La Bibliothèque des souvenirs

jeudi 09 décembre 2010

La Bibliothèque des souvenirs

 

On les a tous lus , et on s’en souvient. Ou alors on ne les a pas lus, ces livres fondateurs de l’inconscient collectif des trentenaires et quarantenaires, mais ça nous dit quelque chose quand même. 

 

 

 

 

 

 

Le Grand Meaulnes, d'Alain-Fournier
Le seul roman de cet auteur, publié en 1913, et qui raconte une amitié forte entre deux écoliers.

 

 

 

Le Parfum, Patrick Süskind
L’histoire d’un sociopathe du XVIIIe siècle qui n’a aucune odeur corporelle propre et tâche à travers différents meurtres de composer des parfums inédits.

 

 

Le Petit Prince, d'Antoine de Saint-Exupéry
Chapitre après chapitre, un petit garçon fait la connaissance de personnages étranges et poétiques à travers lesquels il fait la connaisance du monde des adultes. Onirique, symbolique, un classique incontournable dans l’imaginaire collectif.

 

 

L’Alchimiste, de Paolo Coelho
Un jeune berger qui découvre sa légende personnelle grâce à un roi et un alchimiste. L'histoire est en partie inspirée du Conte des deux rêveurs, une nouvelle de Jorge Luis Borges.

 

 

L’Amant, de Marguerite Duras
Ce roman autobiographique de la jeunesse de Duras en Asie, et sa liaison amoureuse avec un riche Chinois lui a valu de recevoir le Prix Goncourt en 1984.

 

 

Le Monde selon Garp, de John Irving
Bonheurs, questionnements et quelques angoisses d’un homme, écrivain de son état, sur son sujet favori : les femmes. Le roman d’un écrivain sur un autre, pétri d’ironie et d’une verve littéraire qui fait la patte d’Irving. 

 

 

Le Rouge et le Noir, de Stendhal
C'est le deuxième roman de Stendhal, après Armance, publié en 1830. La vie et l’ascension de Julien Sorel, jeune provincial « monté » à Paris, déchiré entre ses passions et son ambition.

 

 

Le Comte de Monte-Cristo, d'Alexandre Dumas
Adapté d’une histoire réelle, le roman publié en 1844 raconte l’histoire d’un homme injustement accusé de bonapartiste, jeté en prison pendant 14 ans, qui se venge une fois sorti d’affaires et sa fortune faite.

 

 

Le Portrait de Dorian Gray, d'Oscar Wilde
Roman du dandysme absolu, entre philosophie et fantastique : l’histoire d’un homme très beau, insensible aux outrages du temps dont le portrait, lui, porte peu à peu tous les stigmates de la vieillesse et de ses bassesses.

 

 

L’Etranger, d'Albert Camus
Tout commence quand le héros de l’histoire se rend à l’enterrement de sa mère. Le livre  impressionne par le style blanc, épuré à l’extrême qui sert plus une philosophie qu’une simple histoire d’errance.

 

 

1984, de George Orwell
L’une des références du roman d’anticipation, publiée en 1949. Le roman met en scène une Angleterre paralysée par une dictature policière et totalitaire, trente ans après une guerre nucléaire entre l’Est et l’Ouest.

 

 

Gatsby le magnifique, de Francis Scott Fitzgerald
New York dans les années 20, un homme étrange, millionnaire au passé trouble, tente, par amour, de faire sa place dans une société bourgeoise codifiée, très fermée sur elle-même. Une tragédie classique, mal accueillie au moment de sa parution en 1925.

 

 

Au bonheur des dames, d'Emile Zola
C’est le onzième tome de la saga des Rougon-Macquart. A travers l’histoire d’Octave Mouret, inspiré par Auguste Hériot, co-fondateur des Grands Magasins du Louvre, se dévoile l’aventure des grands magasins de Paris. 

 

 

Le livre de ma mère, d'Albert Cohen
Le livre le plus personnel de l’auteur de Belle du Seigneur, qui se confie après la mort de sa mère. Le portrait d’une mère qui atteint là une portée universelle.

 

 

Les Mots, de Jean-Paul Sartre
L’autobiographie de Jean-Paul Sartre, de sa petite enfance au début de l’adolescence.

 

 

Karine Papillaud

Commentaires

Où trouver « L''alchimiste » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions