Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Agnes Desarthe

Agnes Desarthe
Agnès Desarthe est née en 1966 à Paris. Romancière, elle a notamment publié Un secret sans importance (prix du Livre Inter 1996), Mangez-moi (2006), Le Remplaçant (prix Virgin-Femina 2009) et Dans la nuit brune (Prix Renaudot des lycéens 2010). Agrégée d'anglais, traductrice, elle a cosigné avec ... Voir plus
Agnès Desarthe est née en 1966 à Paris. Romancière, elle a notamment publié Un secret sans importance (prix du Livre Inter 1996), Mangez-moi (2006), Le Remplaçant (prix Virgin-Femina 2009) et Dans la nuit brune (Prix Renaudot des lycéens 2010). Agrégée d'anglais, traductrice, elle a cosigné avec Geneviève Brisac un essai sur Virginia Woolf, V.W. ou le mélange des genres. Elle est également l'auteur de nombreux livres pour la jeunesse.

Articles en lien avec Agnes Desarthe (2)

  • Comment j’ai appris à lire, d’Agnès Desarthe
    Comment j’ai appris à lire, d’Agnès Desarthe

    L’aveu est difficile : comment un écrivain peut-il avouer n’avoir pas aimé lire ? Agnès Desarthe décide de dévoiler son secret d’enfance, dans une longue promenade à travers la lecture quand elle nous permet de savoir mieux qui l’on est. Ceux que les mystères de l’écriture et l’univers des écrivains fascinent ont trouvé leur Graal.

  • Le roman se met à table : quand la cuisine inspire les écrivains
    Le roman se met à table : quand la cuisine inspire les écrivains

    Outre la variété des livres de cuisine qui emplissent avec succès les rayons des librairies, l’art culinaire inspire plus d’un auteur avec des ouvrages à vocation autobiographie, historique ou policière  Que de souvenirs sont réveillés par une recette qui vous replonge dans l’enfance, vous fait revivre un moment grave, joyeux ou vous rappelle quelqu’un. La cuisine est, en effet, un véritable catalyseur au cœur de nos cultures et de nos identités. Aussi, il n’est pas étonnant que sa diversité nourrisse des écrivains plongeant jusqu’aux tréfonds de l’Histoire pour nous mitonner des intrigues souvent surprenantes d’inventivité et réveillant nos papilles tout comme notre imagination. La destination est souvent très inattendue mais on finit par y prendre goût !

Avis sur cet auteur (80)

  • add_box
    Couverture du livre « La chance de leur vie » de Agnes Desarthe aux éditions Editions De L'olivier

    Julien Leclerc sur La chance de leur vie de Agnes Desarthe

    Ce roman se raconte à la lumière de la littérature américaine. Par la situation des personnages, leur installation progressive aux Etats-Unis, Agnès Desarthe croque les fantasmes américains à l’épreuve du quotidien. Le personnages de Sylvie semble marcher dans les pas de toutes les femmes...
    Voir plus

    Ce roman se raconte à la lumière de la littérature américaine. Par la situation des personnages, leur installation progressive aux Etats-Unis, Agnès Desarthe croque les fantasmes américains à l’épreuve du quotidien. Le personnages de Sylvie semble marcher dans les pas de toutes les femmes imaginées en littérature, au cinéma ou dans les séries. Sylvie, au milieu de cet environnement, est partagé entre un sentiment de connaissance et de trouble. Les images de fiction tellement reçues d’outre-Atlantique ont forgé une familiarité pour les spectateurs et spectatrices du monde entier. Ceux et celles qui regardent, en prenant place dans ce monde des buildings, des quartiers résidentiels et des universités, trouvent leur place. Sylvie est tout de même bloquée par quelque chose, les fantômes, les absents. Il y a sa mère, il y a la France, il y a les morts des attentats. Son mari veut vivre cela pleinement. Son fils se réfugie dans la spiritualité, autant les prières que les mots des Faulkner. Absalom, Absalom, littéralement « Père de la Paix » ou « Père est la Paix », devient son prénom. Au cœur de cette routine qui s’installe difficilement, reviennent ces mots, ces appels à l’apaisement, à la réconciliation. Quand ils ne sont pas dits, on sent toutes les déchirures des personnages, que ce soit le malêtre de Sylvie ou l’enthousiasme destructeur d’Hector, le mari. Celui-ci se jette à corps perdu, savourant une reconnaissance tant attendue et fuyant un pays meurtri. En arrière plan, il y a les attentats qui ont traumatisé la France. En filigrane, il y ces blessures tellement difficiles à nommer et donc à apaiser. Agnès Desarthe observe minutieusement tout cela, étire le temps pour distiller toutes les fragilités de la situation. Tout cela est bancal. Ce n’est pas la réalité. Les Etats-Unis, ce rêve formaté, ces perspectives illusoires ne sont pas une issue. C’est une perdition. Le roman forme une boucle, une chute sensorielle et psychologique bercée par une écriture attentive aux moindres détails. Chaque phrase rappelle l’enfermement de ces trois êtres qui doivent réapprendre à vivre ensemble et sortir de leur individualité. Ils doivent saisir leur vraie chance, celle de retrouver le fil d’une vie à trois.

  • add_box
    Couverture du livre « L'éternel fiancé » de Agnes Desarthe aux éditions Editions De L'olivier

    RIVERA sur L'éternel fiancé de Agnes Desarthe

    Je n'ai pas accroché et j'ai abandonné la lecture du livre. Je ne voudrais pas que mon avis influence les lecteurs.

    Je n'ai pas accroché et j'ai abandonné la lecture du livre. Je ne voudrais pas que mon avis influence les lecteurs.

  • add_box
    Couverture du livre « Une partie de chasse » de Agnes Desarthe aux éditions Points

    Fanny C. sur Une partie de chasse de Agnes Desarthe

    Agnès Desarthe écrit des livres pour adultes et pour enfants, elle est également traductrice
    Une partie de chasse est un conte philosophique sur la condition humaine d’une lecture agréable.
    A partir d’une scène de chasse qui tourne mal, l’auteure déroule un récit initiatique. Les personnages...
    Voir plus

    Agnès Desarthe écrit des livres pour adultes et pour enfants, elle est également traductrice
    Une partie de chasse est un conte philosophique sur la condition humaine d’une lecture agréable.
    A partir d’une scène de chasse qui tourne mal, l’auteure déroule un récit initiatique. Les personnages sortent « grandis » des scènes de déluge et d’apocalypse qu’ils affrontent. Le lapin de garenne épargné de la sauvagerie humaine tisse avec son protecteur, Tristan, un dialogue plein de sagesse.
    Le lecteur retrouve des similitudes avec les thèmes abordés dans certains des romans de Franck Bouysse et Laurent Mauvignier.
    Et l’histoire ?
    Tristan et sa compagne Emma viennent de s’installer à la campagne. Emma prône l’intégration et incite Tristan à participer à une partie de chasse. Il rejoint Dumestre, Farnèse et Peretti tous trois campés de façon caricaturale. Dumestre tombe dans une galerie souterraine. Tandis que Farnèse et Peretti partent chercher des secours, Tristan reste sur les lieux. Les souvenirs de son enfance et de son adolescence l’assaillent. Il revoit l’agonie de sa mère puis son départ pour Londres. Il tente de remonter Dumestre des profondeurs dans une longue scène d’une grande cocasserie. Dumestre lui donne des ordres, il lui fait également des révélations. Le déluge survient…

  • add_box
    Couverture du livre « Dans la nuit brune » de Agnes Desarthe aux éditions Points

    Fanny C. sur Dans la nuit brune de Agnes Desarthe

    Récit très bien mené qui aborde la question des origines.

    Récit très bien mené qui aborde la question des origines.