Albert Cossery

Albert Cossery

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (8)

  • add_box
    Couverture du livre « Mendiants et orgueilleux » de Albert Cossery aux éditions Joelle Losfeld

    Véronique MEYER sur Mendiants et orgueilleux de Albert Cossery

    Dans les rue du Caire, Gohan, ancien professeur de philosophie a choisi de vivre en mendiant, sa seule préoccupation étant de satisfaire son besoin quotidien de drogue que ne manque pas de lui fournir son ami Yeghen, lui-même quelque peu désoeuvré. El Kordi quant à lui, vivote de son poste au...
    Voir plus

    Dans les rue du Caire, Gohan, ancien professeur de philosophie a choisi de vivre en mendiant, sa seule préoccupation étant de satisfaire son besoin quotidien de drogue que ne manque pas de lui fournir son ami Yeghen, lui-même quelque peu désoeuvré. El Kordi quant à lui, vivote de son poste au Ministère mais rêve d'un soulèvement du peuple égyptien et est amoureux d'une prostituée. La vie suit ainsi son cours jusqu'à ce qu'Arnaba, prostituée exerçant dans la maison close que ces trois hommes fréquentent se fasse assassiner. Le commissaire Nour el Dine va entrer en scène, et l'enquête va un peu chambouler tout ce petit monde, mais la chute est loin d'être celle à laquelle on s'attend !


    Ce très beau roman d'Albert Cossery nous plonge dans la vie de personnages hauts en couleur, une sorte de cour des miracles aux personnalités étonnantes et attachantes, mais sous le vernis d'une histoire somme toute assez simple, se cache une véritable question philosophique, celle de l'importance de la possession . Est-on plus heureux avec des biens ? Sous couvert de cette histoire, Albert Cossery nous livre cette conclusion : ne rien posséder ouvre les portes de la liberté, le dénuement offre la sagesse et vivre dans le dénuement n'entache en rien la dignité... Au point de devenir mendiant, par choix !

  • add_box
    Couverture du livre « Les couleurs de l'infamie » de Albert Cossery aux éditions Joelle Losfeld

    Littéraflure sur Les couleurs de l'infamie de Albert Cossery

    Hâtez vous de lire Cossery. Dans une langue magnifique, l'auteur fait la fable douce amère d'un moins que rien devenu prince des voleurs. À lire après "l'immeuble Yacoubian" et avant "rue des voleurs" du fraîchement Goncourisé Mathias Énard. Les propos de Cossery sont modernes et son credo, le...
    Voir plus

    Hâtez vous de lire Cossery. Dans une langue magnifique, l'auteur fait la fable douce amère d'un moins que rien devenu prince des voleurs. À lire après "l'immeuble Yacoubian" et avant "rue des voleurs" du fraîchement Goncourisé Mathias Énard. Les propos de Cossery sont modernes et son credo, le plus respectable qui soit : ceux qui adulent l'argent ne méritent que le mépris.

  • add_box
    Couverture du livre « Mendiants et orgueilleux » de Albert Cossery aux éditions Joelle Losfeld

    Lybertaire Bibliolingus sur Mendiants et orgueilleux de Albert Cossery

    [...]
    Albert Cossery aime ses personnages, et ça se ressent. Ce n’est pas l’intrigue qui alimente le plaisir de lire, mais l’intensité, le naturel et la simplicité de chaque personnage. Cette œuvre est remarquablement transparente : tout comme chez Jean Meckert (publié dans la même collection),...
    Voir plus

    [...]
    Albert Cossery aime ses personnages, et ça se ressent. Ce n’est pas l’intrigue qui alimente le plaisir de lire, mais l’intensité, le naturel et la simplicité de chaque personnage. Cette œuvre est remarquablement transparente : tout comme chez Jean Meckert (publié dans la même collection), les idées sont revêtues de personnages, et non l’inverse. Chacun porte en soi des valeurs, des idées, et s’entrechoque aux autres ; ils sont hauts en couleur, improbables mais espérés, et forgés par tant d’idéalisme qu’on les fait siens dès les premières pages.

    Mendiants et orgueilleux, tout à la fois, est un texte riche de significations, qui résonne, qui ébranle par la manière dont Albert Cossery décrit ses personnages. L’écriture est mystérieuse tant elle est à la fois douce, mouvante, harmonieuse dans ses formes, et sincère, dure, réaliste, dans son fond. On entre dans la pensée d’un homme engagé pour lequel la paix ne passe pas par le progrès et l’accumulation de richesses. En constant recul sur la société et son fonctionnement, il offre une lecture captivante, et pourtant relativement peu connue.
    L'article entier sur mon blog :
    http://www.bibliolingus.fr/mendiants-et-orgueilleux-albert-cossery-a80136594

  • add_box
    Couverture du livre « Un complot de saltimbanques » de Albert Cossery aux éditions Joelle Losfeld

    Jean Louis Martin sur Un complot de saltimbanques de Albert Cossery

    Une ville quelconque en Egypte, à l'époque de Nasser (ou peut-être Sadate, mais peu importe). Une bande d'amis désoeuvrés, par choix. Un humour discret mais toujours présent. Des personnages secondaires finements dessinés (Rezk, et surtout Salma). Un grand plaisir de lecture. (s'il faut une...
    Voir plus

    Une ville quelconque en Egypte, à l'époque de Nasser (ou peut-être Sadate, mais peu importe). Une bande d'amis désoeuvrés, par choix. Un humour discret mais toujours présent. Des personnages secondaires finements dessinés (Rezk, et surtout Salma). Un grand plaisir de lecture. (s'il faut une critique : Albert Cossery était un grand paresseux, et on sent qu'à un moment, il n'a plus envie d'écrire. d'où une fin un peu bâclée).

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !