La Der des Ders

jeudi 06 novembre 2014

Il y a 100 ans, la Grande Guerre

La Der des Ders

La Grande Guerre ou Der des Ders qui dura quatre ans, de 1914 à 1918 est célébrée pour son centenaire en 2014. Cette terrible guerre a mobilisé nombre de soldats, qui s’ils revenaient du combat passaient la plupart du temps du qualificatif de « poilu » à celui de « gueule cassée ».

De nombreux hommages sont rendus depuis janvier 2014. La littérature foisonne de témoignages et de romans sur cette première guerre mondiale, inspirant toujours les auteurs contemporains dont Pierre Lemaître, prix Goncourt 2013 pour "Au-revoir là-haut".

 

Par Hassina Mimoune

  • Les témoignages

    • Couverture du livre « À l'Ouest rien de nouveau » de Remarque-E.M aux éditions Stock

      À l'Ouest rien de nouveau de Remarque-E.M

      Paru en 1929, le roman décrit la Première Guerre mondiale vue par un jeune soldat volontaire allemand sur le front ouest. Symbole du pacifisme allemand, le roman devient rapidement un best-seller et est suivi par d'autres romans de la même veine.

    • Couverture du livre « Boue Des Flandres » de Deauville M aux éditions Espace Nord

      Boue Des Flandres de Deauville M

      1914-1918. Dans l'horreur de la boue, la fumée, la poussière des tranchées, de soldats ont pris les armes. Des témoignages, souvent ironique, de ce que fut la Grande Guerre. Acteur et spectateur, l'auteur peint la vie des tranchées au quotidien : le sifflement des balles, l'angoisse qui prend au cœur au moment de se lancer dans l'inconnu, l'humidité froide qui raidit les membres durant l'attente...

    • Couverture du livre « Les Memoires D'Un Rat » de Chaine Pierre Fran aux éditions La Maison Du Dictionnaire

      Les Memoires D'Un Rat de Chaine Pierre Fran

      Témoin privilégié de la vie des tranchées, Ferdinand retrace ses années de rat-combattant au côté du soldat Juvenet qui l'a pris sous sa protection. Un tableau original, nourri de réflexions sur la guerre qui, profitant de leur forme fantaisiste, se permettent d'en souligner les absurdités et l'horreur. Un ton légèrement moqueur, parfois amusé ou perplexe, mais jamais cynique.

    • Couverture du livre « Ceux de 14 ; sous Verdun ; nuits de guerre ; la boue ; les Eparges ; Jeanne Robelin ; la joie ; la mort de près » de Maurice Genevoix aux éditions Omnibus

      Ceux de 14 ; sous Verdun ; nuits de guerre ; la boue ; les Eparges ; Jeanne Robelin ; la joie ; la mort de près de Maurice Genevoix

      Ceux de 14 n'est pas seulement un des meilleurs témoignages qui ait été fourni sur la guerre de 1914-1918 ; c'est aussi l'ouvrage d'un maître écrivain. Le mérite particulier de cet ouvrage est qu'il est avant tout humain. L'auteur, qui participe à la grande aventure de ses pareils, en fixe les traits avec une puissance d'expression, une générosité d'âme qui font de telles pages un mémorial inoubliable.

    • Couverture du livre « Le feu » de Henri Barbusse aux éditions Ecole Des Loisirs

      Le feu de Henri Barbusse

      Récit autobiographique, Prix Goncourt 2016, Henri Barbusse a été engagé volontaire à l'âge de 41 ans. En vingt-quatre chapitres, il témoigne de la vie dans les tranchées, des expressions de Poilus... Paru sous forme de feuilleton dans le quotidien L'Oeuvre, son roman sera édité chez Flammarion et considéré comme l'une des œuvres littéraires majeures sur la Première Guerre mondiale.

    • Couverture du livre « J'étais médecin dans les tranchées » de Louis Maufrais aux éditions A Vue D'oeil

      J'étais médecin dans les tranchées de Louis Maufrais

      Août 1914. Louis Maufrais, étudiant en médecine, pense présenter l'internat quand la guerre éclate. Il rejoint alors le front et découvre les tranchées. Il va y rester quatre ans. Quatre ans pendant lesquels il côtoie la mort les pieds dans la boue et les mains dans le sang, jour et nuit enterré au fond de postes de secours secoués par le souffle des obus. Quand il a un moment de repos, il prend des notes, photographie, pour raconter la souffrance, celle de ses camarades, la sienne, mais aussi l'amitié, le burlesque, l'absurde.
      De l'Argonne au Chemin des Dames en passant par Verdun et la Somme, la Grande Guerre racontée au jour le jour et illustrée - fait rarissime - de photos prises par l'auteur du texte.

  • Les romans contemporains

    • Couverture du livre « Au revoir là-haut » de Pierre Lemaitre aux éditions Albin Michel

      Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre

      Rescapés du chaos de la Grande Guerre, Albert et Edouard comprennent rapidement que le pays ne veut plus d'eux. La France glorifie ses morts et oublie les survivants. Albert, employé modeste et timoré, a tout perdu. Edouard, artiste flamboyant devenu une « gueule cassée », est écrasé par son histoire familiale. Désarmés et abandonnés après le carnage, tous deux sont condamnés à l'exclusion. Refusant de céder à l'amertume ou au découragement, ils vont, ensemble, imaginer une arnaque d'une audace inouïe qui mettra le pays tout entier en effervescence...Prix Goncourt 2013.

    • Couverture du livre « 14 » de Jean Echenoz aux éditions Minuit

      14 de Jean Echenoz

      Cinq hommes sont partis à la guerre, une femme attend le retour de deux d’entre eux. Reste à savoir s’ils vont revenir. Quand. Et dans quel état.

    • Couverture du livre « Un long dimanche de fiançailles » de Sebastien Japrisot aux éditions A Vue D'oeil

      Un long dimanche de fiançailles de Sebastien Japrisot

      Cinq soldats français condamnés à mort en conseil de guerre, aux bras liés dans le dos. Cinq soldats qu'on a jetés dans la neige de Picardie, un soir de janvier 1917, devant la tranchée ennemie, pour qu'on les tue. Toute une nuit et tout un jour, ils ont tenté de survivre. Le plus jeune était un Bleuet, il n'avait pas vingt ans. À l'autre bout de la France, la paix venue, Mathilde veut savoir la vérité sur cette ignominie. Elle a vingt ans elle aussi, elle aimait le Bleuet d'un amour à l'épreuve de tout, elle va se battre pour le retrouver.

    • Couverture du livre « La Chambre Des Officiers » de Marc Dugain aux éditions Lattes

      La Chambre Des Officiers de Marc Dugain

      En 1914, tout sourit à Adrien, ingénieur officier. Mais, au début de la guerre, lors d'une reconnaissance sur les bords de la Meuse, un éclat d'obus le défigure. En un instant, il est devenu un monstre, une "gueule cassée". Adrien ne connaîtra ni l'horreur des tranchées ni la peur ou les rats. Transféré au Val-de-Grâce, il rejoint une chambre réservée aux officiers. Une pièce sans miroir où l'on ne se voit que dans le regard des autres. Il y restera cinq ans. Cinq ans pour penser à l'avenir, à l'après-guerre, à Clémence qui l'a connu avec son visage d'ange. Cinq ans à nouer des amitiés déterminantes pour le reste de son existence.

    • Couverture du livre « La vie tranchée » de Benedicte Des Mazery aux éditions Anne Carriere

      La vie tranchée de Benedicte Des Mazery

      Août 1917. Louis, jeune soldat en convalescence à l'hôpital, reçoit une lettre de l'Infanterie le nommant lecteur dans une commission de contrôle postal aux Armées. Désormais, il va ouvrir jusqu'à quatre cents lettres par jour. Traquer les indiscrétions et le découragement. Un roman poignant, qui donne la parole aux anonymes du front : les lettres ouvertes par Louis sont toutes extraites de courriers saisis par l'armée durant la guerre de 1914-1918.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Bibliothèque thématique"

Commentaires

  • Réjane MARTEAU le 12/11/2014 à 14h23

    En cette période de commémoration, les témoignes et reportages affluent, que ce soit à la télévision ou dans les différentes structures littéraires (médiathèques ou autres). Côté lectures, je retiendrai le roman de Pierre Lemaitre "Au-revoir là-haut", justement primé Goncourt 2013.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Olivier Pirou le 11/11/2014 à 21h45

    Bonjour, le commentaire de Philippe résonne particulièrement. D'un côté, la fiction offre une puissance évocatrice inégalable, souvent inaccessible au témoignage d'un seul homme,telles les scènes du Feu de Barbusse. De l'autre, des témoignages poignants et magnifiques, touchant notre empathie comme dans Paroles de poilus.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • nathalie delhaye le 07/11/2014 à 20h51

    Bonsoir,
    J'ai lu un petit ouvrage de Rudyard Kipling "Tu seras un homme, mon fils", suivi des lettres que l'auteur envoyait à son fils en 1915, plutôt témoignage donc, avec un réel décalage entre ce que vivait le jeune homme et ce que s'imaginait son père... On retrouve d'ailleurs ce décalage dans "Les feux de l'automne", d'Irène Némirovsky, qui est un roman. J'ai fortement apprécié le livre "Le chemin des âmes", de Joseph Boyden, qui nous apprend que tant de soldats, dont des Amérindiens, sont venus se battre en 14-18 sur nos terres. C'est un livre poignant. "14", de Jean Echenoz, m'a semblé très visuel, certainement basé sur de nombreux témoignages. Témoignages ou fictions, je crois que les livres relatant les guerres doivent de toute façon s'appuyer sur des bases concrètes.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Philippe Taulet le 06/11/2014 à 17h36

    Bonjour,
    Pour ma part j'ai adoré le roman de Dorgelès "Les croix de bois" et celui d'Henri Barbusse "Le feu". Puissance dans la narration, extraordinaires témoignages de ce que fut la grande guerre. Mais l'ouvrage "Parole de poilus" reprenant des lettres envoyées aux familles par des hommes sur le front témoigne aussi de façon magistrale de ce que fut la réalité de la guerre.
    Alors mon choix sera simple: préférence au roman mais avec l'appui de témoignages pour venir illustrer le propos d'un auteur.
    Bien amicalement, Philippe

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • lecteurs.com le 06/11/2014 à 14h51

    La Grande guerre Les commémorations invitent à se replonger dans l'histoire, préférez-vous les romans ou les témoignages ?

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Olivier Pirou le 26/12/2013 à 08h23

    Le (magistral) Feu de Barbusse pourrait trouver sa place dans cette liste.

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Où trouver « À l'Ouest rien de nouveau » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions