Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Albert Cohen

Albert Cohen

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis sur cet auteur (47)

  • add_box
    Couverture du livre « Belle du seigneur » de Albert Cohen aux éditions Gallimard

    Sweetcactus sur Belle du seigneur de Albert Cohen

    Lire ce roman, c'est s'attaquer à un mythe, le livre aux 1000 louanges, le Grand roman d'amour. C'est vrai qu'il y a une force indéniable dans cet amour, dans ce couple , une magie des mots qui opère au fils des pages . L'auteur maîtrise le grand art de la description, toutes les émotions, les...
    Voir plus

    Lire ce roman, c'est s'attaquer à un mythe, le livre aux 1000 louanges, le Grand roman d'amour. C'est vrai qu'il y a une force indéniable dans cet amour, dans ce couple , une magie des mots qui opère au fils des pages . L'auteur maîtrise le grand art de la description, toutes les émotions, les couleurs des sentiments, des gestes, y sont décrits avec profondeur . La folie de Solal décrite sur des pages et des pages en est le parfait exemple.
    Cependant que ce livre est long et s'étire sur 850 pages, on s'y perd, on s'ennuie parfois (d'ailleurs je l'ai abandonné un temps, lasse des minauderies de l'une, de l'ennui féroce de l'autre...... 200 pages de moins n'auraient pas été un crime.....). On passe doucement d'une vie bourgeoise, bien tracée,bien rangée, pleine de protocoles et de collets-montés bienséants, à la passion dévorante et exclusive de l'un pour l'autre, puis la folie destructrice jusqu'au dénouement ultime. J'ai eu du mal à "croire" à la passion de Solal pour Ariane, lui qui se défend qu'on ne l'aime que pour sa beauté , succombe à cette beauté raffinée comme à un amour de jeunesse, pourtant quel séducteur il est, hommes comme femmes sont sous son charme. Car il beau cet homme, grand, les dents parfaites, il est …..solaire !
    J'ai aimé le fond politique de l'oeuvre, les années 1930, la Société des Nations où on scribouille bien inutilement tandis que gronde la menace nazie, Solal , juif, rejeté comme tel malgré sa position sociale . Mais ce fond menaçant est juste une note dissonante dans ce sublime amour, dans cette vie de luxe, de la Suisse à la côte d'azur. Car ils ont bien la vie facile , ces deux là....La fin est sublime (bien que triste, hein, non ils ne se marient pas et ont beaucoup d’enfants....) et m'a réconciliée avec ce roman. Après l’acmé de l'amour et du plaisir, la douce chute vers la folie et la déchéance...

  • add_box
    Couverture du livre « Le livre de ma mère » de Albert Cohen aux éditions Gallimard

    Nathalie Palayret sur Le livre de ma mère de Albert Cohen

    Un livre au style vieilli ou au charme suranné, selon l'indulgence du lecteur.

    Un livre au style vieilli ou au charme suranné, selon l'indulgence du lecteur.

  • add_box
    Couverture du livre « Belle du seigneur » de Albert Cohen aux éditions Gallimard

    Magnouloux sur Belle du seigneur de Albert Cohen

    Les ravages de la passion
    L'humour grinçant et satirique de Cohen
    On ne peut résister à ce valeureux

    Les ravages de la passion
    L'humour grinçant et satirique de Cohen
    On ne peut résister à ce valeureux

  • add_box
    Couverture du livre « Belle du seigneur » de Albert Cohen aux éditions Gallimard

    Perrine Le Dus sur Belle du seigneur de Albert Cohen

    C'est tellement difficile de parler de ce livre !
    Voilà des années que je voulais, sur les conseils de plusieurs "fans", m'attaquer à ce monument. C'est chose faite, et je n'en retire ni gloire ni satisfaction tant l'entreprise fut longue et douloureuse...
    C'est extrêmement frustrant, car...
    Voir plus

    C'est tellement difficile de parler de ce livre !
    Voilà des années que je voulais, sur les conseils de plusieurs "fans", m'attaquer à ce monument. C'est chose faite, et je n'en retire ni gloire ni satisfaction tant l'entreprise fut longue et douloureuse...
    C'est extrêmement frustrant, car certains passages du récit sont vraiment incroyables : à la fois beaux et malsains, remplis de poésie mais aussi de mal-être et d'une misogynie latente, ces passages m'ont fait me cramponner au livre, incapable de le lâcher.
    Mais autour de ces quelques 300 pages dingues, que c'est long ! On se perd dans des délires intimes sur les 800 autres pages et on peine à avancer dans le récit...

    L'écriture est superbe, je comprends l'engouement général qu'il peut y avoir autour de ce roman et de cette histoire d'amour grandiose et tragique, mais c'est une expérience de lecture difficile !