Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Aimee Bender

Aimee Bender
Née en 1969, Aimee Bender est une nouvelliste et romancière américaine. Elle vit à Los Angeles, où elle est professeur de « creative writing » à l'université de Californie du sud. Elle est également l'auteur de La Fille en jupe inflammable et Des créatures obstinées (L'Olivier).

Vidéos relatives à l'auteur

  • Parole de libraire vous invite à Marseille

    Nadia Champesme, libraire à la librairie Histoire de l'oeil à Marseille, nous fait part de ses trois coups de coeur : La singulière tristesse du gâteau au citron d'Aimée Bender Numéro d'écrou 362573 d'Arno Bertina Orgasme à...

Articles en lien avec Aimee Bender (1)

Avis sur cet auteur (8)

  • add_box
    Couverture du livre « La singulière tristesse du gâteau au citron » de Aimee Bender aux éditions Points

    Cathfd sur La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender

    Le jour de ses neuf ans, Rose Edelstein mord avec délice dans le gâteau au citron préparé pour l'occasion. S'ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément l'émotion éprouvée par sa mère, alors qu'elle assemblait les couches de génoise et de crème. Sous la douceur la plus exquise,...
    Voir plus

    Le jour de ses neuf ans, Rose Edelstein mord avec délice dans le gâteau au citron préparé pour l'occasion. S'ensuit une incroyable révélation : elle ressent précisément l'émotion éprouvée par sa mère, alors qu'elle assemblait les couches de génoise et de crème. Sous la douceur la plus exquise, Rose perçoit le désespoir. Ce bouleversement va entraîner la petite fille dans une enquête sur sa famille. Car, chez les Edelstein, tous disposent d'un pouvoir embarrassant : odorat surpuissant ou capacité de se fondre dans le décor au point de disparaître. Pour ces superhéros du quotidien, ce don est un fardeau. Chacun pense être affligé d'un mal unique, d'un pouvoir qu'il faut passer sous silence. Comment vivre lorsque les petits arrangements avec la vérité sont impossibles ? Comment supporter le monde lorsque la moindre bouchée provoque un séisme intérieur ?

    Comme le singulier gâteau de Rose, les livres d'Aimee Bender sont recouverts d'un succulent glaçage, fait d'humour et de fantaisie. Dans ce texte plein de charme, proche des films de Wes Anderson, elle met l'imagination au pouvoir et prouve qu'elle est l'un des auteurs les plus originaux du paysage littéraire américain.

    J’ai beaucoup aimé cette histoire tout à fait singulière, avec ses personnages attachants et fantasques. Sous la fantaisie, une fine observation des caractères et des situations rend la lecture agréable et captivante une fois accepté l’étrangeté des faits !

  • add_box
    Couverture du livre « La singulière tristesse du gâteau au citron » de Aimee Bender aux éditions Points

    Nathalie Bertrand sur La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender

    Ce roman dégage une certaine tristesse, mais elle n’est jamais oppressante ; l’impression dominante restant beaucoup de douceur et de subtilité. Aimée Bender entraîne son lecteur au milieu de cette étrange famille, au travers du regard (et des perceptions gustatives) de Rose. Avec elle, nous...
    Voir plus

    Ce roman dégage une certaine tristesse, mais elle n’est jamais oppressante ; l’impression dominante restant beaucoup de douceur et de subtilité. Aimée Bender entraîne son lecteur au milieu de cette étrange famille, au travers du regard (et des perceptions gustatives) de Rose. Avec elle, nous comprenons les non-dits, nous assistons aux liens qui se nouent et se dénouent au long de sa vie, nous touchons les personnages au plus près de leurs êtres. L’émotion, toute en finesse, est palpable à chaque page. Ce roman a la rondeur du caramel ; il est à déguster.

  • add_box
    Couverture du livre « La singulière tristesse du gâteau au citron » de Aimee Bender aux éditions Points

    Mélusine Huguet sur La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender

    L’histoire m’a d’emblée séduite lorsque j’ai lu le résumé de quatrième de couverture, et j’avais hâte de voir comment elle serait exploitée. Et bien, justement : elle n’est absolument pas exploitée. Je m’attendais à ce que Rose se serve de son don pour aider les gens autour d’elle, pour les...
    Voir plus

    L’histoire m’a d’emblée séduite lorsque j’ai lu le résumé de quatrième de couverture, et j’avais hâte de voir comment elle serait exploitée. Et bien, justement : elle n’est absolument pas exploitée. Je m’attendais à ce que Rose se serve de son don pour aider les gens autour d’elle, pour les consoler, les réconforter, pour devenir altruiste. Au lieu de quoi, elle s’enferme dans un monde de solitude totalement désespérant. Je ne me suis absolument pas attachée à la protagoniste qui nous conte elle-même son histoire, et l’ai même trouvée profondément antipathique. Le mot est fort, mais c’est véritablement ce que j’ai ressenti. Enfant, ses mots semblaient trop adultes, son vocabulaire inadapté à une gamine de son âge. Adulte, ses réactions me paraissaient puériles. Le livre retrace le passage de Rose à l’état adulte, et j’ai pourtant trouvé que sa narration et son comportement manquaient cruellement d’évolution.
    Le comportement de Joseph paraît profondément antisocial à Rose, mais que dire du sien ? Peu d’amis, des parents avec lesquels elle entretient une relation très distancée, un frère quasiment toujours absent… Le manque de complicité avec qui que ce soit alentour est assez flagrant. La seule nuance que j’apporterai provient du personnage de George, que j’ai adoré. L’attrait qu’il suscitait chez Rose m’a été communiqué, sans que je sache pourquoi. Il n’est décrit physiquement que très brièvement, mais j’ai aimé son attitude, sa façon d’épauler et de protéger Rose. Seul son mariage m’a évidemment dérangée, tout comme l’indifférence de Rose à cette annonce. Ce qui me fait d’ailleurs dire que Rose, capable de sentir les émotions des autres, est elle-même incapable d’en ressentir en-dehors de son envie pressante de retourner à ses huit ans. Une protagoniste fade, sans intérêt, en dehors de sa particularité mise en avant ici.

    L’intrigue est à mon goût assez mal menée. Longue. Bancale. J’ai été dérangée par le manque de ponctuation des dialogues. L’histoire aurait vraiment pu donner quelque chose de très sympa, si seulement elle avait eu plus d’envergure. Au lieu de quoi, je l’ai trouvée sans intérêt, tout comme la protagoniste. J’ai vogué au gré des pages en cherchant le sens de la diégèse : où l’auteur souhaitait-elle m’emmener ? Sur quoi se focaliser ? Mais non, décidément, cela va dans tous les sens, et dans aucun à la fois. Au début, l’on croit qu’il faut suivre le parcours (initiatique ?) de Rose attentivement. Puis, l’on croit à une péripétie à la suite de l’annonce de la liaison de sa mère avec un autre homme, chose qu’elle découvre à travers la culpabilité et le bonheur d’un plat préparé. La dernière partie du roman se concentre sur Joseph. On attend des révélations qui ne viendront jamais. Idem pour le père : en refermant le livre, l’affaire des hôpitaux n’est toujours pas résolue. Un récit inachevé.

    EN CONCLUSION
    Je pensais d’abord attribuer un 12 à ce roman, et puis la fin si insatisfaisante m’a fait revoir ma note à la baisse. Je me suis posée une question centrale : est-ce que je pourrais le recommander ou l’offrir à un ami ? Non. Et c’est à partir de 10 qu’un livre se passe de mes recommandations. La moyenne tout de même, car malgré tout j’ai eu envie d’aller jusqu’au bout de ma lecture. J’attendais quelque chose qui n’est jamais arrivé. J’espèrais beaucoup plus de ce livre, je dois ainsi avouer que je suis légèrement surprise de voir figurer sur mon exemplaire « Prix du meilleur roman des lecteurs de Points ». Si quelqu’un parmi vous a apprécié cette lecture, n’hésitez pas à venir la défendre !
    https://carnetparisien.wordpress.com/2014/04/13/la-singuliere-tristesse-du-gateau-au-citron-aimee-bender/

  • add_box
    Couverture du livre « La singulière tristesse du gâteau au citron » de Aimee Bender aux éditions Points

    Galirad sur La singulière tristesse du gâteau au citron de Aimee Bender

    Si vous êtes un dévoreur de livres et si le roman contemporain est un genre que vous avez exploré du Nord au Sud, mais surtout, si, à la lecture d’un nouveau volume votre mémoire peut trop souvent le rattacher à un autre, ou que pire, le sujet vous en rappelle tant d’autres : lisez sans plus...
    Voir plus

    Si vous êtes un dévoreur de livres et si le roman contemporain est un genre que vous avez exploré du Nord au Sud, mais surtout, si, à la lecture d’un nouveau volume votre mémoire peut trop souvent le rattacher à un autre, ou que pire, le sujet vous en rappelle tant d’autres : lisez sans plus attendre "La Singulière tristesse du gâteau au citron" de Aimee BENDER !

    C’est original, mais pas seulement,
    C’est léger en apparence,
    C’est émouvant aussi,
    C'est différent mais encore,
    C’est improbable mais pas gênant,
    C’est déstabilisant en partie,
    C’est morbide quelque fois,
    Et c’est philosophique tout du long !

    La description du support de cet écrit vous la trouverez sur la quatrième de couverture et en tête de cet article. Néanmoins, à mon sens, l’essentiel de ce livre réside dans la manière toute particulière dont il effleurera, touchera ou bouleversera votre «ça», votre «moi» et votre «sur-moi».
    Et alors là, soyez en sûr, vous en extrairez sa substantifique moelle ...