Alexander Mccall Smith

Alexander Mccall Smith
Ressortissant britannique né en 1948 au Zimbabwe, où il a grandi, Alexander McCall Smith vit aujourd'hui à Edimbourg. Il y exerce les fonctions de professeur de droit appliqué à la médecine et est parallèlement membre du Comité international de bioéthique à l'UNESCO. Il a vécu quelques années au ... Voir plus
Ressortissant britannique né en 1948 au Zimbabwe, où il a grandi, Alexander McCall Smith vit aujourd'hui à Edimbourg. Il y exerce les fonctions de professeur de droit appliqué à la médecine et est parallèlement membre du Comité international de bioéthique à l'UNESCO. Il a vécu quelques années au Botswana où il a contribué à l'organisation de la première école de droit et rédigé le Code pénal. Il a écrit une cinquantaine d'ouvrages allant du manuel juridique au précis de grammaire portugaise et de nombreux livres pour enfants. Il est notamment l'auteur des aventures de la désormais célèbre Mma Ramotswe, première femme détective du Botswana, qui compte déjà sept tomes, et d'un recueil de contes intitulé La Femme qui épousa un lion. Le Club des philosophes amateurs est le premier volume d'une nouvelle série située cette fois en Ecosse, et dont le deuxième volet, Amis, amants, chocolat, a paru en 2006 aux Editions des 2 Terres.

Avis (9)

  • add_box
    Couverture du livre « Un peu de recul chère Isabel ! » de Alexander Mccall Smith aux éditions Lattes

    marie heckmann sur Un peu de recul chère Isabel ! de Alexander Mccall Smith

    Isabel et son mari Jamie sont comblés par la naissance de leur deuxième enfant. Mais Charlie, qui n'a pas encore quatre ans, ne raffole pas de son petit frère. Pire, il fait comme si Magnus n'existait pas. Isabel doit trouver le moyen d'inculquer à son fils aîné la patience et la compréhension...
    Voir plus

    Isabel et son mari Jamie sont comblés par la naissance de leur deuxième enfant. Mais Charlie, qui n'a pas encore quatre ans, ne raffole pas de son petit frère. Pire, il fait comme si Magnus n'existait pas. Isabel doit trouver le moyen d'inculquer à son fils aîné la patience et la compréhension qui l'ont guidée dans sa propre vie. Mais voilà que son amie Béa lui demande son aide car lors de son dernier dîner, elle a présenté une amie fortunée à un chirurgien plastique. Mais lorsqu'on lui révèle certaines informations troublantes sur ce dernier, elle craint d'avoir commis une erreur en orchestrant cette rencontre. Isabel accepte de se renseigner. Mais lorsque son enquête prend un tour inattendu, elle commence à se demander sur qui, au juste, elle devrait enquêter. ...
    En lisant la 4è de couverture, j'ai appris que cette auteur avait déjà écrit plusieurs romans de ce club des philosophes. Ici on suit les émois, les réflexions un peu tarabiscotées et autres interrogations métaphysiques teintées d’humour d'Isabel. Elle a un côté legerement Agatha Raisin dans sa tendance à se mêler de la vie des autres...
    J'ai été séduite par ce personnage atypique et sa façon de mener ses diverses vies en 1 seule mais je ressors un peu mitigée de cette lecture.. Pourquoi? je ne sais pas trop... J'ai aimé, mais cela n'est pas 1 coup de coeur car le style d'écriture ne m'a pas convaincue à 100%. Mais dans l'ensemble, cela reste 1 lecture agréable.

  • add_box
    Couverture du livre « Le café du matin réserve bien des surprises » de Alexander Mccall Smith aux éditions Editions Des Deux Terres

    Bernard Viallet sur Le café du matin réserve bien des surprises de Alexander Mccall Smith

    À Edimbourg (Ecosse), Isabel Dalhousie se retrouve invitée à prendre un café à Elephant House par George MacLeod, docteur de l'Université. L’ennui, c’est qu’Isabel, travaillant comme lectrice chez un éditeur, n’a qu’une vague idée de qui peut bien provenir cette invitation qui est d’ailleurs...
    Voir plus

    À Edimbourg (Ecosse), Isabel Dalhousie se retrouve invitée à prendre un café à Elephant House par George MacLeod, docteur de l'Université. L’ennui, c’est qu’Isabel, travaillant comme lectrice chez un éditeur, n’a qu’une vague idée de qui peut bien provenir cette invitation qui est d’ailleurs très vite démentie. MacLeod prétexte avoir été victime d’un mailing collectif. Mais, pour se faire pardonner, il invite néanmoins Isabel qui accepte. Et voilà que Roz MacLeod accuse Isabel d’être la maîtresse de son mari. Beaucoup de bruit et d’agitation pour un simple petit café du matin !
    Ce court roman, sorte de novella, qui se veut vaguement enquête policière, (se pose en effet la question de savoir qui est la maîtresse de George et accessoirement l’amant(e) de Roz) démarre assez bien avant de très vite perdre de son intérêt. Heureusement que ce texte est court, car l'ennui menace assez vite. Quand Hachette se met à donner dans l’e-book gratuit sans doute pour lancer un auteur aussi couvert de prix littéraires soit-il, il ne fait guère mieux que les petites maisons qui ont fait leur fonds de commerce de ces préquels et autres teasers plus ou moins intéressants. L’écriture est de qualité, c’est sans doute le meilleur aspect de cet ouvrage. Pour le reste, le lecteur jettera un voile pudique. C’est léger mais ça manque de punch !

  • add_box
    Couverture du livre « Mma Ramotswe Detective » de Alexander Mccall Smith aux éditions 10/18

    Yves MABON sur Mma Ramotswe Detective de Alexander Mccall Smith

    Souvent on lit un livre et ensuite on découvre avec plaisir -ou pas- son adaptation cinématographique ou télévisuelle. Une fois n'est pas coutume, j'ai découvert la série télé L'Agence N°1 des Dames Détectives sur Arte il y a quelques années et sous le charme de l'actrice principale, Jill Scott,...
    Voir plus

    Souvent on lit un livre et ensuite on découvre avec plaisir -ou pas- son adaptation cinématographique ou télévisuelle. Une fois n'est pas coutume, j'ai découvert la série télé L'Agence N°1 des Dames Détectives sur Arte il y a quelques années et sous le charme de l'actrice principale, Jill Scott, des autres acteurs et de la série en entier, je me suis procuré les deux premiers livres d'Alexander McCall Smith. J'ai mis un peu de temps à en entamer la lecture, sans doute par peur de ne pas y retrouver ce fameux charme. Quelle erreur ! Tout y est et je peux dire que la série télé est très fidèle aux romans. C'est bourré de chaleur humaine, de bonne humeur, celle de Mma Ramotswe est communicative. On sent le soleil, la chaleur, la bonté, la bienveillance et l'écoute de cette femme, sa candeur, son éternel émerveillement devant les habitants et les paysages du Botswana : "Juste après le carrefour de Mochudi, le soleil apparut, s'élevant au-dessus des vastes plaines qui s'étirent jusqu'à Limpopo. Tout à coup, il était là, souriant à l'Afrique, ballon rouge étincelant, glissant peu à peu vers les hauteurs, se détachant sans effort pour prendre sa liberté sur l'horizon et dissiper les dernières volutes de brume matinale." (p.133) Elle fait preuve d'une joie de vivre rare : elle aime prendre son temps, boire du thé rouge avec ses amis, notamment le garagiste Mr J.L.B. Matekoni amoureux d'elle et qui veut l'épouser, mais Mma Ramotswe n'est pas prête à un second mariage après le fiasco du premier.

    Et l'intrigue me demanderez-vous puisqu'il s'agit d'un agence de détectives ? Eh bien, je vous répondrai : les intrigues, puisque son agence est souvent sollicitée. A chaque fois, Mma Ramotswe trouve un truc, une astuce originale pour arriver à ses fins quitte à s'arranger avec la légalité pour ne pas mettre les gens -victimes et parfois même coupables- dans l'embarras. Et nous, de lire ses aventures avec un plaisir qui ne diminue pas de la première à la dernière page, l'auteur a su créer un personnage et une atmosphère qui font du bien au lecteur. D'ailleurs, le tome deux m'attend, je vais m'y plonger tout de suite...

  • add_box
    Couverture du livre « De l'importance d'avoir sept ans » de Alexander Mccall Smith aux éditions 10/18

    Christelle KORCHI sur De l'importance d'avoir sept ans de Alexander Mccall Smith

    C’est le 6ème tome des chroniques d’Edimbourg et l’on voit évoluer les personnages des précédents tomes. Bertie grandit et il est impatient d’avoir 7 ans. j’aime l’écriture de l’auteur qui est fluide et imagée. Il parsème les pages de petits conseils, de sagesse.

    Je n’ai pas lu les tomes...
    Voir plus

    C’est le 6ème tome des chroniques d’Edimbourg et l’on voit évoluer les personnages des précédents tomes. Bertie grandit et il est impatient d’avoir 7 ans. j’aime l’écriture de l’auteur qui est fluide et imagée. Il parsème les pages de petits conseils, de sagesse.

    Je n’ai pas lu les tomes précédents et cela n’a gêné en rien ma lecture mais je pense qu’il est mieux de les lires car du coup on prend l’histoire en cours.

    Une histoire sympathique, des personnages attachants j’ai bien aimé découvrir l’univers de Bertie ce petit prodige bien singulier. Une découverte agréable.

    VERDICT

    Une lecture sympathique qui donne envie de rattraper le retard et de lire le prochain.

    https://lilacgrace.wordpress.com/2015/05/01/de-limportance-davoir-sept-ans-mc-call-smith-alexander/

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !