Les Très petites histoires de A.L. Snijders 2/5 L’échelle

vendredi 08 septembre 2017

Deuxiéme extrait des bonnes feuilles de "N'écrire pour personne"

Les Très petites histoires de A.L. Snijders 2/5 L’échelle

Il y a le post twitter, l’haïku, la brève de presse, la nouvelle : quelque part dans cette énumération de catégories de textes plus ou moins longs, se placent les « toutes petites histoires » d’A.L. Snijders, un écrivain néerlandais qu’on fait le pari de vous faire découvrir tout au long du mois de septembre sur lecteurs.com, avec cinq extraits hebdomadaires de son recueil N'écrire pour personne (ed. Observatoire).

Sur lecteurs.com, on a décidé de vous faire découvrir ces petites merveilles sans plus de discours. On laisse au lecteur le plaisir de tomber sous le charme d’une littérature simple et inouïe, d’un regard lucide solidement fixé sur le monde, d’une prose bien sentie dans la poésie de moments minuscules.

Lire l'article complet dans Les Très petites histoires de A.L. Snijders 1/5 Les monuments naturels

 

Retrouvons, comme chaque semaine, une toute petite histoire d’A.L. Snijders.

Cette semaine : L’échelle.

 

Un homme trapu, cheveux noirs et bouclés, se rend à une exposition dans une galerie avant-gardiste. Il est marié, mais il sort avec une danseuse contemporaine. On peut dire qu’elle est sa petite amie. La galerie est une ferme aux murs blanchis à la chaux, dans la région des lacs de Hollande-Méridionale, avec ses bosquets, ses fossés, ses boutons-d’or, qui appartenaient naguère à la nature, mais qui sont aujourd’hui complètement artificiels. Un processus mystérieux. La nature se retrouve dans l’antichambre du monde, tout est resté identique, mais tout est désormais factice. Un élégant petit groupe d’initiés s’est formé autour de la danseuse. L’homme trapu est un profane. Sur le gazon du jardin, en légère pente, se tient une œuvre d’art, haute et fine, une échelle étroite en bois de sapin. Un danseur y monte avec légèreté et oscille dans l’air, lentement, du nord au sud, bien au-dessus du toit. Le petit groupe – ils se connaissent par cœur – rit aux éclats, s’amuse. C’est de l’art, des souvenirs de moments qui n’ont jamais existé, mais qui ont été inventés par des gens qui ont du goût. (Des rabat-joie disent que le goût est le plus grand ennemi de l’art.)

Quand tout le monde est rentré, l’homme trapu monte à son tour tout en haut. L’échelle oscille un peu trop, un mauvais présage. Un pied se rompt tout à coup, l’individu tombe lourdement dans un bosquet à la lisière du champ. Les branches se brisent sous son poids, ralentissent sa chute, et il ne se casse rien. C’est un miracle, comme il en arrive si souvent. L’homme trapu sait que de nombreuses personnes attribuent une intervention métaphysique aux miracles, mais lui préfère croire au hasard. Peu après, il entre à nouveau dans la galerie pour admirer d’autres œuvres.

 

© A. L. Snijders

 

Les cinq nouvelles d’ A. L. Snijders

Les monuments naturels

L’échelle

Le cap

Le plaisir

L’anarchiste

 

Quand on aime, on vous fait gagner : à chaque nouvelle un exemplaire du recueil d'A. L. Snijders à gagner en partenariat avec les éditions de l’Observatoire !

Dites-nous en quelques mots pourquoi vous avez envie de le lire, ce qui vous attire chez cet auteur que nous vous faisons découvrir chaque semaine.

N’oubliez pas que pour participer et poster votre commentaire, vous devez être connecté avec votre profil, et avoir complété ce profil avec au moins vos 10 livres préférés et quelques avis sur vos lectures. Vous avez jusqu’au 20 septembre.

Merci pour votre participation. Bravo Anne Sophie Martel. Vous avez gagné N'écrire pour personne d’A.L. Snijders.

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Tendance"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « N'écrire pour personne » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions