Alain Durel

Alain Durel
Docteur ès Lettres, homme de théâtre, voyageur infatigable, Alain Durel s'est engagé dans la foi orthodoxe après ses trois séjours au Mont Athos. Il a publié L'Empire des choses. Quatuor pour la fin des temps (L'Harmattan, 2004), La Quête. Récit d'un aventurier de l'absolu (Presses de la Renaissa... Voir plus
Docteur ès Lettres, homme de théâtre, voyageur infatigable, Alain Durel s'est engagé dans la foi orthodoxe après ses trois séjours au Mont Athos. Il a publié L'Empire des choses. Quatuor pour la fin des temps (L'Harmattan, 2004), La Quête. Récit d'un aventurier de l'absolu (Presses de la Renaissance, 2006), Chemins de lumière, 365 jours avec les mystiques de l'Orient chrétien (Médiapaul, 2009), Les Amants du silence. Le Roman de Charles de Foucauld (L'?uvre, 2009) et, chez Albin Michel, La Presqu'île interdite (2010, repris en poche début 2014).

Avis (1)

  • add_box
    Couverture du livre « L'archipel des saints » de Alain Durel aux éditions Albin Michel

    Florel sur L'archipel des saints de Alain Durel

    Alors je peux déjà vous dire que je n’ai pas aimé ce livre. Alors je ne l’ai pas aimé, mais je n’ai pas non plus entièrement détesté.

    Dans ce récit l’auteur raconte à travers ses voyages les saints orthodoxes grecques qui ont marqué ces îles. Dans ce livre la Grèce contemporaine côtoie la...
    Voir plus

    Alors je peux déjà vous dire que je n’ai pas aimé ce livre. Alors je ne l’ai pas aimé, mais je n’ai pas non plus entièrement détesté.

    Dans ce récit l’auteur raconte à travers ses voyages les saints orthodoxes grecques qui ont marqué ces îles. Dans ce livre la Grèce contemporaine côtoie la Grèce antique. Les paysages font rêver, les histoires et les légendes ont leur charme. Pourtant, malgré ce tableau instructif et idyllique, je dois avouer que j’en ai vite eu marre de le lire.

    Premièrement parce que je ne suis pas orthodoxe et même pas croyante, et je vous jure que c’est un gros frein à cette lecture ; car la miséricorde, l’amour, le pardon, le « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », qui sont constamment répétés par l’auteur, vont vites vous taper sur le système par leur manque de lucidité sur l’espèce humaine. D’ailleurs j’avoue que parfois j’ai trouvé l’auteur un peu naïf. Désolée.

    Deuxièmement parce que ce qu’il raconte n’est pas toujours intéressant, comme par exemple ses rencontres, ses sentiments, ses voyages. Ils y en avaient qui été supers intéressants et d’autres pas du tout. Ça faisait un peu une lecture en dents de scie.

    Et troisièmement parce que c’est mou. On peut très bien être calme, mais quand même avoir du tonus (j’en suis la preuve), et là non c’est ennuyeux à lire, c’est mou, c’est soporifique. J’en ai lu des récits de voyage dans cet esprit-là pourtant, j’ai beaucoup lu Alexandra David-Néel qui se place dans le même registre et j’ai souvent aimé, mais là non ça n’a pas le dynamisme d’Alexandra. Ça fait trop leçon.

    Pourtant je le répète, découvrir les saints orthodoxes j’ai trouvé ça super intéressant malgré le fait que je ne sois pas croyante. Ça fait découvrir une autre facette de la Grèce, c’est une autre approche, c’est amusant aussi – parce que bon le rationalisme l’emporte toujours –, mais voilà je n’ai pas accroché. Il y avait trop de chose qui me gênée. Je pense que l'auteur aurait dû s'arrêter juste à l'histoire des saints.

    En résumé ce n’est pas une lecture que j’ai apprécié, mais c’est à tenter pour ceux qui veulent.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !