Osez prendre la plume pour un Cadavre exquis avec Gilda Piersanti !

jeudi 28 février 2019

En partenariat avec le festival Quais du Polar

Osez prendre la plume pour un Cadavre exquis avec Gilda Piersanti !

Comme chaque année nous sommes partenaires du festival Quais du Polar qui se tiendra à Lyon du vendredi 29 au dimanche 31 mars. Nous vous proposons à cette occasion de prendre la plume pour un cadavre exquis avec Gilda Piersanti.

 

Née en Italie et parisienne d’adoption, Gilda Piersanti, romancière et scénariste, est l’auteure du thriller Illusion tragique, prix des lecteurs Quais du polar/20 minutes 2018.

Elle a également publié la série de romans policiers Les Saisons meurtrières, huit enquêtes romaines de l’inspectrice Mariella De Luca, traduits à l’étranger et adaptés à la télévision.

Son nouveau thriller, Un amour parfait, paraitra en librairie le 7 mars.

Mais quel est le principe de ce cadavre exquis ?

Gilda Piersanti propose le début d’une intrigue qu’un internaute différent poursuivra chaque jour, tout au long de 16 jours d’un suspense que nous espérons haletant. L'histoire sera terminée par Gilda Piersanti.

 

Pour participer, n’hésitez pas à poster votre candidature avant le 13 mars !

 Vous hésitez ? Suivez les conseils de Marc Fernandez, spécialiste du polar et auteur de romans noir : Mala Vida et Guérilla Social Club.

La publication commencera sur notre site le 13 mars, et Gilda Piersanti conclura ce cadavre exquis le vendredi 28 mars.

Retrouver les éditions précédentes du cadavre exquis sous l’égide de Marin Ledun (2018), Ingrid Astier (2017)  Ingrid Desjours (2016), Ian Manook (2015), Franck Thilliez (2014) et Emmanuel Grand (2014).

Pour avoir une chance d'être sélectionné, envoyez-nous un texte de 500 caractères environ qui continue l’histoire proposée par l’auteur ci-dessous (vous devez être connecté avec votre profil, n'oubliez pas de compléter vos coordonnées dans le formulaire, votre texte est à écrire dans la partie message).

Les auteurs des 10 meilleurs textes seront retenus et prévenus par mail. Lors de la publication du cadavre exquis, vous aurez à continuer un texte inédit de Gilda Piersanti.

 

Voici l'histoire à continuer pour être sélectionné :

 

LA MORT NE FAIT QUE PASSER

 

L'homme était petit. Il portait un manteau d'au moins deux tailles supérieures à la sienne ; son visage était à demi caché par un chapeau à larges bords, il se tenait debout contre le cadre de la porte.

L'image se prolongea dans ses pupilles sans que la douleur lui fit grâce un seul instant. Louise crut saisir la main refermée sur son cou, mais elle était immobile, allongée sur le sol de la cuisine. Elle pensa au robinet resté ouvert, Jean-Luc allait bientôt arriver.

L'horloge de métal fixée au mur indiquait neuf heures moins dix ; elle avançait et n'avait jamais été remise à l'heure.

 

Rentrée à huit heures moins le quart, Louise était sortie sur le balcon sans ôter son imperméable. Des gouttes de pluie coulaient du dernier étage sur le garde-corps mouillé. Il n'y avait pas de vent, le balcon était sec. Elle avait regardé les bateaux-mouches qui chargeaient les derniers touristes de la Toussaint. Quand elle était entrée dans la salle de bains, il était trop tard pour prendre une douche. Elle s'était changée, avait mis ses chaussures en daim, dont les talons aiguilles la grandissaient de dix centimètres, avait passé du rouge sur ses lèvres, puis était entrée dans la cuisine pour préparer le dîner. La journée avait été lourde, mais tous ces appels pour le studio à louer devant l'hôpital Lariboisière l'avaient amusée. Les visiteurs demandaient si l’on entendait les ambulances, et quand elle expliquait que les fenêtres donnaient sur la chapelle de l'hôpital, ils étaient presque déçus, comme s'ils venaient d'être privés d'un argument dépréciatif.

Jean-Luc arriverait à neuf heures et demie. Ils ne s'étaient vus qu'une seule fois, cette semaine, il avait travaillé dur pour rénover la salle de bains et la cuisine de monsieur Bonnet. Ce soir, ils fêteraient la fin des travaux. Louise avait acheté pour l'occasion une robe de maille rouge, exposée dans une vitrine du passage Choiseul. L'agence immobilière où elle travaillait se trouvait juste à côté, au milieu du passage. Elle avait mal tourné, la belle robe, avec tout le sang qui coulait de son cou !

C'était arrivé au moment où elle avait ouvert le robinet de l’évier. Pour quoi faire ? Elle ne se rappelait plus, mais le robinet était resté grand ouvert. Elle avait alors senti la présence de quelqu'un dans son dos, elle s'était retournée et l'avait vu.

L'homme avait les mains cachées dans les poches de son manteau. Il en avait sorti un rasoir de coiffeur et s’était rué sur elle, elle n'avait pas eu le temps d'avoir peur. Elle s'était affaissée comme prise d’un vertige, la douleur était arrivée plus tard.

 

A vos claviers ! La publication commencera sur notre site le 2 avril et Gilda Piersanti conclura ce cadavre exquis le 16 avril.

 

Retrouver les éditions précédentes du cadavre exquis sous l’égide de Marin Ledun (2018), Ingrid Astier (2017)  Ingrid Desjours (2016), Ian Manook (2015), Franck Thilliez (2014) et Emmanuel Grand (2014).

Toutes nos animations pendant le festival Quais du Polar sont à retrouver ici !

Participez

Le jeu est terminé

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Jeux Concours"

Commentaires

Où trouver « Un amour parfait » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions