Venez, on embarque à bord du "Paris-Venise" de Florent Oiseau !

mercredi 20 juin 2018

Attention au départ, montez bien avant la fermeture des portes !

Venez, on embarque à bord du "Paris-Venise" de Florent Oiseau !

Nos lectrices vous parlent d'un des romans finalistes du Prix Orange du Livre 2018, Paris-Venise de Florent Oiseau.

 

 - C'est Milan ?
Pris de court, Demba a regardé par la fenêtre et s'est contenté de lire ce qu'il avait aperçu sur un panneau à fond bleu.
- Non, monsieur, bientôt, pour le moment nous sommes à Sottopassaggio, dans la banlieue proche.
- Oui, c'est vraiment très proche, j'ai ajouté, pour avoir l'air d'un mec dont ce n'était pas le premier jour, ou qui, du moins, connaissait sur le bout de ses doigts la province lombarde.
Le type s'est fendu d'un rire discret et nous a expliqué avec un brin de condescendance que «sottopassaggio» voulait dire « passage souterrain», mais que le grand panneau «Milano Centrale» qu'on pouvait désormais apercevoir devait vouloir signifier que nous étions bien à Milan. Demba a répondu que c'était une vanne, le passager s'est senti con et s'est avancé vers l'autre porte, au bout du couloir.
- Bonne vanne, j'ai vraiment cru que c'était un nom de ville.
- Pareil. »

 

Nous avons demandé à deux lectrices leurs avis et manifestement elles ont aimé ! Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

L’avis de Frédérique :

De par son titre Paris-Venise est  une belle invitation au voyage, ces deux villes étant parmi les plus visitées au monde. Cependant la vie de Roman, couchettiste pour une compagnie low cost, nous montre l’envers du décor dans ce train de nuit qui relie les deux villes en passant par Dijon (« Tu finis tes brocolis – ou je t’envoie à Dijon »), Lausanne, Milan…
Dès la première page du roman, le ton est donné ! L’humour est omniprésent, subtil, drôle, très drôle ! Je n’ai pas compté mes éclats de rire mais ils ont été nombreux.
Au-delà de l’humour il y a aussi une belle sensibilité et une belle humanité.
Le personnage de Roman, héros principal du livre, est très attachant. Ce presque trentenaire n’a pas beaucoup d’ambitions, a un cœur d’artichaut et aussi plein d’imagination. Autour de lui l’auteur a choisi des personnages hauts en couleur, les gardiens de l’immeuble sont croustillants, à la limite de la caricature mais on connait tous des personnes comme ça, qui ont un humour premier degré, une vie rêvée bien éloignée de la vie réelle mais qui s’en satisfont.
Au-delà d’être drôle, le roman de Florent Oiseau décrit bien la société actuelle. L’exploitation des salariés, les combines pour s’en sortir quand les salaires sont bas, le racisme…
En conclusion j’ai beaucoup beaucoup aimé ce voyage nocturne mais éclairé par ses personnages et anecdotes. D’ailleurs après avoir fini je me suis précipitée dans ma librairie préférée pour commander le premier opus de Florent Oiseau « Je vais m’y mettre ».
Un grand merci à lecteurs.com pour cette belle et enthousiasmante découverte
 

© Frédérique CAMPS

 

L’avis de Candice :

Roman, à l'approche de la trentaine n'a, comme il le dit lui-même "pas la moindre esquisse de projet viable", plus de boulot, pas de femme ni d'enfant, un joli découvert en banque, bref galère sur galère.

Quand il décroche un job sur le Paris-Venise comme couchettiste, c'est un peu une bénédiction pour lui comme pour sa banquière.

Mais loin de l'image romantique que l'on a de Venise, entre clandestins et pickpockets, les voyages promettent d'être rocambolesques!

J'ai découvert Florent Oiseau à travers ce Paris-Venise et j'ai beaucoup apprécié son style, rythmé, très imagé et surtout très drôle.

Les discussions entre Roman et son concierge, Didier, sont sur-réalistes et désopilantes à souhait ! Les rencontres quant à elles, s'enchaînent au rythme des voyages et sont à chaque fois peu banales à l'image du travesti en route pour enterrer son défunt mari.

 

Mais au-delà de cette apparence légère et par le biais de son "anti-héros" Roman, et de personnages pittoresques, l'auteur s'offre une satire acide de la société actuelle, jobs sous-payés, sans papiers, petites magouilles et douaniers plus ou moins zélés et il le fait parfaitement, avec sensibilité et humour.

D'une lecture rapide et facile, j'ai passé un moment très agréable à bord du Paris-Venise.

 

© Candice Drahonnet

 

Vous avez aimé ces chroniques qui vous ont donné envie de lire Paris-Venise ?

N’hésitez pas à suivre Frédérique CAMPS et Candice Drahonnet pour découvrir vos nouvelles lectures.

Retrouvez toutes les chroniques du Club des Explorateurs dans  Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Paris-Venise » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions