Agnes De Lestrade

Agnes De Lestrade
AGNÈS DE LESTRADE vit au bord de la Garonne entre les champs de maïs. Au cours de sa longue vie (née en 1964 !), elle a inventé des chansons pour faire pleurer, joué de l'accordéon pour embêter ses voisins, créé des jeux de société pour faire rire et fabriqué deux beaux enfants pour tester le tou... Voir plus
AGNÈS DE LESTRADE vit au bord de la Garonne entre les champs de maïs. Au cours de sa longue vie (née en 1964 !), elle a inventé des chansons pour faire pleurer, joué de l'accordéon pour embêter ses voisins, créé des jeux de société pour faire rire et fabriqué deux beaux enfants pour tester le tout sur eux. En 2003, elle écrit son premier roman pour la jeunesse et a la joie d'être publiée à l'École des loisirs. Depuis, on ne l'arrête plus ! Sont parus une cinquantaine d'albums et de romans et une soixantaine de textes en presse. Heureusement, il lui reste quand même du temps... pour rêver, plonger dans la mer, écouter ses enfants et faire des crêpes.

Avis (9)

  • add_box
    Couverture du livre « La grande fabrique de mots » de Agnes De Lestrade et Valeria Docampo aux éditions Alice

    Léane Belaqua sur La grande fabrique de mots de Agnes De Lestrade - Valeria Docampo

    Dans cette histoire, les mots s'achètent puis s'avalent avant de pouvoir être dits. Phileas aimerait dire son amour à Cybelle, mais pour cela, il aurait besoin d'argent, ce qu'il n'a pas. Alors il lui offre trois mots trouvés un jour de grand vent. Trois mots hétéroclites, en compétition avec...
    Voir plus

    Dans cette histoire, les mots s'achètent puis s'avalent avant de pouvoir être dits. Phileas aimerait dire son amour à Cybelle, mais pour cela, il aurait besoin d'argent, ce qu'il n'a pas. Alors il lui offre trois mots trouvés un jour de grand vent. Trois mots hétéroclites, en compétition avec les phrases à rallonge d'Oscar, son rival. Trois mots qui conduiront à un bisou, et au bonheur de Phileas et Cybelle.

    Cet album est merveilleux. Le postulat de base est très original bien que complexe à appréhender pour les plus jeunes. J'ai lu cet album à mes petits CP, qui ont eu besoin d'explications pour comprendre qu'on ne peut pas parler dans ce pays sans avoir payé les mots à dire. Néanmoins, ils ont été très intéressés par l'histoire et n'ont pas eu de mal à comprendre que les 3 mots offerts par Phileas, qui n'ont absolument rien d'extraordinaire et n'ont aucun rapport avec l'amour, sont précieux. Les illustrations sont également très belles. Assez sombres au départ, elles s'illuminent tandis que Phileas ouvre son coeur et que Cybelle l'écoute. J'ai beaucoup aimé la page avec la fabrique de mots, notamment.

    Enfin, le ton du livre est vraiment intéressant. Le thème est sérieux, mais il y a de nombreux traits d'humour, notamment lorsque des mots sont retrouvés dans les poubelles. Il y a également beaucoup de poésie, qu'il s'agisse du texte ou de sa typographie.

    Conclusion : ♥♥♥♥♥ C'est un petit bijou, très original, qui aborde l'amour et la valeur des mots de façon originale. Tout à fait adapté aux enfants âgés de 8 ans.

    http://sweetie-universe.over-blog.com/2017/12/album-jeunesse-la-grande-fabrique-de-mots-a.delestrade-v.docampo.html

  • add_box
    Couverture du livre « Eloi, tu es trop maladroit ! » de Sylvie Bessard et Agnes De Lestrade aux éditions Nathan

    Laetitia Gand sur Eloi, tu es trop maladroit ! de Sylvie Bessard - Agnes De Lestrade

    La clé d'un roman à succès chez Nathan est bien gardée mais nul doute que les lecteurs en herbe seront choyés et bien encadrés s'ils se fient à cette ligne éditoriale.
    Pour rassurer tout d'abord car la lecture n''est pas innée, on peut lire le roman à deux avec Papa ou Maman voire grand-mère ou...
    Voir plus

    La clé d'un roman à succès chez Nathan est bien gardée mais nul doute que les lecteurs en herbe seront choyés et bien encadrés s'ils se fient à cette ligne éditoriale.
    Pour rassurer tout d'abord car la lecture n''est pas innée, on peut lire le roman à deux avec Papa ou Maman voire grand-mère ou grand-père. C'est plus sympa, on se sent moins seul et comme cela une difficulté peut être vite expliquée et résolue.
    Belle couverture, lisse et brillante et toute colorée, çà attire !! Et, d'entrée, petits lecteurs vous devez bien vous demandez pourquoi ce pauvre manchot a les quatre pattes en l'air, non ? (enfin pattes et ailes...)
    Il est maladroit apparemment. C'est le titre du roman qui nous l'apprend. Lu de vos yeux curieux ou par ceux de la personne qui est à côté de vous pour lire. Peu importe, on débute.
    L'intérieur du livre est encore plus incroyable. Toujours aussi coloré avec des illustrations à toutes les pages. çà bouge, çà bulle, çà pétille. On en voit de toutes les couleurs comme le pauvre manchot. Au début, vous aurez peut-être un tas de questions à poser et des réactions instantanées devant les images et ne vous en privez pas. C'est le début de la compréhension de l'histoire.
    Et ensuite, vous tenterez l'aventure de la lecture et des mots, bulle à bulle puis phrase après phrase et le roman n'aura plus aucun secret pour vous.
    Ce n'est pas parce que l'on est maladroit en lecture, comme Éloi ou dans d'autres cas de figure, que l'on ne termine pas champion et roi après tout !!
    Premières lectures : une manière de devenir plus grand et d'apprendre. Une manière de lire tout en s'amusant et une progression dans la bonne humeur.
    Éloi, il est comme toi... Il apprend à devenir un grand.

  • add_box
    Couverture du livre « Il faisait chaud cet été-là » de Agnes De Lestrade aux éditions Rouergue

    Kim Blue sur Il faisait chaud cet été-là de Agnes De Lestrade

    Un tout petit livre, 62 pages, très efficace, dont l'intrigue est bien menée. Agnès de lestrade sait, avec des mots simples, créer ses personnages et monter le fil ded son histoire. Un été, deux filles de 14 ans, et l'autre visage de violette s'avère... Sombre. À découvrir.

    Un tout petit livre, 62 pages, très efficace, dont l'intrigue est bien menée. Agnès de lestrade sait, avec des mots simples, créer ses personnages et monter le fil ded son histoire. Un été, deux filles de 14 ans, et l'autre visage de violette s'avère... Sombre. À découvrir.

  • add_box
    Couverture du livre « Il faisait chaud cet été-là » de Agnes De Lestrade aux éditions Rouergue

    Sandrine Tosti sur Il faisait chaud cet été-là de Agnes De Lestrade

    "La grande fabrique de mots", "les mots qui tuent", j'aime décidément beaucoup les livres d'Agnès de Lestrade.
    Encore un fois elle manie à merveilles une des choses qui lui tient particulièrement à coeur : les mots.
    Finement écrite cette très courte histoire aborde le thème des personnes...
    Voir plus

    "La grande fabrique de mots", "les mots qui tuent", j'aime décidément beaucoup les livres d'Agnès de Lestrade.
    Encore un fois elle manie à merveilles une des choses qui lui tient particulièrement à coeur : les mots.
    Finement écrite cette très courte histoire aborde le thème des personnes ayant des troubles importants de la personnalité. Elle nous amène peu à peu jusqu'au dénouement fatal.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !