Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Agnes Grossmann

Agnes Grossmann
Journaliste, Agnès Grossmann écrit des documentaires pour la télévision. Elle est également l'auteur d'Annie Girardot, le tourbillon de la vie (Hors Collection, 2010), qui a connu un grand succès en librairie.

Avis sur cet auteur (16)

  • add_box
    Couverture du livre « L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci » de Agnes Grossmann aux éditions Presses De La Cite

    Chantal YVENOU sur L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci de Agnes Grossmann

    Ce document qui trouve autour de l’affaire Ranucci et de ses conséquences à long terme, fait divers atroce qui a défrayé la chronique dans les années 70 m’a au départ un peu effrayé. Refaire une enquête qui a déjà fait couler tant d’encre, est-ce utile ?

    Eh bien oui, pour ce qui est révélé....
    Voir plus

    Ce document qui trouve autour de l’affaire Ranucci et de ses conséquences à long terme, fait divers atroce qui a défrayé la chronique dans les années 70 m’a au départ un peu effrayé. Refaire une enquête qui a déjà fait couler tant d’encre, est-ce utile ?

    Eh bien oui, pour ce qui est révélé. En effet, j’en étais resté à la notion d’erreur judiciaire, ayant amené un des derniers condamnés à mort en France, à être décapité pour un crime qu’il n’avait pas commis, cet aspect des choses ayant été révélé par le best-seller de Gilles Perrault, Le pull over rouge . Première surprise donc de découvrir que le contenu de cette contre-enquête était un texte cousu de fil blanc, l’auteur ayant pris beaucoup de liberté avec les faits, jusqu’à les ré-interprèter pour finalement argumenter un procès à charge contre la peine de mort. Et c’est là qu’est le piège. Le but est louable, mais les moyens délétères, pour cette famille endeuillée qui se voit propulsée au devant de la scène politique sur un combat qui n’est pas le sien.

    Quant aux suites tellement dramatiques de l’affaire, deux meurtres commis par le frère de la petite victime, des années plus tard, alors que l’enfant puis le jeune adulte n’a jamais pu se défaire de la culpabilité de ne pas avoir sauvé sa soeur, la réalité dépasse la fiction !

    Quelques faux pas dans les propos :

    "Mais il n'y a aucune certitude scientifique; On n'a pas encore découvert l'ADN" !
    Si, si : en 1963 !

    Par ailleurs des précisions peu contributives, l'éclipse solaire qui a lieu le jour du rapt de l'enfant. Pas forcément utile, même pour recréer le contexte.


    Agnès Grossman décrit l’ensemble sans pathos, avec l’objectivité d’une journaliste qui tente de faire éclater la vérité, polluée par la médiatisation de ces affaires. Si l’écriture est plutôt sobre (on n’est pas chez Jaenada) , le récit se parcourt avec intérêt, d’autant que l’affaire a de quoi laisser perplexe.

  • add_box
    Couverture du livre « L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci » de Agnes Grossmann aux éditions Presses De La Cite

    Stéphanie Lavanga sur L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci de Agnes Grossmann

    Ça vous dit quelque chose l'Affaire du Pull-Over Rouge ?

    C'est l'histoire de la petite Marie-Dolorès Rambla, et de son meurtrier, Christian Ranucci, condamné à mort et exécuté le 28 juillet 1976, liés pour toujours dans l'histoire judiciaire française.

    D'abord parce que Christian Ranucci,...
    Voir plus

    Ça vous dit quelque chose l'Affaire du Pull-Over Rouge ?

    C'est l'histoire de la petite Marie-Dolorès Rambla, et de son meurtrier, Christian Ranucci, condamné à mort et exécuté le 28 juillet 1976, liés pour toujours dans l'histoire judiciaire française.

    D'abord parce que Christian Ranucci, 22 ans au moment de son exécution a été l'un des derniers condamnés à mort de l'histoire de France, à un moment où les débats sur l'abolition de la peine de mort étaient déjà vifs dans l'opinion publique.

    Ensuite, et c'est pour cela que je connaissais cette affaire, parce qu'on a fait de Ranucci le symbole de l'erreur judiciaire, notamment grâce au livre de Gilles Perrault « Le pull-over rouge », qui a érigé en victime celui qui n'a jamais été qu'un assassin.

    Enfin, parce que l'on retrouve Jean-Baptiste Rambla, le petit frère de l'enfant assassinée, celui qui était aux côtés de sa soeur le jour de l'enlèvement, sur les bancs des accusés près de 40 ans plus tard, condamné pour le meurtre de deux femmes.

    La journaliste Agnès Grossmann s'est emparée de cette affaire : elle revient sur les faits, les aveux de Ranucci, les témoignages, les enjeux d'une affaire qui aura suscité l'émotion oui, le débat assurément et qui aura également servi la cause de l'abolition de la peine de mort malgré toutes les approximations de ceux qui se sont empressés de crier à l'erreur judiciaire.

    A. Grossmann analyse également les conséquences de cette affaire très médiatisée sur la famille Rambla. Sur Jean-Baptiste évidemment, qui affirma lors de son procès avoir été hanté toute son existence par le fantôme de Ranucci mais aussi pour le père, l'infatigable Pierre Rambla auquel Grossmann rend un vibrant hommage.

    Une enquête impressionnante, qui cherche à rétablir la vérité des faits, et dresse en filigrane le portrait d'une époque, pas si lointaine, où on se demandait encore si la peine de mort était justifiée.
    Un travail remarquable, pour les passionnés d'affaires judiciaires, et tous les autres !

  • add_box
    Couverture du livre « L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci » de Agnes Grossmann aux éditions Presses De La Cite

    DELPHINE MARTEL sur L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci de Agnes Grossmann

    Je suis de la génération Mitterrand donc Badinter. Pour moi l’abolition de la peine de mort s’est inscrite dans la normalité du pays des droits de l’homme. Comment la vie d’un enfant victime collatérale t’elle à ce point oublié dans la prise en charge de l’affaire par la justice ?
    Comment un...
    Voir plus

    Je suis de la génération Mitterrand donc Badinter. Pour moi l’abolition de la peine de mort s’est inscrite dans la normalité du pays des droits de l’homme. Comment la vie d’un enfant victime collatérale t’elle à ce point oublié dans la prise en charge de l’affaire par la justice ?
    Comment un romancier, c’est-à-dire un non spécialiste de la justice a t’il pu renverser à ce point les opinions, en occupant toute la place dans les médias, régulièrement jetant à chaque fois l’opprobre sur une famille qui n’en finissait pas de pas faire son deuil ?
    Une grosse claque, je crois que je ne pourrai plus jamais porté de pull rouge ni moi, ni mes enfants…

  • add_box
    Couverture du livre « L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci » de Agnes Grossmann aux éditions Presses De La Cite

    EmmanuelleM06 sur L'affaire Rambla ou le fantôme de Ranucci de Agnes Grossmann

    «Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Fable de Jean de la Fontaine
    «Les animaux malades de la peste »

    Retour sur un jugement, une enquête policière qui devrait se lire facilement, mais nous tenons un petit livre très complexe,...
    Voir plus

    «Selon que vous serez puissant ou misérable, les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » Fable de Jean de la Fontaine
    «Les animaux malades de la peste »

    Retour sur un jugement, une enquête policière qui devrait se lire facilement, mais nous tenons un petit livre très complexe, l’histoire de deux familles échouées, celle de la victime et celle du bourreau, lorsqu’un écrivain à sensation rendu célèbre avec le fameux «Pull-over rouge» inverse la tendance, remet en question la sentence et parvient à retourner l’opinion publique. Et c’est l’escalade, « le mal » change de camp, la famille de la victime devient bourreau au grès de rebondissements hallucinants…

    «En infusant le doute dans l'affaire Ranucci, Gilles Perrault a aussi créé une énigme dont les médias vont s'emparer. L'affaire judiciaire des Rambla, qui se confond maintenant dans la plupart des esprits avec celle du «Pull-over rouge» va devenir ce que l'on appelle dans la presse un marronnier c'est-à-dire un sujet sur lequel on peut revenir régulièrement et de façon inépuisable »

    Merci à Agnès Grossmann pour ce travail titanesque, ce récit détaillé et captivant, fpsychologue-profileuse à la plume toujours précise, incisive si nécessaire… Des années de bataille et de débats houleux vont captiver la France entière de 1970 à 80 -dernier pays en Europe à guillotiner ses condamnés- jusqu'à l'abolition de la peine de mort en 1976.
    Super intéressant ! Au-delà du drame, de cette période abolitionniste et de grands changements, ce livre a fait surgir en moi moult souvenirs et anecdotes heureux de mon enfance, avec ses chansons, émissions, bonbons…