On les a aimés, on les aimera longtemps : les classiques à retrouver

jeudi 05 juillet 2018

Les classiques à lire cet été

On les a aimés, on les aimera longtemps : les classiques à retrouver

Et pourquoi pas un classique cet été au bord de la piscine ou dans son hamac ?

Lecteurs.com a retenu 5 des nouveautés les plus intéressantes à embarquer dans sa valise cet été.

  • Du classique, encore et encore !

    • Couverture du livre « Bleak house » de Charles Dickens aux éditions Gallimard

      Bleak house de Charles Dickens

      Il vient de sortir et il pèse son poids. Il est le « plus complet et le plus dense des romans de Dickens », ainsi que le présente Aurélien Bellanger dans sa préface à la réédition de l’œuvre. Nabokov et Chesterton enchérissent pour évoquer ce neuvième roman de Dickens, dont les 1300 et quelques pages ont paru sous forme d’un feuilleton entre 1852 et 1853. Comme d’habitude, l’auteur s’est inspiré de personnages et d’événements réels qu’il plonge ensuite dans la matrice littéraire : Dickens était clerc et s’est servi de son expérience et de sa connaissance du système judiciaire pour raconter cette histoire, qui passait au karcher l’administration judiciaire britannique des années 1850. On fait confiance à Nabokov, Chesterton et Bellanger et on s’y plonge.

    • Couverture du livre « Le monde infernal de Branwell Brontë » de Daphne Du Maurier aux éditions Phebus

      Le monde infernal de Branwell Brontë de Daphne Du Maurier

      Dans la famille, malheureuse, des Brontë, il y a les trois sœurs, et puis il y a un frère, Branwell Brontë. Enfant prometteur, élevé et éduqué par le père, il mourra de la tuberculose à 31 ans, après une courte carrière de peintre et d’écrivain. Daphné du Maurier s’est attachée à la personnalité de cette étoile filante, si vite éclipsée par ses sœurs, en un roman écrit au plus près de ce vrai personnage de roman. L’auteur de Rebecca s’est appuyé sur une documentation considérable, c’est un bonheur de la retrouver dans cet exercice.

    • Couverture du livre « Le chevalier inexistant » de Italo Calvino aux éditions Gallimard

      Le chevalier inexistant de Italo Calvino

      On peut terminer, avec Le Chevalier inexistant, la trilogie commencée par Calvino avec Le Vicomte pourfendu, poursuivie avec Le Baron perché, que Gallimard vient également de rééditer dans une nouvelle traduction. Immensément séduisante, cette histoire d’un certain Agiluf Edme Bertrandinet des Guildivernes renvoie à l’époque où Charlemagne guerroyait. Sous son armure, le chevalier n’a pas de corps ni de tête, mais sait se battre comme un lion. Qu’est ce qui fait de lui un être vivant ? Quel sens prend son existence, si existence il y a ? De quelle essence est faite l’être ? La magie de Calvino, inconditionnellement.

    • Couverture du livre « 1984 » de George Orwell aux éditions Gallimard

      1984 de George Orwell

      Les éditions Gallimard ont la bonne idée de proposer une nouvelle traduction de ce livre culte, après avoir laissé vivre la précédente depuis 70 ans. L’occasion de plonger, ou replonger, le regard dans cette œuvre qui parle si bien du temps présent.

    • Couverture du livre « Combray » de Laurence Grenier aux éditions La Spirale

      Combray de Laurence Grenier

      Marcel Proust, Combray (Editions de la Spirale) Attention, un classique peut en cacher un autre : précisément, ce n’est pas dans l’œuvre immense qu’on vous propose d’entrer, mais dans l’une de ses parties, Combray, dans une édition particulière. La petite maison d’édition a décidé d’associer le plaisir littéraire à celui de l’illustration en demandant à Armel Siret d’accompagner de ses aquarelles le texte de Marcel Proust. C’est charmant, dans un format souple à l’italienne qu’on pose à regret.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Bibliothèque thématique"

Commentaires

Où trouver « Le monde infernal de Branwell Brontë » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum de discussion

Afficher plus de discussions