Le lecteur du mois

mardi 10 janvier 2012

JMPalacios : un lecteur passionné par le partage

Le lecteur du mois

 

 Jean-Michel Palacios est un des nos plus actifs lecteurs depuis ces 15 derniers jours ! Avec sa bibliothèque impressionnante de plus de 700 livres et ses 21 amis, jmpalacios s’intègre parfaitement dans notre communauté de passionnés de lecture. Il nous a découvert grâce à notre page Facebook.

Il avoue être conquis par la possibilité de « découvrir et de partager le goût et les appréciations de lectures avec les voisins d’un village virtuel. L’aspect visuel de l’interface est bien fait, notamment avec le badge, les coups de cœurs, les fonctions de recherche et les étagères. »

Quant à la lecture numérique, Jean-Michel s’y est lancé avec les Contes de Grimm et Les fleurs du mal de Baudelaire. Il continue à lire même sur son portable : « Sur mon téléphone, j’ai également commencé la lecture de Notre-Dame de Paris  de Victor Hugo. C’est assez fluide, fonctionnel et moins encombrant. » Cependant, il avoue rester très attaché au charme du livre papier.

La lecture sociale est pour lui un réseau de partage : « L’informatique et le web 2.0 contribuent à cette place du marché interactive dédiée à la lecture. Le lecteur n’est plus seul. Il partage la curiosité et l’ouverture d’esprit avec d’autres lecteurs : ses impressions, son imaginaire, son point de vue et contribue à la connaissance. La lecture sociale est un moyen d’insertion, de communication, d’échange. »

En quelques lignes, voici le portrait de Jean-Michel Palacios, dit jmpalacios : le lecteur du mois de janvier.

Est-ce que vous vous souvenez du premier livre qui vous a marqué ? Qui vous a ouvert l’appétit de lecture ?

 

 

J’avoue que je n’avais pas très envie de lire étant enfant et finalement, j’ai commencé vraiment avec les bandes dessinées du magazine Femmes d’aujourd’hui  acheté par ma mère avec les aventures de Trompette l’éléphant de Robert Moreau et celles de Bob Morane d’Henri Vernes.

 

 

 

 

Après, dans mon souvenir, plusieurs livres me reviennent, vraisemblablement pour différentes raisons sentimentales : Le livre de la jungle de Rudyard Kiplingqui était un cadeau de mes grands-parents, L’étalon noir de Walter Farley dans la « Bibliothèque Verte » acheté avec mes premiers sous et enfin 20.000 lieues sous les mers de Jules Verne offert par un voisin en remerciement d’un service rendu.

Qu’est-ce que vous aimez dans la lecture ?

C’est un ensemble d’émotions qui concourent au plaisir de lire : arpenter les rayonnages d’une librairie de quartier, le contact avec le papier, la couverture, le résumé puis ensuite les premières pages qui décident souvent de l’intérêt à l’histoire.

Enfin, l’étonnement lorsque l’on s’aperçoit que l’on ne lâche pas l’auteur qui nous emporte dans un tourbillon en forme d’invitation au voyage et à la découverte.


 

 

 

Avez-vous un ou plusieurs genres littéraires préférés ? Si oui, lequels ? Quels sont vos auteurs préférés ? 

La science-fiction très tôt avec les romans de Jules Verne mais également ceux d’A.E Van Vogt et d’Asimov. Les romans historiques avec une préférence pour la période du moyen-âge.

Les policiers avec leurs lots de commissaires tenaces et torturés comme chez F. Vargas, A. Indridasson, Pauline Delpech. Les enquêtes de Nicolas Le Floch sont également très bien écrites mêlant le genre avec la période de Louis XV et Louis XVI.

Et enfin, la bande-dessinée qui multiplie à l’infini tous les genres avec une préférence pour Rosinski et Van Hamme, Rabaté et Chabouté.

 

 

 

 

Quel est votre plus beau souvenir de lecture ?

J’ai le souvenir de quelques livres tel que Le rayon vert  de Jules Verne ou Pars vite et reviens tard de Fred Vargas où j’ai « décidé » de lire chaque roman jusqu’au bout de la nuit car je ne voulais pas abandonner les personnages, comme si je faisais partie de l’histoire, un peu à la manière de Bastien dans l’Histoire sans fin de Michael Ende.

 

 

 

Y a-t-il un endroit particulier où vous aimez lire ?

Le plus souvent dans le train, tous les jours de la semaine, en raison de mes déplacements vers Paris mais aussi le soir, à la maison, avant de m’endormir.

Pour des raisons professionnelles, je lis également beaucoup de documentations et d’ouvrages que j’analyse et synthétise.

Comment choisissez-vous vos prochaines lectures ?

Assez souvent, suivre un auteur comme Guillaume Musso, Marc Lévy ou Bernard Werber constitue la raison principale. Mais c’est aussi en écoutant autour de moi par la radio ou en regardant des sites sur Internet ou à la télévision : les sites dédiés aux éditeurs fleurissent et les émissions à caractère littéraire ne manquent pas.

 

 

 

Que faites-vous avec les livres que vous avez finis ?

J’avoue conserver mes livres comme un collectionneur avec une sorte de fidélité envers les histoires et les auteurs qui me plaisent. J’en donne également, à mes enfants et j’en ai cédé à des associations ou vendu dans des bourses.

Que lisez-vous en ce moment ?

J’ai commencé une trilogie Gallica qui se situe au moyen-âge. Bolhem, un fils de louvetier, se retrouve, suite à des phénomènes inexpliqués, le centre d’intérêt du roi de Gallica, du Vatican, des druides et des moines soldats…

L’auteur Henri Lovenbruck entend aussi défendre certaines valeurs, comme par exemple la préservation d’espèces sauvages menacées (comme les loups).

Commentaires

  • Dominique Edler le 02/05/2012 à 14h27

    J'admets que c'est assez difficile de trouver un éditeur lorsqu'on débute. En ce qui me concerne, ma rencontre avec un éditeur a été tout à fait fortuite. Les éditions Le Pythagore de Chaumont sont également une librairie où je me rends régulièrement . J'ai parlé un jour avec le responsable qui m'a présenté ses ouvrages et m'a dit dit vouloir créer un" "département" polar au sein de sa maison.
    Je lui ai présenté trois manuscrits et il les a acceptés. Mon premier roman a été publié en mai 2011 et mon second est sorti vezndredi dernier. Pourtant, j'écris depuis plus de trente ans et je n'avais jamais osé contacter une maison d'édition, malgré les injonctions de mes proches.
    Maintenant, c'est fait.
    Comme quoi, la chance, parfois...

    http://dom.edler.over-blog.com

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Jean-michel Palacios le 30/01/2012 à 22h17

    mes livres d'école Bonjour à tous,

    Avant de compléter ma bibliothèque qui est déjà conséquente, je me suis lancé le défi de me souvenir de mes livres d'enfance et d'adolescence, de ceux dont l'école, le collège et le lycée "imposent" de lire, de réciter voire de jouer.

    Que de souvenirs en quelques lignes, une quinzaine d'années, c'était hier, enfin presque.

    Alors voici cette bibliothèque, sans prétention, dans laquelle certains pourront s'identifier, du moins je l'espère.

    Jean Anouilh : Antigone.
    Hervé BAZIN : vipère au poing.
    Honoré de BALZAC : les chouans, le colonel Chabert, le lys dans la vallée, illusions perdues, le père Goriot.
    Albert CAMUS : l’étranger, la peste.
    COLETTE : dialogue de bêtes.
    Pierre CORNEILLE : Le cid, Horace.
    Alphonse DAUDET : Tartarin de Tarascon, Le petit chose, Lettres de mon moulin.
    André DHÖTEL : le pays où l’on n’arrive jamais.
    Paul FEVAL : le bossu.
    Gustave FLAUBERT : Madame Bovary, L’éducation sentimentale.
    Alain Fournier : Le Grand Meaulnes.
    Roger FRISON-ROCHE : Premier de cordée, L’appel du Hoggar, La grande crevasse
    Romain GARY : les trésors de la mer rouge, la nuit sera calme.
    Théophile GAUTIER : Le capitaine Fracasse
    Maurice GENEVOIX : La dernière harde, Raboliot, Le roman de renard, La forêt perdue, La Loire.
    Pierre LOTI : Pêcheur d’Islande.
    Guy de MAUPASSANT : Boule de suif, Bel-ami, La Horla.
    Michel de MONTAIGNE : Les essais, Journal de voyage.
    Charles PERRAULT : Les contes.
    Jean-Baptiste Poquelin dit MOLIÈRE : les fourberies de Scapin, le malade imaginaire.
    Jacques PREVERT : Paroles.
    François RABELAIS : Gargantua.
    Jean RACINE : Andromaque.
    Jules RENARD : Poil de carotte.
    Arthur RIMBAUD : le dormeur du val.
    Jules ROMAINS : Knock ou le triomphe de la médecine.
    Pierre de RONSARD : Mignonne, allons voir si la rose.
    Robert SABATIER : Les allumettes suédoises, Trois sucettes à la menthe
    Antoine de SAINT-EXUPERY : Courrier sud, Vol de nuit, Terre des hommes, Le Petit Prince.
    George SAND : La petite fadette.
    Henri Beyle dit STENDHAL : le rouge et le noir, la chartreuse de Parme.
    Eugène SUE : les mystères de Paris.
    Henri TROYAT: La neige en deuil, les semailles et les moissons.
    François VILLON : la ballade des pendus.
    François-Marie AROUET, dit VOLTAIRE : Candide, Zadig.
    Emile ZOLA : Germinal, Nana.

    Voilà, j'en ai certainement oublié mais ces auteurs et ces titres me reviennent. En tout cas, voilà une bibliothèque de mon enfance.

    A bientôt
    JM

    ps : merci de corriger les erreurs !!!

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Laurent Delorme le 14/01/2012 à 16h47

    Toutes mes félicitations pour cette récompense qui semble être tout à fait méritée. Je vous souhaite une excellente année 2012 avec des livres passionnants et une formidable envie de les partager.
    Cordialement

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Jean-michel Palacios le 14/01/2012 à 13h07

    la lecture met à nu nos sentiments et nos émotions Bonjour à tous,

    A la suite du 1° livre de la trilogie de Gallica, j'ai enchaîné la "gloire de mon père" de Marcel Pagnol, puis "une si belle école" de Christian Signol et j'ai redécouvert des souvenirs de mon enfance. L'école, les instituteurs, les plaisirs simples et innocents.

    Ces auteurs ont un véritable talent pour vous transporter dans "vos" souvenirs et vous bouleverser en même temps. L'émotion est telle à certains passages qu'il n'est pas possible de retenir les larmes et je me demande si l'auteur a pu retenir les siennes au moment où il concevait le texte.

    Je trouve que cette écriture réaliste et pleine de référence à la lumière, aux souvenirs, aux sentiments partagés, à l'espoir de mieux vivre ou de mieux enseigner, l'idée de pouvoir emmener les enfants vers demain avec le maximum d'atouts est touchante à l'extrême.

    La Provence, les Causses constituent également le siège d'univers propices à la vérité des choses. Les gens sont confrontés à des difficultés qu'ils affrontent seul, ou collectivement avec plus ou moins de réussite dans des décors parfois grandioses qui les révèlent à eux-même.

    Voilà ce que je voulais vous écrire sans prétention, avec l'envie de le partager.

    Je vous souhaite pour 2012 de belles lectures et de nombreux voyages intérieures.

    JMP

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Forum

Afficher plus de discussions