Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alberto Moravia

Alberto Moravia

Alberto Moravia de son vrai nom Alberto Pincherle est né le 22 novembre 1907 et mort le 26 septembre 1990 à Rome.

Ecrivain italien, il publie son premier roman à 20 ans Les indifférents alors qu’il séjourne dans un sanatorium pour cause de tuberculose. Existentialiste avant l’heure, cet ou...

Voir plus

Alberto Moravia de son vrai nom Alberto Pincherle est né le 22 novembre 1907 et mort le 26 septembre 1990 à Rome.

Ecrivain italien, il publie son premier roman à 20 ans Les indifférents alors qu’il séjourne dans un sanatorium pour cause de tuberculose. Existentialiste avant l’heure, cet ouvrage demeure une référence dans son œuvre.

Écrivain, journaliste et essayiste, ses ouvrages constituent une analyse minutieuse des conventions sociales et de leur influence sur les relations de couple, offrant une analyse psychologique acérée des personnages de ses romans.

Les thèmes de ses écrits ont parfois été l’objet de scandale mais ont inspiré les plus grands réalisateurs comme Vittorio de Sica (La Ciociara-1960), Jean-Luc Godard (Le Mépris-1963), Bernardo Bertolucci (Le conformiste-1970) et plus récemment Cédric Khan (L’ennui-1998).

Articles en lien avec Alberto Moravia (2)

  • La Bibliothèque de l'Inde : conseils de lecture
    La Bibliothèque de l'Inde : lectures conseillées

    Par son gigantisme, son histoire, sa richesse culturelle et spirituelle, l’Inde fascine, effraie, séduit mais ne laisse pas indifférent. Des écrivains-voyageurs aux témoignages de natifs, des romans inspirés aux réflexions philosophiques, l’Inde en a inspiré plus d’un pour relater un pays toujours en mouvement et tellement riche de contradictions.

  • Conversation entre Vincent Hein et Patrick Boman, écrivains-voyageurs
    Conversation entre Vincent Hein et Patrick Boman, écrivains-voyageurs

    Conversation entre deux écrivains-voyageurs à propos de l'Inde. Patrick Boman y a vécu et livre ses impressions à Vincent Hein qui, lui, vit en Chine. Entre banissement des clichés et réalités du quotidien, c'est une vision actuelle et humaniste à propos d'un pays complexe et foisonnant.

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Le mepris » de Alberto Moravia aux éditions J'ai Lu

    Eny-Dane sur Le mepris de Alberto Moravia

    J'ai relu aussi "Desideria" ancienne version parue chez Flammarion, magnifiquement traduite, livre très fort, intime, sur la vie d'une jeune fille. Etrange dialogue entre l'auteur et elle. Dès les premières pages le lecteur est face à une introspection franche, tranchante, à sa boulimie, ses...
    Voir plus

    J'ai relu aussi "Desideria" ancienne version parue chez Flammarion, magnifiquement traduite, livre très fort, intime, sur la vie d'une jeune fille. Etrange dialogue entre l'auteur et elle. Dès les premières pages le lecteur est face à une introspection franche, tranchante, à sa boulimie, ses angoisses lorsqu'elle découvre qu'elle est adoptée, une mère défaillante, la prostitution....

  • add_box
    Couverture du livre « Conformiste » de Alberto Moravia aux éditions Flammarion

    GeorgesSmiley sur Conformiste de Alberto Moravia

    Marcello ! Non, ce n’est pas celui qu’Anita Ekberg poursuivait de ses pulpeux atours autour de la fontaine de Trévi, aux grandes heures du cinéma italien. Ce Marcello-là, n’a aucune disposition pour la Dolce Vita. Enfant, il a été persécuté par ses camarades d’école qui le trouvait efféminé. Il...
    Voir plus

    Marcello ! Non, ce n’est pas celui qu’Anita Ekberg poursuivait de ses pulpeux atours autour de la fontaine de Trévi, aux grandes heures du cinéma italien. Ce Marcello-là, n’a aucune disposition pour la Dolce Vita. Enfant, il a été persécuté par ses camarades d’école qui le trouvait efféminé. Il se sent différent, fait preuve de cruauté vis-à-vis des animaux et échappe de peu à un pédophile. Quand on se sent différent, que les autres vous le font méchamment comprendre, il est très difficile d’accepter sa différence. Marcello aspire à rentrer dans le rang et à la normalité la plus banale. Il fera tout pour se conformer à la norme, sociale, sexuelle, affective, politique. Et lorsqu’il devient un obscur mais ordinaire fonctionnaire, dans cette Italie de la fin des années trente, cela signifie aussi se compromettre et prêter main forte (ou faible) aux basses besognes d’un régime dictatorial.
    « Dans son désir de se soumettre à une norme quelconque, il n’avait pas choisi celle de la religion chrétienne qui défend de tuer, mais bien une autre, toute différente, politique celle-là et de fondation récente, à laquelle le sang ne répugnait pas. »
    C’est glaçant, d’autant que le personnage n’éprouve en général, aucune émotion, n’a d’empathie pour rien ni personne, même pas pour le fascisme et ses dirigeants sur lesquels il ne se fait aucune illusion. Il est fasciste parce que c’est la norme et parce qu’il éprouve… «Une aspiration à être normal; une volonté d'adaptation à une règle reconnue et générale; un désir de ressembler à tous les autres puisque, être différent signifiait être coupable. »
    Et si nous tentions, cinq minutes, de quitter le conformisme qui cantonnerait ce roman à une énième condamnation du fascisme. Oublions un peu le fascisme, il appartient au passé, même s’il renaît perpétuellement sous d’autres formes, dans d’autres lieux, en se drapant d’autres oripeaux, avec la même bêtise, la même lâcheté et les mêmes bassesses. Ce serait, à mon sens, particulièrement réducteur pour ce roman, à l’écriture fluide et à la lecture facile, qui mérite mieux que quelques larmes de crocodile à verser sur un passé tragique : «C’était donc cela le passé : ce vacarme devenu silence, cette ardeur désormais éteinte auxquels la matière même du journal, ce papier jauni qui, avec les années, s’effrite et tombe en poussière, prêtait un caractère vulgaire et médiocre. Le passé était fait de violences, d’erreurs, de duperies, de futilités, extravagantes et qui assourdissent… seules choses que, jour par jour, les hommes trouvaient dignes d’être publiées et transmises à la postérité. La vie normale et profonde était absente de ces feuillets… »
    C’est avant tout un roman sur la différence, la culpabilité, le refoulement, le besoin d’être accepté, d’être considéré comme normal, d’appartenir au groupe et, pour finir, sur le manque d’empathie.
    « Et se découvrir insensible, c'était se découvrir guéri. » C’est bien souvent, ce manque d’imagination et d’empathie, qui conduit des individus ordinaires, assurés qu’ils sont d’être en conformité avec les autorités ou l’air du temps, à se conduire, vis-à-vis de ceux qu’on leur a désigné comme différents, comme la lie de l’humanité. C’est autant valable pour les sicaires nazis ou mussoliniens, que pour les nervis des goulags soviétiques et les égorgeurs d’otages ou les crucificateurs d’aujourd’hui.
    Mais quid de l’homo occidentalus qui écrit ce billet ou qui le lit en cet instant ? Il n’a pas de sang sur les mains, mais est-il, pour autant, prêt à accepter ou à cultiver sa différence. Ne ressent-il pas le même besoin de se conformer ? N’est-il pas ravi de penser ce que la majorité pense (les médias sont là pour penser à votre place), sans s’être trop documenté ni interrogé ? N’est-il pas ravi de porter les mêmes vêtements, de manger les mêmes repas que ses voisins ou de faire un cadeau à son conjoint le 14 février en même temps que tout le monde ? N’est-il pas heureux de s’en aller chanter, hurler, conspuer et insulter dans un stade, qui l’arbitre, qui l’adversaire, qui le joueur qui ne se conforme pas à ce qu’on attend de lui ? Aussi anonyme qu’on peut l’être, perdu dans une foule, ne se sent-il pas assez fort et invulnérable pour ne pas résister à la tentation de se montrer sous un jour dont il aurait honte s’il était tout seul ?
    N’accablons pas (trop) le vulgum pecus car l’Epoque est, elle-aussi, à la conformité, si ce n’est au conformisme. Ces normes énormes dont on finirait par se demander si le seul but n’est pas d’assurer la subsistance d’une armée de normeurs s’acharnant sur le dos de normés redoutant tous de ne plus être conformes. Tout cela est-il bien normal ? Attention, car, dans l’industrie, les produits non conformes vont au rebus. Le Conformisme n’est-il pas un des symptômes d’une société totalitaire ?
    Allez, je dois vous quitter, on m’attend pour le Contrôle technique. Pourvu qu’ils ne trouvent rien d’anormal.

  • add_box
    Couverture du livre « Le mepris » de Alberto Moravia aux éditions J'ai Lu

    Parisienne sur Le mepris de Alberto Moravia

    Un livre sublime qui a donné lieu à une adaptation qui est devenue un film culte. L'écriture de Moravia frappe en plein coeur.

    Un livre sublime qui a donné lieu à une adaptation qui est devenue un film culte. L'écriture de Moravia frappe en plein coeur.

  • add_box
    Couverture du livre « Le mepris » de Alberto Moravia aux éditions J'ai Lu

    NORMAND Annabelle sur Le mepris de Alberto Moravia

    C'est un très beau livre écrit par la belle plume d'Alberto MORAVIA, dont l'adaptation cinématographique est au plus près de ce livre dans les rapports compliqués que peut rencontrer un couple. On voit l'evolution de notre heroine qui s'ennuie, puis ne peut plus supporter son conjoint. L'auteur...
    Voir plus

    C'est un très beau livre écrit par la belle plume d'Alberto MORAVIA, dont l'adaptation cinématographique est au plus près de ce livre dans les rapports compliqués que peut rencontrer un couple. On voit l'evolution de notre heroine qui s'ennuie, puis ne peut plus supporter son conjoint. L'auteur écrit les problèmes conjugaux d'une manière limpide, comme un puzzle avec lequel on assemble les pièces au fur et à mesure de la lecture.