Lire un thriller psychologique passionnant "Celle qui s’enfuyait" de Philippe Lafitte

mardi 16 octobre 2018

Un thriller qui nous entraine dans les années 70, époque où l’Amérique se déchirait sur la question des droits civiques

Lire un thriller psychologique passionnant "Celle qui s’enfuyait" de Philippe Lafitte

Parce qu'il n'y a pas que la rentrée littéraire d'automne, voilà un roman qu'il est encore temps de découvrir : Celle qui s'enfuyait de Philippe Lafitte.

Thriller psychologique, Celle qui s’enfuyait est aussi un roman d’atmosphère sur fond de vérité historique. Sous la tension d’une menace permanente,  on y découvre des êtres au passé trouble, qui se cherchent et se croisent, s’aiment et se perdent. Se dessine un paradoxal éloge de la fuite, quand le désir éperdu de liberté peut devenir un enfermement, et la culpabilité un refrain impossible à oublier. La vraie menace viendrait-elle de l’intérieur ?

Qu'en pensent nos lecteurs ?

 

L’avis de Sophie Wag :


Phyllis Marie Mervil vient d’avoir 60 ans mais elle en paraît 20 de moins. Cette Afro-américaine a quitté New-York en 1975 et s’est exilée dans le sud de la France depuis près de 40 ans. Elle est auteur de polars à succès en France sous divers pseudonymes car elle tient à préserver son anonymat, puisqu’elle se sait traquée. Le lecteur est aux aguets avec elle car on ne comprend pas tout de suite qui lui en veut, pour quelle raison et jusqu’à quel point...

On revit avec elle son enfance dans les années 60 auprès d’un père aimant mais qui connaîtra une fin violente et tragique. Puis son adolescence, au temps de la révolte de l’Armée Révolutionnaire du peuple, un groupuscule armé dont elle faisait partie et qui était dirigé par un étudiant violent.

Et l’on fuit avec elle, qui n’a connu que la fuite, physique tout d’abord puisqu’elle continue de courir tous les matins, conservant un corps tonique et alerte ; mais aussi une fuite dans l’écriture, exutoire nécessaire et en langue française, langue qu’elle avait apprise avec son père francophile.

On a peur pour elle, on fuit avec elle, on se demande qui est l’homme qui la traque, s’il n’y en a qu’un ou s’ils sont plusieurs...

 

Un roman plein de sensibilité, un thriller psychologique passionnant avec des personnages attachants. Un roman qui se lit facilement car la langue est belle et les trouvailles littéraires créatives comme ce passage qui nous décrit l’homme qui la traque selon ces termes « L’homme avait la cinquantaine trapue, un profil avenant mais empâté par la négligence alimentaire... » J’aime la langue française quand l’auteur la transcende avec des mots simples « empâté par la négligence alimentaire », tout est dit, rien n’est montré et pourtant l’image mentale est immédiate.

Un bon roman à la fois actuel et historique, à la fois thriller et littéraire. Une très bonne surprise du Club des Explorateurs !

 

© Sophie Wag

 

L’avis de TSUBAKI :

 

Un aller-retour Paris Nancy pour lire ce petit roman policier qui m'a tout de suite séduit.

L'auteur décrit avec soin et réalisme dans un style simple et avec beaucoup de sensibilité les émotions des personnages. Une intrigue qui nous ramènera dans les années 70 en Amérique sur fond d'événements dramatiques.

 

Dès les premières pages je retrouve Phyllis Marie afro-américaine, auteure obsessionnelle de romans policier. Depuis 10 ans elle s'isole dans les Causses et se réfugie dans l'écriture.

Mais Pourquoi ?

Parce qu'elle est traquée, elle nous entraine alors dans une course effrénée. Elle ne profite jamais pleinement de sa relation avec Paul qu'elle rencontre de temps en temps à Toulouse. Au village, près de sa maison, elle ne tisse que très peu de relations car elle a peur que son passé la rattrape...

 

"elle repensait à ce qui l'avait fait fuir à l'autre bout du monde, à cette tension chronique dont elle ne pouvait se défaire. Sa vie comme un combat de tous les instants."

J’ai aimé la clarté du texte, le style plaisant de l’auteur, et ses mots justes au bon moment. Et surtout je ne suis jamais perdue dans ces nombreux aller-retour entre passé et présent. j'ai aimé également cette ambiance lourde qui règne tout au long de l’intrigue.

Je conseille ce livre à qui recherche une lecture facile, non niaise pour autant. C'est un bon polar !

 

© TSUBAKI

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Club des Explorateurs"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Celle qui s'enfuyait » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions