Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Adelaide Hautval

Adelaide Hautval
Après la guerre, Adélaïade Hautval deviendra psychiatre. Chevalier de la Légion d'honneur pour son dévouement envers les autres déportés, Juste parmis les nations elle ne publiera jamais ce témoignage de son vivant qu'elle écrit pourtant en 1946.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Medecine et crimes contre l'humanite - temoignage » de Adelaide Hautval aux éditions Actes Sud

    Candice D. sur Medecine et crimes contre l'humanite - temoignage de Adelaide Hautval

    Cette lecture m'a fait découvrir une collection que je ne connaissais pas, Résistance poche des Editions du Félin et surtout découvrir une Femme admirable, Adélaïde Hautval, qui fut arrêtée sur un quai de la gare de Bourges pour avoir aidé une famille juive maltraitée par les allemands ....
    Voir plus

    Cette lecture m'a fait découvrir une collection que je ne connaissais pas, Résistance poche des Editions du Félin et surtout découvrir une Femme admirable, Adélaïde Hautval, qui fut arrêtée sur un quai de la gare de Bourges pour avoir aidé une famille juive maltraitée par les allemands .

    L'ouvrage est découpé en trois parties, une préface de Georges Hauptmann, le témoignage du Dr Adélaïde Hautval et une postface de son amie Anise Postel-Vinay agrémentée de divers témoignages et lettres.

    La préface, si elle est utile par la présence d'un rappel du contexte historique, d'une courte biographie du Dr Hautval, et d'une chronologie de l'internement et de la déportation de cette dernière entre juin 1942 et juillet 1945, cite malheureusement, à mon avis, trop de passages du témoignage et de la postface qui suivent, ce qui est un peu répétitif.

    Le témoignage, de celle que ses amis appelaient Haïdi, décrit les terribles conditions d'internement des prisonniers, la maladie, la faim, le manque d'hygiène, le peu de moyen dont disposaient les médecins pour soulager les malades.
    Toutefois, elle parle peu de son refus de participer aux expériences médicales commises par les nazis "parce que c'est contraire à ses convictions". Cela s'explique probablement par la modestie qui caractérise les vrais héros.
    De fait, lorsqu'en 1965, lui est décerné le titre de "Juste parmi les Nations", elle ne pense pas y avoir droit car selon elle, sa conduite "était tout à fait naturelle, logique et découlait d'une obligation morale".

    La postface comprend des lettres écrites par Adélaïde Hautval à sa sœur Dorothée et divers témoignages qui nous permettent de mieux comprendre la personnalité de cette Femme. Notamment une lettre de Moshe Bejeskin, Juge de la cour suprême d’Israël, écrite après le décès du Dr Hautval, touchant témoignage à celle qui fut "une des personnes les plus merveilleuses qu'ait connu l'humanité dans sa génération, et une âme noble".

  • add_box
    Couverture du livre « Médecine et crimes contre l'humanité ; le refus d'un médecin déporté à Auschwitz, de participer aux expériences médicales » de Adelaide Hautval aux éditions Felin

    karined1 sur Médecine et crimes contre l'humanité ; le refus d'un médecin déporté à Auschwitz, de participer aux expériences médicales de Adelaide Hautval

    Je referme la dernière page de ce témoignage et reste figée, ébranlée, par ce que je viens de lire. « Médecine et crime contre l'humanité : le refus d'un médecin déporté à Auschwitz de participer aux expériences médicales » est un ouvrage en 3 parties, chacune ayant son importance.
    Une postface...
    Voir plus

    Je referme la dernière page de ce témoignage et reste figée, ébranlée, par ce que je viens de lire. « Médecine et crime contre l'humanité : le refus d'un médecin déporté à Auschwitz de participer aux expériences médicales » est un ouvrage en 3 parties, chacune ayant son importance.
    Une postface importante et une préface ainsi que des témoignages et des extraits de lettres encadrent le témoignage du docteur Adélaïde Hautval.
    Ce médecin a très tôt refusé de considérer les juifs autrement que comme des patients ordinaires, sa prise de position ferme la fera emprisonner puis interner dans plusieurs camps de déportation. Son statut de médecin la sauvera mais l'amènera à être confrontée à des choix difficiles face à un Mengele ou à d'autres « médecins » nazis.
    Elle nous parles des camps, du manque d'hygiène, de l'absence de médicaments, des amies qui disparaissent, de ses efforts pour sauver des vies à l'infirmerie mais aussi de son refus de participer aux expérimentations, cruelles, dures et contraires à son éthique de médecin. Cette Femme, avec un F majuscule, très simple et qui a toujours refusé de se mettre en avant, mérite toute notre admiration.
    J'ai personnellement apprécié la postface qui éclaire avec ses témoignages ce que la pudeur de cette Femme n'a pas souligné. Par contre avoir lu la préface m'a gâché la découverte du témoignage du Dr Hautval car elle n'en est qu'un résumé éclairé du contexte. Mon conseil, si vous lisez cet ouvrage, lisez la préface après le témoignage.
    Comme vous vous en doutez à la lecture de ces quelques lignes, je conseille à tous cet ouvrage sur cette femmes qui n'est pas suffisamment connue et remercie cette collection « résistance poche » des Éditions du Félin de faire connaitre ces justes silencieux et pudiques.

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !