Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Agnes Maupre

Agnes Maupre
Née en 1983 à Marseille, Agnès Maupré est officiellement dessinatrice depuis 2006. Elle publie en 2007 sa première bande dessinée pour la collection Fétiche chez Gallimard Jeunesse en adaptant Les Contes du Chat Perché de Marcel Aymé. Un deuxième tome sort en 2008 suivi du Petit Traité de Morphol... Voir plus
Née en 1983 à Marseille, Agnès Maupré est officiellement dessinatrice depuis 2006. Elle publie en 2007 sa première bande dessinée pour la collection Fétiche chez Gallimard Jeunesse en adaptant Les Contes du Chat Perché de Marcel Aymé. Un deuxième tome sort en 2008 suivi du Petit Traité de Morphologie paru chez Futuropolis réalisé d'après ses cours suivis aux beaux arts. Parallèlement, elle réalise de nombreuses illustrations pour le secteur jeunesse : Moi, je reste de Françoise Grard et Des poules et des gâteaux de Carine Tardieu chez Actes Sud ainsi que pour la presse : Astrapi, J'aime Lire, Filotéo etc. En 2010 sort le premier volet de sa bd Milady de Winter aux éditions Ankama. Le tome 2 est actuellement en travaux.

Avis sur cet auteur (12)

  • add_box
    Couverture du livre « Au bonheur des dames » de Agnes Maupre aux éditions Casterman

    Regine Zephirine sur Au bonheur des dames de Agnes Maupre

    « Vous savez…Le temps sont durs pour les petits commerçants. Les clients ne jurent plus que par les grands magasins…vous-même tout à l’heure…en extase devant cette sale maison ! Je vous ai bien vus, allez ! Mais ça ne durer pas. Ce n’est qu’une mode »

    Ce roman graphique reprend le célèbre...
    Voir plus

    « Vous savez…Le temps sont durs pour les petits commerçants. Les clients ne jurent plus que par les grands magasins…vous-même tout à l’heure…en extase devant cette sale maison ! Je vous ai bien vus, allez ! Mais ça ne durer pas. Ce n’est qu’une mode »

    Ce roman graphique reprend le célèbre roman d’Emile Zola « Au bonheur des dames » et qui nous raconte la naissance des grands magasins dans le Paris de Napoléon III que le baron Hausmann est en train de transformer.
    A travers l’histoire de Denise, cette humble et naïve provinciale débarquée dans la capitale, nous découvrons une ville en effervescence, avide de nouveautés. Cette agitation extrême ce « toujours plus » est incarné par le personnage d’Octave Mouret, jeune arriviste ambitieux et visionnaire qui ne jure que par la publicité dans son magasin qu’il ne cesse d’agrandir et attire sa clientèle grâce aux étalages aguichants de marchandises toujours renouvelées Sa vie sentimentale est à l’envi de sa vie professionnelle, faite de bruits, de fureur et d’hypocrisie.
    Plus que l’histoire fleur bleue entre Octave Mouret et Denise, j’ai aimé le récit d’une époque où la femme est peu considérée en dehors du mariage. Le sort des demoiselles des magasins n’est pas très enviable, elles sont liées à leur patron tyrannique qui peut les renvoyer comme il veut. De plus, elles ne peuvent se marier ni avoir des enfants, ceci pour satisfaire une clientèle féminine aisée et despotique. Pour accentuer la différence, les demoiselles ainsi que les commis, sont vêtues de noir afin de ne pas faire d’ombre aux étoffes chatoyantes, robes, dentelles, rubans colorés qui remplissent les rayons. Il faut attiser la convoitise des acheteuses, les rendre dépendantes au point que certaines dames de la bonne société vont se transformer en voleuses à l’étalage. Selon leur naissance, les femmes de cette époque n’avaient pas beaucoup de choix : soit elles étaient épouses et mères, soit gourgandines ou petites employées qui, pour joindre les deux bouts, devaient avoir un protecteur.
    On découvre là les débuts d’une société de consommation qui ne s’arrêtera plus jusqu’à connaitre les excès que l’on connait.
    Les mœurs de l’époque et leur évolution à travers les changements de la société sont très bien restituées.
    Autant que je me souvienne, on retrouve dans cette BD les éléments du roman de Zola, mais le roman graphique s’aborde avec plus de facilité que celui de Zola mais ne remplace en rien ce chef-d’œuvre de l’écrivain du naturalisme.
    Les dessins sont très colorés mais je n’ai pas été séduite par leur graphisme que j’aurais souhaité plus élégant et plus fouillé pour mieux correspondre à l’époque XIXe.

  • add_box
    Couverture du livre « Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire ; cadavre haché, vampire fâché » de Agnes Maupre et Maelle Desard aux éditions Rageot

    Yserei sur Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire ; cadavre haché, vampire fâché de Agnes Maupre - Maelle Desard

    Contre toute attente, j'ai passé un excellent moment en compagnie d'Esther et des autres Créatures de l'Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles !

    J'avais peur de tomber sur un roman guimauve, avec de la romance à tout va, une protagoniste qui tombe autant amoureuse...
    Voir plus

    Contre toute attente, j'ai passé un excellent moment en compagnie d'Esther et des autres Créatures de l'Agence de Contrôle et de Détection des Créatures Surnaturelles !

    J'avais peur de tomber sur un roman guimauve, avec de la romance à tout va, une protagoniste qui tombe autant amoureuse qu'elle peut changer de chaussettes en une journée. Et bien ... lourde erreur de ma part, c'est totalement l'opposé !



    Esther Parmentier à un caractère de cochon, parfois insupportable, parfois très drôle, mais toujours avec justesse. L'auteur a fait d'elle une sorte d'anti-héroïne par excellence grâce à sa capacité à résister au pouvoir de ses collègues (charmes et autres) et son physique atypique. Elle n'est pas un top modèle avec une taille aussi fine qu'une aiguille, elle a des complexes avec son poids, ses cheveux rebelles et indomptables, et ça la rend encore plus commune et accessible pour le lecteur. Autant dire que je suis totalement fan de sa personnalité. Elle est réaliste et on peut facilement s'identifier à celle-ci, ses réactions ne sont pas exubérantes et ennuyeuses, au contraire, elle est une bombe nucléaire dans un nid de nitroglycérine, et j'adore ça !



    Nous rencontrerons également d'autres Créatures, comme Loan (un vampire), Dario (un djinn), Marine (une banshee), Mozzie (mon coup de cœur du roman !) et une multitude d'autres espèces que je vous laisse découvrir !



    Au niveau de l'histoire, l'intrigue m'a totalement happée du début à la fin. Entre curiosité, doute et surprise, j'ai vécu cette enquête aux côtés des protagonistes et c'était une super aventure !

    La plume de l'auteure est vraiment très addictive, et mélangée au caractère explosif et débrouillard d'Esther, le tout donne un cocktail détonnant et parfait !

    J'ai ressenti le besoin de tourner les pages pour en savoir toujours plus, devoir arrêter ma lecture était vraiment pénible, je n'avais qu'une hâte, suivre les tribulations de cette apprentie sorcière qui n'aura de cesse d'être malmenée. Et je dois avouer que ses réactions face à ces situations sont très souvent à mourir de rire !



    Autre point positif, c'est que l'auteure laisse sous-entendre une suite ! Ce serait vraiment fantastique, car je suis devenue une véritable fan d'Esther et ses compagnons Créatures.



    Pour conclure, ce roman m'a fait passer un excellent moment tout en me réconciliant avec ce type d'histoire (Possibilité de romance avec une créature surnaturelle, enquête policière, etc.). Si une suite venait à sortir, je bondirais dessus dès sa sortie, c'est une certitude !

  • add_box
    Couverture du livre « Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire ; cadavre haché, vampire fâché » de Agnes Maupre et Maelle Desard aux éditions Rageot

    Lelamaquilit sur Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire ; cadavre haché, vampire fâché de Agnes Maupre - Maelle Desard

    Quelle très bonne surprise que ce petit roman. La couverture ne m'avait pas forcément tapé dans l'œil mais avec un titre à rallonge comme celui-ci, on s'attend à vivre de folles aventures avec Esther. Et c'est le cas! J'ai vraiment passé un excellent moment et je suis triste d'avoir quitté...
    Voir plus

    Quelle très bonne surprise que ce petit roman. La couverture ne m'avait pas forcément tapé dans l'œil mais avec un titre à rallonge comme celui-ci, on s'attend à vivre de folles aventures avec Esther. Et c'est le cas! J'ai vraiment passé un excellent moment et je suis triste d'avoir quitté Esther. Parce qu'on s'attache à elle, son franc-parler et son humour. L'écriture est crue, très orale. Au début ça fait bizarre mais après on s'y habitue. Elle parle avec des mots très urbains, en émojis aussi et ce langage nous plonge totalement dans ses pensées. Il y a de nombreuses références à la culture urbaine de jeux vidéos ou de séries.

    Le propos du roman, excepté suivre cette sorcière un peu barré et au caractère de cochon, c'est surtout cette enquête qui va occuper nos personnages. On trouve des disparitions d'enfants ( des geeks qui plus est), des transformations en vampire et en goule et même des meurtres. Oui, ça fait froid dans le dos mais c'est bien ficelé et on ne se prend pas la tête, si bien que ça en devient à la fois passionnant et hilarant. En intégrant toutes sortes de créatures magiques et fantastiques attachantes (Mozzie le petit fantôme est mon préféré, mais il y a aussi le vampire sexy qui est pas mal ;) et sa relation avec Esther est à mourir de rire), ce roman est un brillant polar fantastique déjanté. L'enquête est bien menée, fluide et nous tient en haleine. C'est le fort du roman: réussir à garder un ton humoristique et décalé dans un jeu de piste passionnant et intriguant.

    L'enquête est close à la fin du roman mais on a terriblement envie de savoir ce que va devenir cette stagiaire sorcière qui prend du galon.

    Esther, c'est un peu la Buffy des temps modernes. Alors si vous voulez un roman drôle, moderne, décalé et fantastique, il est pour vous!

  • add_box
    Couverture du livre « Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire ; cadavre haché, vampire fâché » de Agnes Maupre et Maelle Desard aux éditions Rageot

    Waterlyly sur Les tribulations d'Esther Parmentier, sorcière stagiaire ; cadavre haché, vampire fâché de Agnes Maupre - Maelle Desard

    Esther Parmentier est une jeune femme stagiaire en comptabilité. Pourtant, tout son quotidien va se retrouver chamboulé lorsqu’elle apprend qu’elle est en fait un sorcière. Elle a malgré tout un très petit niveau. Elle va ainsi changer de poste de travail et enquêter auprès de Loan, un vampire....
    Voir plus

    Esther Parmentier est une jeune femme stagiaire en comptabilité. Pourtant, tout son quotidien va se retrouver chamboulé lorsqu’elle apprend qu’elle est en fait un sorcière. Elle a malgré tout un très petit niveau. Elle va ainsi changer de poste de travail et enquêter auprès de Loan, un vampire. D’autres créatures vont venir se mêler à cette petite équipe.

    Il n’est pas facile de résumer ce roman afin de vous donner l’envie de vous y plonger sans attendre, tant le récit est dense et l’intrigue tarabiscotée. Il y a beaucoup à dire et une multitude d’événements vont venir ponctuer ce roman. Pour ma part, j’ai passé un excellent moment de lecture, empli de fraîcheur.

    Il m’a semblé que parfois, l’auteure voulait vraiment donner suite à beaucoup d’idées en même temps, et ce sera mon seul bémol pour ce roman. Parfois, je me suis retrouvée un peu perdue, devant relire certains passages pour bien assimiler les tenants et aboutissants de l’intrigue. Une fois que c’est chose faite, les pages défilent offrant une multitude de rebondissements.

    Il faut reconnaître que cette histoire n’aurait pas été la même sans le personnage principal. Esther est très drôle, truculente et elle porte le récit à elle toute seule. Il y a des passages vraiment hauts en couleur, et les échanges entre Esther et les divers personnages sont entraînants et emplis de bonne humeur.

    La plume de l’auteure est très fluide et avec son franc-parler, elle permet une immersion totale dans une histoire hors du commun. Les chapitres sont assez courts et la grosse quantité de dialogues rythme le récit. Malgré une intrigue dense, j’ai trouvé que cela se lisait très facilement.

    Une découverte littéraire pétillante, servie par un personnage féminin truculent, qui porte presque à elle-seule une intrigue dense, riche et variée. J’ai passé un excellent moment de lecture que je ne peux que recommander.