Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alexandre Lacroix

Alexandre Lacroix
Né en 1975, Alexandre Lacroix est rédacteur en chef de Philosophie magazine depuis 2005 et Professeur de littérature à l'Institut d'Études Politiques de Paris. Essayiste et romancier, L'Orfelin (Flammarion, 2012), vient clore une trilogie commencée avec De la supériorité des femmes (Flammarion... Voir plus
Né en 1975, Alexandre Lacroix est rédacteur en chef de Philosophie magazine depuis 2005 et Professeur de littérature à l'Institut d'Études Politiques de Paris. Essayiste et romancier, L'Orfelin (Flammarion, 2012), vient clore une trilogie commencée avec De la supériorité des femmes (Flammarion, 2008) et Quand j'étais nietzschéen (Flammarion, 2009).

Articles en lien avec Alexandre Lacroix (1)

Avis sur cet auteur (11)

  • add_box
    Couverture du livre « La naissance d'un père » de Alexandre Lacroix aux éditions Allary

    Sylvie FONTAINE sur La naissance d'un père de Alexandre Lacroix

    Le sujet de ce roman est intemporel puisqu'il aborde la paternité.
    Alexandre Lacroix nous livre son expérience de père qui a vu naître et grandir ses 5 enfants.
    Rentrer dans l'intimité du père, celui qui a engendré et qu'on appelle plus généralement le père de famille est un thème qui...
    Voir plus

    Le sujet de ce roman est intemporel puisqu'il aborde la paternité.
    Alexandre Lacroix nous livre son expérience de père qui a vu naître et grandir ses 5 enfants.
    Rentrer dans l'intimité du père, celui qui a engendré et qu'on appelle plus généralement le père de famille est un thème qui m'intéresse.
    D'autant que, comme le dit l'auteur, peu de romanciers ou intellectuels évoquent leur paternité.
    C'est pourquoi je suis partie très enthousiaste et curieuse à l'idée de lire ce roman qui ne manque pas de tendresse, d'esprit et de drôlerie.
    J'avoue avoir été soulagée lorsque page 195 l'auteur nous dit que " La naissance de Lucrezia est la dernière que je raconterai ici - je n'irai pas jusqu'à cinq."
    Cela m'a semblé tout à fait raisonnable !
    J'ai apprécié la franchise de l'auteur, sa facilité à abandonner toute pudeur.
    J'avoue avoir été émue par des situations décrites, lorsque l'enfance rime avec l'émerveillement, la spontanéité et l' innocence.
    Cependant, le sujet a beau être universel, je ne me suis pas du tout identifiée par ce modèle de vie de famille, peut-être parce que j'habite en province.
    J'ai trouvé un côté snob à Alexandre Lacroix, comme le dit d'ailleurs, à juste titre son épouse, Giulia.
    De plus, il y a beaucoup trop d'incohérences dans les descriptions.
    Je n'adhère pas, par exemple, à la scène de l'incendie dans la cage d'escalier de l'immeuble d'habitation.
    Le père de famille reste dans son appartement, suivant les conseils des pompiers, et s'endort paisiblement entouré de sa tribu pendant l'incendie.
    Je n'ai pas aimé non plus le rapport entretenu par l'auteur avec l'alcool : il veille son enfant hospitalisé en buvant une bouteille de vin ; il conduit ivre avec femme et enfants dans sa voiture.
    Et dans le même temps, il critique sévèrement Renaud et Marguerite Duras pour leur dépendance à l'alcool.
    Le but est-il d'écrire un témoignage comme thérapie ? celle qui fait du bien à celui qui écrit mais pas forcément à son lecteur.
    Il y a certaines lectures qu'il n'est pas nécessaire de publier. Un partage au sein de sa famille est suffisant pour leur dire tout l'amour qu'on leur porte.
    Alexandre Lacroix a eu du mal à conclure, il semblait s'essouffler à la fin de son récit.
    J'ai eu malheureusement le même sentiment.

  • add_box
    Couverture du livre « La naissance d'un père » de Alexandre Lacroix aux éditions Allary

    Marie Hélène Fasquel sur La naissance d'un père de Alexandre Lacroix

    Alexandre Lacroix a décidé d'écrire un livre centré sur la paternité, pas simplement un récit autobiographique et ce pari est réussi ! Ce roman, sous forme de chapitres courts, tous centrés sur un épisode particulier, m'a passionnée : l'auteur est de toute évidence sincère et nous livre aussi...
    Voir plus

    Alexandre Lacroix a décidé d'écrire un livre centré sur la paternité, pas simplement un récit autobiographique et ce pari est réussi ! Ce roman, sous forme de chapitres courts, tous centrés sur un épisode particulier, m'a passionnée : l'auteur est de toute évidence sincère et nous livre aussi bien ses réussites que ses échecs, ses difficultés et errances.

    Ce texte fort, ancré dans le réel, dans l'expérience, et non dans la connaissance ou la réflexion abstraite, m'a offert une vision extrêmement intéressante de la paternité.

    En effet, en tant que maman, mes souvenirs sont, somme toute, centrés sur ce que j'ai ressenti en tant que femme et ce point de vue autre m'a enchantée.

    Qui n'a un jour rêvé d'inverser les rôles, comme dans certains films par exemple, pour être dans la peau de l'autre et voir "comment ça fait" ?

    "Comment ça fait" d'être père ? Bien sûr un père aimant, attentif, désireux de bien faire, même maladroitement, même timidement ? On dirait bien que ce n'est pas si différent que d'être une mère dans le même cas. Je me suis reconnue dans certaines décisions, réflexions, envies d'avenir pour mon fils.

    Nos enfants partagent les gènes de leurs parents à parts égales, mais également les mêmes alarmes, soucis et joies. Les papas aussi veillent, saignent et s'émerveillent. Ils sont, comme nous, mamans, viscéralement attachés à leur nourrisson, puis à la personne qui se construit avec eux, contre eux, grâce à eux. Comme nous, ils sont les preux chevaliers de leur lignage, repoussant farouchement les dangers, aimant leurs petits de toutes leurs forces, pratiquant sur eux, finalement, une sorte d'adoubement de la vie, leur transmettant valeurs et amour de l'existence, jusqu'à l'inévitable fin.

    Et ils ont aussi à composer avec le rôle qu'on attend d'eux, la place qu'on leur assigne.

    Oui, une épopée, vraiment, un très beau rappel, voire une superbe découverte auxquels l'auteur nous convie.

    Son texte se lit d'une traite, nous bouleverse, nous fait réfléchir et sourire, et nous aide à affiner le sens de notre présence sur Terre, qu'inlassablement nous cherchons à déchiffrer.

    Un ouvrage inclassable (roman/autobiographie/document) et touchant, à dévorer sans hésiter.

  • add_box
    Couverture du livre « La naissance d'un père » de Alexandre Lacroix aux éditions Allary

    Sylviane Vandamme sur La naissance d'un père de Alexandre Lacroix

    Bonjour,trés envie de lire le roman sur la paternité.C'est souvent la mère qui parle de cette expériance que ce roman me tente à découvrir !!!!

    Bonjour,trés envie de lire le roman sur la paternité.C'est souvent la mère qui parle de cette expériance que ce roman me tente à découvrir !!!!

  • add_box
    Couverture du livre « La naissance d'un père » de Alexandre Lacroix aux éditions Allary

    Jean-Paul Degache sur La naissance d'un père de Alexandre Lacroix

    Explorateurs RENTRÉE LITTÉRAIRE 2020 :

    Alexandre Lacroix a déjà un beau palmarès dans l’édition : des romans, des essais et même des albums jeunesse. De plus, il est rédacteur en chef de Philosophie Magazine et cofondateur de l’école d’écriture Les Mots.
    Alors, quand il se lance dans La...
    Voir plus

    Explorateurs RENTRÉE LITTÉRAIRE 2020 :

    Alexandre Lacroix a déjà un beau palmarès dans l’édition : des romans, des essais et même des albums jeunesse. De plus, il est rédacteur en chef de Philosophie Magazine et cofondateur de l’école d’écriture Les Mots.
    Alors, quand il se lance dans La Naissance d’un père, il prend un risque puisque le père en question, c’est lui. Le livre étant annoncé comme roman, je ne sais faire la part du réel et du romancé au cours de ces 460 pages. Malgré tout, je pense que la réalité l’emporte sur la fiction, un savant dosage des deux qui donne un livre agréable à lire, d’une écriture soignée, et riche en anecdotes, qu’elles soient prises dans la vie familiale ou non.
    L’auteur divise son livre en trois grandes parties, aux titres un peu énigmatiques : Un, Trois et Cinq. Ces chiffres sont calqués sur le nombre de ses enfants pour la période concernée. Il m’a emmené d’abord en Avignon avec Mathilde qui lui donne Bastien, le même jeune homme qui clôturera le livre. Puis, c’est Paris où Giulia met au monde Andreano, Lucrezia et Giacomo (Trois) et enfin Pietro (Cinq).
    Tout ce qui est écrit semble vécu, présenté avec de savoureuses descriptions détaillées sans concession, avec un goût un peu vachard pour croquer les personnes rencontrées. Alexandre Lacroix ose raconter ce que les hommes préfèrent écarter, ne pas évoquer : l’accouchement, les soins apportés au bébé, les couches, les nuits hachées, les soucis permanents du quotidien, la vie quoi.
    J’ai lu tout cela avec parfois un sourire dubitatif aux lèvres car je suis grand-père – je préfère entendre papi – de quatre formidables petits-enfants qui nous ont été donnés par nos deux fils et leurs compagnes. Pour moi, ces bébés nés au cours des premières années du XXIe siècle, ont été une émouvante et extraordinaire révision des années vécues comme père et j’ai apprécié la lecture d’un livre qui présente finalement une grande famille intercalée entre les deux périodes que j’ai eu la chance de vivre avec des enfants en bas âge.
    Alexandre Lacroix ne se prive pas de donner son avis sur quantité de sujets au passage, au fil des séquences de vie. Je sais qu’il n’apprécie ni Renaud, ni Carlos mais j’aurais aimé qu’il parle des chanteurs qu’il aime.
    L’Italie est de plus en plus présente au fil des pages car Giulia est Italienne et les prénoms de ses quatre enfants l’attestent. Séquences éducatives, vacances, vie avignonnaise et parisienne, travail, Alexandre Lacroix m’a surpris en parlant, sur la fin, de l’écriture de ce livre que je tiens en mains grâce aux Explorateurs de la Rentrée littéraire 2020 de Lecteurs.com et aux éditions Allary. Il partage tout simplement ses doutes et ses espoirs, ses hésitations aussi, son travail d’écrivain. J’ai apprécié ces réflexions au final, poussant un peu plus fort le côté autobiographique du roman.
    La Naissance d’un père m’a plu la majorité du temps, irrité parfois, lassé un peu par sa longueur mais c’est une œuvre importante qu’il faut faire lire aux plus jeunes, une ode essentielle à l’amour, à la vie et au partage d’un bonheur familial pas toujours facile à trouver.

    Chronique illustrée à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/