Pépites de la rentrée littéraire 2017 "Marx et la poupée" par Maryam Madjidi

mardi 24 janvier 2017

La chronique de Nicole

Pépites de la rentrée littéraire 2017 "Marx et la poupée" par Maryam Madjidi

Marx et la poupée de Maryam Madjidi est paru aux éditions Le Nouvel Attila  le 12 janvier

 

Avec ce premier roman, Maryam Madjidi m’a touchée droit au cœur, m’a fait passer du sourire aux larmes (vraiment) et surtout m’a impressionnée par la beauté de ses mots.

Sur le thème de l’exil, de l’identité, de la double culture, les écrits ne manquent pas. Sur ce contexte de révolution iranienne qui a conduit des milliers d’opposants politiques hors de leur pays, dont beaucoup en France, nous avons eu l’occasion de lire des témoignages et des romans touchants et impactant. Je pense à Désorientale en septembre dernier ou Les enfants du Jacaranda il y a un peu plus longtemps. Avec Marx et la poupée, nous sommes sur une autre planète.

Ce livre est à la fois fort et tendre, politique et poétique. L’auteure parvient à faire ressentir la douleur de ce tiraillement entre deux cultures, l’attachement et le rejet envers sa patrie et sa langue d’origines, le sentiment de n’être chez soi nulle part et en même temps d’avoir le monde pour patrie.

Si les passages qui racontent l’Iran pendant la révolution sont percutants et parfois poignants, ce qui domine dans ce livre, c’est l’amour. Celui qui relie l’enfant devenue femme à ses parents, à cette famille qui la rattache à son tour à ses racines. Il y a des pages magnifiques sur la relation entre Maryam et sa mère et la transmission par le biais des mots, les paroles et les écrits. L’auteure parvient à nous envoûter par la grâce de quelques poèmes persans nous donnant ainsi accès à la richesse d’une culture trop souvent occultée par les événements politiques. Elle nous fait sourire aussi en évoquant avec beaucoup d’humour sa façon d’utiliser ses origines pour répondre aux attentes de ses interlocuteurs souvent pilotées par des fantasmes et des idées reçues.

Et puis arrive ce moment incroyable, ce dialogue entre les deux langues symbole du tiraillement permanent entre deux cultures et de la lutte entre le cœur et la raison. Un vrai moment de grâce.

 

On ne m’a jamais aussi bien parlé d’identité et si ce livre fait écho à une certaine actualité, il œuvre pour l’ouverture au monde, le respect des origines et le vivre ensemble. Il le fait en s’appuyant sur les mots, la langue et la poésie. C’est imparable.

 

© Nicole Grundlinger

 

Cette chronique vous a donné envie de lire ce roman ?

Pour découvrir vos prochaines lectures, vous pouvez suivre les avis de Nicole sur son mur.

 

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Marx et la poupée » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions