Terre verte, foie cru et Brigitte Bardot pour un périple dans le grand Nord avec Julien Blanc-Gras

jeudi 22 décembre 2016

"Briser la glace" de Julien Blanc-Gras aux éditions Paulsen

Terre verte, foie cru et Brigitte Bardot pour un périple dans le grand Nord avec Julien Blanc-Gras

Il n’y est pour rien ! La faute aux éditions Paulsen qui ont proposé à Julien Blanc-Gras, écrivain voyageur qui préfère les tropiques, d’aller faire un tour au Groenland et d’en ramener un récit de voyage.

 

Voilà notre explorateur parti en mer, avec trois comparses qu’il ne connaît pas. Parmi les trois bretons à bord, deux marins et un peintre. Et l’auteur de Briser la glace qui fera de salutaires progrès en navigation durant cette épopée.

 

Si Julien Blanc-Gras a accepté sans trop réfléchir la proposition des éditions Paulsen, c’est que l’occasion de découvrir l’orée du pôle et ses beautés est difficile à décliner.

L’écrivain ne sera pas déçu et entraine un lecteur curieux et ravi dans un voyage en « terre verte », si on fait l’effort de traduire du danois le nom de cette drôle de contrée.

 

Tout est découverte

C’est le voyage qui a conduit Julien Blanc-Gras à l’écriture, et non l’inverse. Le Mexique a été le sujet de son premier roman (Gringoland, 2006), le voyage initial dont il dit qu’on n’en revient jamais vraiment.  Délaissant les chemisettes et le bermuda, c’est flanqué d’une grosse parka ad hoc que l’auteur part en mission pour « briser la glace » avec le Groenland, autant aventure que tentative de séduction d’une terre inconnue. Et ça marche, à un ou deux naufrages évités de justesse. L’auteur ne joue ni à l’aventurier ni à l’écrivain et nous épargne ainsi tous les poncifs du genre. Et c’est armé de simplicité et surtout d’un très solide sens de l’humour qu’il traverse, éprouve, échafaude son récit à travers les rencontres qu’il fait et la terre qu’il foule, d’abord dans les bistrots et sur les lieux où travaillent les gens qu’il veut connaître.

L’air de rien, il a bien potassé son sujet, même s’il ne pratique pas le danois, la langue locale, ni ne raffole du foie de phoque cru et encore chaud du sang de la bête juste tuée. Avec lui, on apprend aussi que Brigitte Bardot est connue de tous au Groenland. Pas pour sa beauté, mais pour son combat pour la défense des animaux qui met en péril l’écosystème de ses habitants, qui ne mangent pas de tofu ni de chou romanesco en potage. Eh oui : voyager, c’est aussi sortir de son ethnocentrisme même lorsqu’il est frappé au coin des meilleures intentions pour le monde. Briser la glace est plus efficace que toute morale ou réflexion estampillée : c’est d’abord une leçon de vie, partagée plus que donnée, proposée à hauteur d’homme, dans la générosité d’un humour irrésistible.

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Briser la glace » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com