Pourquoi on va lire le dernier roman d’Héloïse Guay de Bellissen "Dans le ventre du loup"

mercredi 25 avril 2018

Quand l'auteur revisite à sa façon le mythe du Chaperon rouge

Pourquoi on va lire le dernier roman d’Héloïse Guay de Bellissen "Dans le ventre du loup"

Dans le ventre du loup est un conte, mais c’est un conte bien réel.
En revisitant à sa façon le mythe du Chaperon rouge, Héloïse Guay de Bellissen décrit admirablement le monde noir et solaire de l’enfance, et redonne au fantôme d’une fillette existence, dignité et amour.

Nos lectrices ont découvert ce roman, et vous conseillent de le lire à votre tour.

 

L’avis de Fanfan la tulipe :

A la réception du livre des Explorateurs, j’avoue avoir été perplexe… Le dessin de la couverture est assez naïf, une jeune fille en maillot de bain se tient dans une bouée à tête de loup, qui semble un peu trop réel. La quatrième de couverture parle de conte revisité mais on sent poindre une œuvre assez noire. Alors, je me suis plongée dans la lecture et j’ai été happée par l’histoire que j’ai dévorée (le mot me semble adapté pour une histoire de loups) en 48 heures !

Héloïse, la narratrice qui porte le même prénom que l’auteur, raconte sa propre histoire. Parce qu’à 19 ans, au cours d’un déjeuner, son père lui parle de sa cousine Sophie, elle s’aperçoit qu’elle ne se connaît pas de cousine de ce prénom-là. Lorsqu’il lui dit qu’elle a été assassinée lorsqu’elle était enfant, Héloïse, bouleversée, va partir à la recherche de l’histoire qui est arrivée à sa cousine mais aussi et surtout de sa propre histoire puisqu’elle n’a aucun souvenir de cet événement.

Ce livre est une enquête sur ce qui est arrivé à Sophie, sur les secrets de sa famille, sur les événements qui ont mené l’homme qui a tué la petite fille a devenir le monstre qu’il est devenu.

Pour nous permettre, sans doute, de reprendre notre souffle, l’auteur a mis une citation à chacune des fins de chapitres qui sont tous très courts mais denses : tantôt un extrait de conte, un extrait de l’audience, un extrait de lettre de Sophie qui renforcent ou étayent le chapitre précédent mais qui souvent m'ont laissé une sensation de malaise. Il parle de ce que l’on tait dans les familles, d’enfance abîmée, de vies bouleversées. Et l’on suit Héloïse dans son enquête alors que l’on connaît l’issue dramatique pour la petite Sophie.

Ce livre, néanmoins, va lui redonner pendant un temps un peu de vie, presque un peu d’espoir. Un livre assez sombre mais pas désespérant, bien écrit : un roman-conte autobiographique noir s’il faut le qualifier !

 

© Fanfan La Tulipe

 

L’avis de Anne-Françoise :

Sophie, 9 ans, sauvagement assassinée.

Gilles, l’auteur des faits.

Autour de ces personnages, sans omettre le retentissement que ces évènements ont eu sur sa vie et usant de la symbolique des contes de fée, l’auteure relate le fait divers, retrace sa genèse, analyse ses impacts. Elle développe le contexte, s’autorise une incursion au pays des contes, de sa symbolique et sa psychanalyse.

J’ai pour l’enfance, ses charmes et ses sortilèges une immense tendresse et c’est une des raisons pour lesquelles ce livre m’a bouleversée.

Une des épigraphes parle des deux loups en nous, et ce livre l’illustre admirablement, il y a deux loups en chaque humain.  La noirceur de l’âme humaine reste une énigme pour moi, un effroi. Les lectures qui nous exposent à cette noirceur ne font-elles pas œuvre d’exorcisme ?

Ce roman c’est aussi le procès du non-dit, d’une conspiration du silence, que l’auteure a subi et dont elle a besoin de se libérer. Son écrit est en quelque sorte sa thérapie.

Cet ouvrage pose également la question du suivi des enfants victimes de maltraitance. Accueillir leur souffrance, y mettre des mots permettrait-il de conjurer les maux, Le monstre est un enfant victime ; et la victime devient bourreau.

Ce roman est comme un coquelicot fleuri sur un champ de bataille, la vie qui renaît après l’enfance massacrée, c’est une ode à l’humanité, un appel à dire, à utiliser la puissance des mots pour neutraliser la noirceur de l’humain.

C’est pour cela qu’il faut le lire et le laisser retentir, pour ne pas laisser grandir le loup noir.

© Anne-Françoise Bricourt

 

Vous avez aimé ces chroniques qui vous ont donné envie de lire Dans le ventre du loup ?

N’hésitez pas à suivre Fanfan La Tulipe  et Anne-Françoise  pour découvrir vos nouvelles lectures.

Retrouvez toutes les chroniques du Club des Explorateurs dans  Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

Où trouver « Dans le ventre du loup » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Récemment sur lecteurs.com