Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

« Papa » : le dernier Régis Jauffret vise le cœur

vendredi 31 janvier 2020

Une plongée au plus profond du sentiment filial et de la construction de l’image du père

« Papa » : le dernier Régis Jauffret vise le cœur

Ici, les amateurs de Clémence Picot, Lacrimosa ou des Microfictions ne retrouveront pas leur Jauffret habituel ; Papa est le texte qui renverse l’œuvre de l’écrivain pour en montrer les appuis, les fragilités, les douleurs.

« Je n’ai peut-être écrit tout au long de ma vie que le livre sans fin de tout ce que nous ne nous sommes jamais dit » : il faut attendre la page 133 pour lire cet aveu bouleversant de Régis Jauffret qui signe avec Papa (Le Seuil), un roman pas comme les autres.

D’ailleurs pourquoi « roman » ? Dans ce nouveau livre, Jauffret s’intéresse à la figure paternelle, celle de son père qui était sourd et qui n’était finalement pour lui qu’un géniteur. Comme si le lien vivant ne s’était jamais créé. Alors Jauffret prend sa plume et recrée le mystère du père, ainsi que les pistes de sa résolution. Et puis l’écriture permet aussi de façonner ce que le réel a enlevé ou jamais donné. C’est sans doute pour cela que « roman » et non pas « récit » figure sur la page d’ouverture du texte.

 

A l’occasion d’un documentaire, le narrateur reconnaît son père sur des images d’archives, tandis qu’il est emmené menotté par la Gestapo de Marseille. C’est fugace mais un coup de tonnerre zèbre le regard du fils. Né bien après la fin de la guerre, Régis Jauffret ne peut pas trouver dans sa mémoire les éléments de réponse aux mille questions qui le fouaillent : son père était-il coupable ou connivent ? A-t-il été libéré parce qu’il a parlé ou parce qu’il n’a rien dit ? Mon père est-il un héros ou un salaud ?

Lentement mais sans douleur, la mémoire du fils recompose la figure d’un homme. La fiction donne corps aux hypothèses, l’écrivain questionne et tente de faire surgir le sentiment filial qui semble, tout autant que son père, rester sourd à l’appel.

 

Aime-t-on son père parce qu’il est son parent ? Comment faire pour aimer un homme qui s’est contenté d’être géniteur sans empathie pour son fils ?  Il se plaignait de sa surdité, ce père qui avait besoin d’étreindre mais qui ne donnait rien, gifle le narrateur.

Et puis il y a aussi la honte qu’on éprouve vis à vis d’un père qui est isolé du monde par la surdité et la bipolarité. Le pauvre, disent-ils tous. La honte engendrerait bien la compassion mais la compassion n’est pas substituable au lien d’amour.  Alors Jauffret trie, secoue, embrasse. L’héroïsme serait une bonne prise pour susciter l’admiration ; ça aide à construire une belle statue de commandeur, l’admiration, et embraye sur l’amour. Ce serait commode. Oui, mais voilà : pas de preuve, juste des histoires qu’on se raconte.

 

Au-delà de l’histoire de Régis Jauffret qu’il romance peut être intégralement – comment faire confiance à un écrivain ? – Papa invite à plonger dans ce qui façonne les racines du sentiment filial, leur part de fiction et de mémoire intriquées jusqu’à se confondre. A la fin du livre, l’auteur trouvera la voie pour laquelle il a fallu 199 pages, non pas à trouver mais à construire et mettre au monde l’image du père. Un roman qui va fouiller profondément le cœur du lecteur.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires (15)

  • Parallaxe le 30/07/2020 à 16h17

    Karine Papillaud, « A-t-il été libéré parce qu’il a parlé ou parce qu’il n’a rien dit ? » Quand la Gestapo arrêtait un Résistant vous croyez vraiment qu’elle le libérait « parce qu’il n’a rien dit ? » ? Etes-vous simplette ou simplement totalement ignorante de l’histoire de la seconde guerre mondiale ? Si vous n’avez pas compris que l’arrestation du papa Jauffret n’est qu’une arrestation de cinéma pour une propagande pronazie, lisez cette chronique, très instructive : https://linactuelle.fr/index.php/2020/03/11/regis-jauffret-papa-pascale-mottura/

    thumb_up J'aime
  • danielle cubertafon le 30/07/2020 à 14h32

    Un livre très émotionnel, un père dans tout sa splendeur est dans l amour même s il fait parti d un géniteur, l amour a decouvrir est la surement un super livre a decouvrir il ma plaît beaucoup

    thumb_up J'aime
  • Parallaxe le 30/07/2020 à 14h05

    Question à Karine Papillaud : vous êtes payée par qui et combien pour écrire ce genre de petit papier promotionnel ronflant et bien-pensant au service d'une littérature pathétique ?
    Vous trouverez ici l'exemple d'une vraie analyse, appuyée sur une enquête journalistique réalisée à titre bénévole : https://linactuelle.fr/index.php/2020/03/11/regis-jauffret-papa-pascale-mottura/
    Bonne lecture !

    thumb_up J'aime
  • Parallaxe le 30/07/2020 à 13h52

    La chronique qui "vise le coeur" de la vérité, c'est celle-ci : https://linactuelle.fr/index.php/2020/03/11/regis-jauffret-papa-pascale-mottura/

    thumb_up J'aime
  • kryan soler le 30/07/2020 à 08h09

    Le mystère du père … tout un roman!

    thumb_up J'aime
  • marie claude schwartz le 09/02/2020 à 06h13

    Un sujet qui me parle.

    thumb_up J'aime
  • Claudia Charrier le 02/02/2020 à 15h40

    Bonjour Je suis très curieuse de ce roman; Je ne sais pas si je serai touchée ou pas par ce livre... Un livre qui sortirai de ma zone de confort !

    thumb_up J'aime
  • Sophie Wag le 01/02/2020 à 14h58

    Le pitch me donnait déjà envie de le lire, votre article encore plus. Apprendre le passé de son père est toujours troublant surtout dans de telles circonstances, je fonce à la librairie de ce pas!

    thumb_up J'aime
  • kryan soler le 31/01/2020 à 14h58

    Bonjour, merci pour cette chronique.
    Le thème abordé par cet auteur m'intéresse vraiment.

    thumb_up J'aime
  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com