une situation très délicate et pénible pour une famille. Dans notre société combien d’enfants disparaissent chaque année, combien rentrent chez eux et combien sont toujours portés disparus après des mois et des années de recherches… Je pense que ce livre peut aider à faire le deuil d’un enfant disparu ou mort.

    Le roman se lit assez facilement, l’écriture est fluide. Le fait que l’histoire soit racontée du point de vue d’une jeune enfant donne au roman de la légèreté. Le sujet n’est pas facile à aborder et je pense qu’avoir choisi ce personnage-là à cet âge est une idée intéressante.
    La finalité de l’enquête ne m’a malheureusement pas réellement surprise… Je m’y attendais depuis le milieu du roman à vrai dire…
    Par contre j’ai beaucoup apprécié l’épilogue, savoir ce que certains protagonistes étaient devenus. J’ai aussi trouvé la dernière scène touchante, nous laissant imaginer un futur.

    http://fais-moi-peur.blogspot.fr/2016/01/affaire-n123-la-nostalgie-de-lange.html

  • add_box
    Couverture du livre « La nostalgie de l'ange » de Alice Sebold aux éditions J'ai Lu

    isabelle traon sur La nostalgie de l'ange de Alice Sebold

    Ce livre est un récit à une voix racontant l'histoire de Susie assassinée à l'âge de 14 ans par un de ses voisins.
    Elle regarde du ciel avec nostalgie la vie de ses proches, survivant à sa mort et l'avancement de l'enquête pour retrouver le meurtrier. Elle observe son père anéanti, sa mère...
    Voir plus

    Ce livre est un récit à une voix racontant l'histoire de Susie assassinée à l'âge de 14 ans par un de ses voisins.
    Elle regarde du ciel avec nostalgie la vie de ses proches, survivant à sa mort et l'avancement de l'enquête pour retrouver le meurtrier. Elle observe son père anéanti, sa mère totalement perdue, sa soeur Lindsey qui va vivre dans l'ombre de cette grande soeur disparue, son petit frère, sa grand-mère et ses amis également..... Elle va essayer de les aider, de leur faire prendre conscience que l'assassin n'est pas loin et leur envoyer des indices pour les mettre sur la piste.

    C'est un livre très émouvant, dur, déchirant qui ne laisse pas indifférent ; un roman sur l'apprentissage d'un deuil suite à un acte barbare, tout ceci raconté avec une certaine douceur et sans violence par une adolescente de 14 ans et aussi un récit sur la Famille et les liens qui les unissent.

    J'ignorais totalement qu'un film était sorti "Lovely Bones". Je ne sais pas si je me risquerais à le regarder car je suis souvent déçue par les adaptations cinématographiques.

    Je ne peux que vous encourager à lire ce livre. L'écriture d'Alice Sebold est fluide et elle aborde ce thème du deuil, mais sans mélodrame... La vie doit continuer après le départ d'un proche, même si cela prend du temps... Un message très touchant que nous donne cette lecture.

    Un petit bémol, car il en faut bien un, est le côté un peu surnaturel que prend l'histoire à un certain moment... j'ai trouvé cela un peu "too much"... ça a d'ailleurs perturbé ma lecture, mais rien de bien grave...