Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Alain Suied

Alain Suied
Alain Suied est né en 1951 dans l'ancienne communauté juive de Tunis. Le départ de sa famille pour Paris en 1959 est pour lui un terrible déracinement. En 1968, alors qu'il n'a que 16 ans, il envoie un poème à André du Bouchet pour la revue L'Éphémère. Le texte paraît dans le n° 12, suivi d'au... Voir plus
Alain Suied est né en 1951 dans l'ancienne communauté juive de Tunis. Le départ de sa famille pour Paris en 1959 est pour lui un terrible déracinement. En 1968, alors qu'il n'a que 16 ans, il envoie un poème à André du Bouchet pour la revue L'Éphémère. Le texte paraît dans le n° 12, suivi d'autres parutions dans la revue et de deux recueils au Mercure de France. En 1979, Alain Suied publie chez Gallimard N'entre pas sans violence dans cette bonne nuit, traduction de Dylan Thomas. Il étudie les philosophes de l'École de Francfort et les grands psychanalystes contemporains. Il entre lui-même en analyse. Après un silence de douze ans, Alain Suied recommence en 1985 à publier des textes personnels : L'influence invisible et La poésie et le réel. Les poèmes écrits durant cette période de remise en cause sont réunis dans le recueil La lumière de l'origine (1988). Il travaille sur l'oeuvre de Paul Celan auquel il consacrera trois essais : Kaddish pour Paul Celan (1988) ; Paul Celan et le corps juif (1996) et Le Juif du sujet. Paul Celan et l'amémoire occidentale (2001). Publié en 1989, Le corps parle inaugure une étroite collaboration avec les éditions Arfuyen chez lesquelles il publiera presque tous ses recueils ultérieurs et l'ensemble de ses traductions de Blake et Keats. Alain Suied est mort à Paris le 24 juillet 2008. Il avait reçu le Prix Verlaine de l'Académie Française et le Prix Charles Vildrac (SGDL) ainsi que le Prix Nelly Sachs pour ses traductions. Il était membre de l'Académie Charles-Cros.