Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Alfred

Alfred

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « Senso » de Alfred aux éditions Delcourt

    Christine GAZO sur Senso de Alfred

    Aller simple pour l’Italie, les pins parasols, la chaleur écrasante, les fontaines, les murmurations somptueuses des oiseaux, le verbe haut des autochtones...
    Germano, de mauvais concours de circonstances en avalanche de malchances, se retrouve dans la peau d’un looser au cœur d’une soirée de...
    Voir plus

    Aller simple pour l’Italie, les pins parasols, la chaleur écrasante, les fontaines, les murmurations somptueuses des oiseaux, le verbe haut des autochtones...
    Germano, de mauvais concours de circonstances en avalanche de malchances, se retrouve dans la peau d’un looser au cœur d’une soirée de mariage à laquelle il n’a pas été invité, dans un hôtel où sa réservation n’a pas été confirmée...!
    Une rencontre imprévue avec Elena, elle aussi finalement un peu à la dérive, va connoter différemment cette nuit. Entre humour et sensualité, cet album nous offre un beau voyage... je vous le conseille vivement !

  • add_box
    Couverture du livre « Pourquoi j'ai tué Pierre » de Olivier Ka et Alfred aux éditions Delcourt

    Les Jolis Choux Moustachus sur Pourquoi j'ai tué Pierre de Olivier Ka - Alfred

    Pourquoi j’ai tué Pierre, c’est un pan de l’histoire d’Olivier, l’auteur.

    Olivier a grandi dans les années 70, entouré de ses parents babas-cool et de leurs amis hippies. Il a toujours été habitué à évoluer en communauté, à être entourés d’adultes libérés et libertaires.
    En parallèle, il a...
    Voir plus

    Pourquoi j’ai tué Pierre, c’est un pan de l’histoire d’Olivier, l’auteur.

    Olivier a grandi dans les années 70, entouré de ses parents babas-cool et de leurs amis hippies. Il a toujours été habitué à évoluer en communauté, à être entourés d’adultes libérés et libertaires.
    En parallèle, il a aussi passé beaucoup de temps avec ses grands-parents, plutôt rigides et très croyants. Le jeune garçon s’est forgé sa personnalité en voguant entre ces deux univers.

    Dès son plus jeune âge et jusqu’à ses 16-17 ans, Olivier part pour un mois dans une colo gérée par un curé, Pierre.
    Pierre est un gros nounours, il joue de la guitare, il sourit tout le temps, il donne de l’importance à chacun et pousse Olivier à prendre confiance en lui. Pierre, c’est l’ami d’Olivier, et le garçon lui rend bien. Et puis un jour, la confiance est brisée.

    Olivier Ka livre ici un récit très intime, sublimé par le dessin d’Alfred. Sans voyeurisme inutile et avec beaucoup de justesse, il retrace l’histoire de ce petit garçon devenu grand, au parcours singulier et inspirant. Pourquoi j’ai tué Pierre, c’est l’histoire de son histoire, dans laquelle il retrace et explique les chemins par lesquels il a dû passer pour pouvoir la raconter.

    Outre la puissance du récit en lui-même, j’ai eu une tendresse particulière pour la relation entre Olivier Ka et Alfred. Une très belle histoire d’amitié qui transcende le texte et transpire du livre. On sent que le dessinateur a mis tout son cœur et son talent à l’ouvrage pour sublimer et retranscrire aussi fidèlement que possible l’histoire de son ami.

  • add_box
    Couverture du livre « Come prima » de Alfred aux éditions Delcourt

    Les Jolis Choux Moustachus sur Come prima de Alfred

    Nous sommes dans les années 60, en France. Giovanni est venu trouver son frère Fabio, pour lui annoncer la mort de leur père et lui demander par la même occasion de revenir avec lui en Italie.
    Les deux frères embarquent à bord de la vieille Fiat 500 de leur paternel pour sillonner les routes...
    Voir plus

    Nous sommes dans les années 60, en France. Giovanni est venu trouver son frère Fabio, pour lui annoncer la mort de leur père et lui demander par la même occasion de revenir avec lui en Italie.
    Les deux frères embarquent à bord de la vieille Fiat 500 de leur paternel pour sillonner les routes vers leur village natal, que Fabio a quitté sans se retourner bien des années plus tôt.

    La route sera semée d’embûches, de rencontres, de disputes, de non-dits et de vérités qui éclatent au grand jour après des années sans se voir ni se parler. Chacun a vécu sa vie, a fait son chemin, ses propres erreurs, et aujourd’hui, ils se confrontent l’un à l’autre.

    Les deux frères ont eu leurs errances, leurs victoires, leurs doutes. Come Prima c’est un road-trip qui fait tomber les murs de fierté érigés entre deux frères que tout liait et que tout à fini par éloigner.

    C’est la première fois que je lisais une BD d’Alfred, et j’ai beaucoup aimé son écriture comme son coup de crayon. Le dessin peut paraître dur mais il s’en dégage beaucoup de sensibilité et de justesse. Les émotions des deux protagonistes sont à fleur de peau et on perçoit très vite leurs douleurs respectives.

    Une histoire familiale sur fond de fin de Seconde Guerre Mondiale qui se découvre avec plaisir et tendresse.

  • add_box
    Couverture du livre « Magisk magi ! » de Regis Lejonc et Alfred aux éditions Editions De La Gouttiere

    Claudia Charrier sur Magisk magi ! de Regis Lejonc - Alfred

    Reçu dans le cadre de la dernière Masse Critique Babélio que je remercie.


    Ma fille et moi-même l’avons lu ensemble, voulant avoir ses impressions sur cette petite BD.

    Je trouve toujours très enrichissant de pouvoir partager une lecture avec mes enfants, d’une part parce que l’on passe...
    Voir plus

    Reçu dans le cadre de la dernière Masse Critique Babélio que je remercie.


    Ma fille et moi-même l’avons lu ensemble, voulant avoir ses impressions sur cette petite BD.

    Je trouve toujours très enrichissant de pouvoir partager une lecture avec mes enfants, d’une part parce que l’on passe un agréable moment et d’autre part, j’aime avoir leur avis.


    Les enfants n’ont pas toujours la même vision que nous, ce qui fait tout l’intérêt d’une lecture en commun.


    Magisk Magi ! C’est l’histoire d’un petit bonhomme rigolo qui achète une formidable box qui contient un kit de magie. Celle-ci promet de transformer une peluche en une belle créature.


    Mais attention...Faut-il encore bien connaître la formule de magie !

    Rien ne fonctionne comme il le souhaite et la situation devient petit à petit ingérable…


    Ce qui est intéressant, c’est que malgré l’absence de dialogues, puisqu'il n’y a que des onomatopées, on arrive à suivre parfaitement l’histoire. De plus, les illustrations sont accompagnées de petits dessins exprimant les états d’âme du personnage. Ce qui fait que l’on passe du temps à regarder chaque image, car elles sont très démonstratives et complètes. Beaucoup de petits détails ont leur importance.

    Le graphisme est vraiment chouette. J’aime que le dessinateur ait utilisé que quelques couleurs que l’on retrouve du début à la fin. C’est original et plaisant à regarder.

    Un beau voyage dans un monde imaginaire qui nous fait sourire et nous donne envie de tourner les pages afin de connaître la fin de l’histoire.


    L'avis de Louisa (8 ans)

    Ce qui lui a beaucoup plu, et qu’elle m’a fait remarquer de suite : "C’est un livre qui peut-être lu par des enfants qui ne savent pas lire car on peut imaginer soi-même l’histoire, en passant de case en case ».


    D’ailleurs, en analysant chaque image, elle donnait la parole à haute voix au petit bonhomme en fonction de la situation…

    Elle a beaucoup aimé le thème et a trouvé l’histoire amusante.

    https://leslecturesdeclaudia.blogspot.fr/2018/04/magisk-magi.html