Les livres à offrir à des parents, beaux-parents, tantines aimées ou tontons ronchons

vendredi 15 décembre 2017

Voici une liste de livres bien ciblés pour ce Noël...

Les livres à offrir à des parents, beaux-parents, tantines aimées ou tontons ronchons

Jingle bells!

Le temps passe et Noël arrive déjà !

 

Offrir un livre est  la garantie de ne faire aucun fashion faux pas, coupette à la main au pied du sapin.

Nous vous avons concocté une liste de livres bien ciblés pour les parents, ou encore belle-maman ou beau-papa.

Puisqu’ils ont déjà tout, autant leur offrir l’essentiel, non ?

 

Karine Papillaud

  • Pour les mères, belles-mères, tantines aimées...

    • Couverture du livre « Mon père, ma mère et Sheila » de Eric Romand aux éditions Stock

      Mon père, ma mère et Sheila de Eric Romand

      Ce tout jeune auteur, qui connaît déjà un très grand succès au théâtre, publie là son premier roman, un recueil de fragments pudiques qui recomposent une enfance ordinaire dans les années 70. Un scrapbooking d’une jeunesse passée au milieu d’une famille rustre, incarnée par un père brutal aux sentiments mal équarris, où le trouble homosexuel étreint le narrateur à mesure qu’il grandit. Pas simple d’être une « tapette » dans cette famille, ni d’adorer Sheila qui pétille comme la promesse d’un ailleurs possible.
      Un très joli texte très attachant que cette histoire d’un vilain petit canard, racontée avec tendresse et drôlerie. Un énorme succès de librairie et de presse, dès sa sortie.

    • Couverture du livre « La fille à histoires » de Irene Frain aux éditions Seuil

      La fille à histoires de Irene Frain

      Il y a eu Sorti de rien, le beau livre consacré à son père. Dans ce nouveau roman vrai, Irène Frain raconte son lien avec sa mère. Un lien qui n’a tenu qu’à l’amour qu’une petite fille portait à une mère qui ne l’a jamais aimé. Il faut une vie pour faire ce constat, l’accepter sans aigreur.
      Formidable, émouvant et inconsolable récit d’une écrivain qui se met à nu ; flamboyante illustration de la résilience et de ce que l’appétit de vivre permet d’accomplir.

    • Couverture du livre « Summer » de Monica Sabolo aux éditions Lattes

      Summer de Monica Sabolo

      Une adolescente à qui tout sourit, s’évapore dans les hautes herbes du bord du lac Léman. 24 ans plus tard, son jeune frère retourne dans le souvenir de cette disparition, et, en en dissipant les mystères, met au jour une vérité effrayante.
      Il y a beaucoup de poésie et une langueur envoûtante dans ce roman à la trame tendue comme un polar. Un roman organique dans un milieu ultra bourgeois et silencieux, où le corps et le rêve prennent une place fascinante.

    • Couverture du livre « Je me promets d'éclatantes revanches » de Valentine Goby aux éditions L'iconoclaste

      Je me promets d'éclatantes revanches de Valentine Goby

      Elle a été oubliée, Charlotte Delbo et c’est inexplicable. Rescapée des camps, elle a prouvé dans son œuvre que l’indicible des camps peut être raconté, et surtout, dépassé. Valentine Goby a beaucoup enquêté sur ce personnage fascinant et émouvant qui prouve que la littérature est une arme d’une puissance et d’une efficacité démesurée pour dire la vie.
      Un essai-biographique passionnant au plus près de l’auteur de Kinderzimmer, un éblouissant manifeste pour la littérature.

  • Pour les pères, beaux-pères, tontons ronchons qu’on adore...

    • Couverture du livre « La victoire du nègre » de Daniel Picouly aux éditions Steinkis

      La victoire du nègre de Daniel Picouly

      C’était le combat du siècle : le 4 juillet 1910 à Reno, Nevada, Jack Johnson combat James Jeffries pour le championnat du monde. Jack Johnson est un immense champion mais il est noir et la ségrégation est légale depuis 1896 aux Etats-Unis. L’issue du match déclenchera les émeutes raciales les plus importantes du pays jusqu’à l’assassinat de Martin Luther King.
      Daniel Picouly raconte à merveille et tout en souffle retenu ce morceau méconnu de l’Histoire américaine. Avec l’acuité d’un grand connaisseur de boxe qui rend ce texte accessible et amoureux à tous les néophytes.

    • Couverture du livre « Un demi-siècle dans l'Himalaya » de Matthieu Ricard aux éditions La Martiniere

      Un demi-siècle dans l'Himalaya de Matthieu Ricard

      Un beau livre et une bonne action puisque Mathieu Ricard reverse tous les droits de ses livres à une association qui agit pour les populations d’Inde, du Népal et du Tibet. Il y a dans ce livre 350 photographies prises par l’auteur durant 50 ans. Des portraits de ses maîtres, des physionomies capturées, des paysages, des moments de vie intense.
      Le vrai métier de Mathieu Ricard, comme il le dit lui-même, c’est d’être photographe et pas moine bouddhiste ou traducteur du Dalaï-lama. On ne peut le croire, devant de telles planches où le grandiose s’impose calmement. Et parce qu’un beau livre de photos n’est pas qu’un écrin à clichés, il faudra lire le texte magnifique qui les accompagne page à page. Un double cadeau, somptueux.

    • Couverture du livre « L'ordre du jour » de Eric Vuillard aux éditions Actes Sud

      L'ordre du jour de Eric Vuillard

      On avait envie de vous conseiller encore "La Serpe" de Philippe Jaenada, mais on vous en a déjà beaucoup parlé dans une chronique et au travers du long entretien donné par l’auteur. Cette année, offrez le Goncourt 2017 les yeux fermés, c’est un fulgurant petit livre publié au printemps qui s’impose immédiatement par la langue comme un chef d’œuvre.
      Et il fallait du génie pour faire de ce moment de bascule de l’histoire, la réunion des 24 grands industriels allemands le 20 février 1933 au Reichstag qui prépara l’Anschluss, un pur moment de littérature.

    • Couverture du livre « Le miracle Spinoza ; une philosophie pour éclairer notre vie » de Frederic Lenoir aux éditions Fayard

      Le miracle Spinoza ; une philosophie pour éclairer notre vie de Frederic Lenoir

      Offrir L’Ethique de Spinoza est un coup de pied de l’âne à qui n’a pas un master de Philo. Se passer de Spinoza est une erreur vitale. La solution passe par le court, fluide, lumineux essai biographique de Frédéric Lenoir qui décortique avec aisance les principaux axes de la pensée spinoziste, connue pour son hermétisme. On lui en sait gré, tant cette pensée, révolutionnaire, géniale et toujours vivante porte en elle l’avènement de la Raison. Et l’on se retrouvera spinoziste dès la première citation : « ne pas se moquer, ne pas se lamenter, ne pas détester, mais comprendre ». Une formidable aventure spirituelle et philosophique, accessible à tous, attend le lecteur dès la première page.

    • Couverture du livre « La fin du rêve américain? » de Lauric Henneton aux éditions Odile Jacob

      La fin du rêve américain? de Lauric Henneton

      Attention, le propos, ici, réside dans le point d’interrogation !
      L’auteur, qui est spécialiste de l’histoire et de la civilisation américaine, s’interroge sur la matière de ce mythique Rêve américain, dont Donald Trump a fait sa promesse de campagne principale. Dans les pas de l’auteur, on entre davantage dans les arcanes de sa définition, à travers l’histoire des Etats-Unis et les différentes peurs (islamisation, hispanisation, fantasmes du complot, etc.) qui gangrènent son présent. Car si le rêve américain s’est longtemps résumé à un vaste « you can make it there », on se demande où et comment il se réalisera demain.
      Un ouvrage universitaire, certes, mais d’une originalité très séduisante.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Bibliothèque thématique"

Commentaires

Où trouver « La victoire du nègre » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions