La Belle et la bête... mais sans happy end

mardi 21 février 2017

La Belle et la bête... mais sans happy end

Ne vous fiez pas au titre, Je dansais, celui du nouveau roman de Carole Zalberg (Grasset). Rien à voir avec l’évocation d’éventuels souvenirs de tutu de la part de l’auteure. Je dansais raconte le rapt et la claustration d’une toute jeune fille de 13 ans par un homme, lui-même défiguré après un incendie. Pendant trois ans de réclusion, la jeune fille n’aura de cesse que de résister, malgré elle parfois, dans l’épouvante bientôt annulée par la résignation. Comment meurt-on à soi-même ? Où va se nicher l’humanité quand on n’est plus qu’un objet, l’être disjoint d’un corps qu’on ne peut reconnaître comme sien ? Et aussi, qu’est-ce qui préserve l’être dans une vie sans autre choix que celui de la violence ? Ces quelques questions débordent formidablement un texte bouleversant qui ne penche jamais dans la facilité d’une empathie prévisible.

 

A priori, on n’a pas envie de lire un livre qui aborde ce sujet. On se souvient encore du Claustria de Régis Jauffret, qui traitait de l’affaire Fritzl, un sujet connexe, et l’on se dit que la période, morose, invite à plus de fraicheur dans ses choix de lecture. On se trompera, et fortement. Laissez-vous prendre au titre, il emmène plus loin qu’on ne le pense. Mais comment diable Carole Zalberg a-t-elle réussi à écrire une histoire pareille ? Car si ce fait divers fictif trame l’histoire, il n’en est en fait que le prétexte.

 

Parlons un peu de la forme. L’auteure donne la parole à tous ses protagonistes à travers un « je » exigeant, dans ce roman qui résonne comme une tragédie : deux personnages principaux, Marie et Edouard, la victime et le bourreau ; plus tard et crescendo vers le dénouement, le petit ami puis le père et la mère ivres de rage et de chagrin. Enfin, un chœur qui prend la forme de la voix des jeunes filles suppliciées sur l’autel de la violence des mâles, incarnée en fanatisme religieux, dans ces régions où la guerre insulte l’humanité. Carole Zalberg s’emploie à décrire ce qui meurt et ce qui reste de la fragilité des femmes et des enfants quand leurs corps sont l’objet de trafics et de prédation.

 

Impossible de faire l’impasse sur l’écriture de Carole Zalberg, la clarté troublante de sa ligne de narration, la fluidité et l’emploi toujours net et juste du moindre mot, sans impudeur ni larmes. Je dansais fait du lecteur un funambule au pas sûr et léger dans un texte qui évite une multitude d’écueils et de facilités. On tremble de voir le texte s’échouer sur tel ou tel écueil prévisible dans ce genre d’histoire difficile. Et puis non, la grâce de l’écriture de Carole Zalberg, mûre, sûre, aboutie, fait magie d’une lie. La langue est la force et la clef de ce roman dur et magnifique. La langue d’un écrivain, ce bien qui nous est commun et qui nous emmène également dans ce qui nous dépasse et transcende l’état d’humanité. Carole Zalberg en tient la promesse, dans sa singulière élégance.

 

 

Retrouvez la chronique de Joëlle pour cette pépite de la rentrée littéraire.

 

En partenariat avec les éditions Grasset, nous vous proposons de gagner l’un des exemplaires de Je dansais de Carole Zalberg mis en jeu.

Dites-nous en quelques mots (dans la partie commentaires, ci-dessous) pour quelle raison vous souhaitez le lire, pour l’auteur, pour l’intrigue, par curiosité, où simplement par ces chronique ?

N'oubliez pas que pour participer vous devez être connecté avec votre profil, et que vous devez avoir complété votre profil avec vos 10 livres préférés et au moins 3 ou 4 avis. Vous avez jusqu’au 27 février.

 

Merci à tous pour votre participation, vous avez été nombreux à participer pour tenter de gagner le roman de Carole Zalberg « Je dansais ». Bravo aux gagnants : Marie-Christine Petitguyot, Dominique Lignian, Geneviève Munier, Catherine Hollié, Frederique Letilleul

Un mail vient de vous être envoyé pour vous demander vos coordonnées.

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Je dansais » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com