Olivier et Cécile ont lu "Montana 1948" la BD de Larry Watson et Nicolas Pitz

jeudi 01 juin 2017

éditions Sarbacane

Olivier et Cécile ont lu "Montana 1948" la BD de Larry Watson et Nicolas Pitz

Le Club des Explorateurs permet à deux lecteurs de lire et chroniquer un même titre et de confronter ainsi deux points de vue.

 

Cette semaine Olivier Pirou  et Cécile Chevillot ont lu  Montana 1948 la BD de Larry Watson et Nicolas Pitz  

 

L’avis de Olivier Pirou :

 

En 1948, le jeune David Hayden, 12 ans, fait une entrée brutale dans le monde des adultes. Dans ce Montana d'après-guerre, la vie est pourtant douce, entre son père, shérif du comté de Mercer County, sa mère, fervente luthérienne et leur nurse indienne, Marie Little Soldier. David accompagne souvent son anti-héros de père, un brin claudiquant, sans armes, par delà les routes poussiéreuses des grandes plaines, entre villages paisibles et réserves indiennes. Un air de western, sans les troubles, sans les heurs avec les Indiens qui travaillent maintenant pour l'homme blanc. De retour du front, le monde aspire désormais "à cultiver son jardin". La fonction de shérif ne requiert ici "ni beaucoup de force, ni beaucoup de courage".  Et puis, il y a le prestige de la famille : son grand père, ancien shérif autoritaire et respecté, son oncle Franck, médecin affichant le charisme teinté d'arrogance du héros de guerre.

Mais cette belle mécanique familiale se dérègle subitement quand oncle Franck venu soigner la jeune Sioux est mis en cause et rattrapé par un passé d'agressions sexuelles multiples sur de jeunes indiennes.

David assiste impuissant au déchirement de sa famille. Loyauté, justice, collusion, secrets de famille se télescopent violemment et disloquent l'harmonie familiale. De ce roman américain de Larry Watson, Nicolas Pitz extrait un roman graphique d'une narration fluide. Le scénario est simple, le découpage sans grande audace, mais d'un trait fin et sensible, l'auteur parvient à dépeindre le crépuscule d'une enfance obscurcie par la violence du monde et les blessures qui en résultent. Pour mieux renaître, peut-être.  

           

© Olivier Pirou

 

 

L’avis de Cécile Chevillot :

Voici une BD qui cache bien son jeu : sous des couleurs douces – rouges-orangées –, elle aborde des thèmes difficiles comme la justice, le racisme, la paternité… A travers le regard de David, 10 ans, on suit les atermoiements du père de famille, Wes, shérif (sans la panoplie, au grand dam de son fils !) d'une petite ville rurale du Montana, confronté à la mort inexpliquée de leur jeune servante indienne Mary. L'oncle et le grand-père s'en mêlent, plutôt brutalement, à la stupeur de David qui ne sait plus dans quel camp se ranger. Le jeune garçon sortira lucide et grandi de cette épreuve initiatique, quittant l'enfance pour nous laisser entrevoir l'homme droit qu'il deviendra grâce à cet épisode tragique.

J'ai aimé cette histoire de famille, dure, sans tabous, qui nous immerge à la fin des années 40 dans une Amérique très loin d'avoir réglé ses problèmes de racisme, d'intégration et d'injustice. Même s'il est parfois maladroit dans le traitement des perspectives, le dessin, par sa ligne claire et les visages esquissés simplement, nous rend plus humains les personnages et leurs doutes. L'histoire est bien menée, le côté historique retient l'attention, le suspens est là : jusqu'à la fin, on ignore de quel côté la balance de la justice va pencher. On tourne la dernière page en ayant envie de lire le roman américain, signé Larry Watson, qui a inspiré le dessinateur : c'est là une preuve de la qualité de l'album !"

 

© Cécile Chevillot

 

Ces chroniques vous ont donné envie de découvrir cette BD ?

N’hésitez pas à suivre Olivier et Cécile  pour découvrir de nouvelles idées de lecture.

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Montana 1948 » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de cet article

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !