Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

"Efface toute trace", l'enthousiasmant nouveau roman de François Vallejo - Rentrée littéraire 2020

lundi 31 août 2020

Un roman à tiroirs original et addictif

"Efface toute trace", l'enthousiasmant nouveau roman de François Vallejo - Rentrée littéraire 2020

Première chronique consacrée au nouveau roman de François Vallejo, Efface toute trace (Viviane Hamy) : le roman a enthousiasmé Olivier, membre des Explorateurs de la rentrée littéraire 2020.

 

Bienvenue dans le monde des passionnés propriétaires d'œuvres d'art contemporain (que l'on se rassure ce n'est pas un traité de ce style) qui semblent être, aux quatre coins du monde, souvent à l'origine d'empires économiques (ancienne ou nouvelle économie), mais surtout victimes de décès violents sans que toutefois les enquêteurs traditionnels de chaque pays aient eu l'occasion de les lier entre eux....

C'est donc une sorte de guilde de propriétaires de ce style qui va appeler à la rescousse un expert de ce domaine, le narrateur, afin d’enquêter dans la discrétion. Il n'y a ici aucun membre du FBI, ni détails des scènes de crimes, ni pathos, juste une réflexion, l'étude des profils des victimes comme des artistes contemporains et on se prend au jeu facilement.

 

A la fin des 100 premières pages, je savais que c'était un roman dont le style est nouveau et à l'écriture spécifique et originale. Pari tenu pour François Vallejo qui a fait de ce roman une lecture addictive jusqu'aux termes de son récit. 

Après la mise en place et le relevé de morts suspectes aux quatre coins de la planète dont seul le narrateur arrive à déterminer les liens, c'est le portrait de celui que notre narrateur assimile au commanditaire de ces morts suspectes qui prend place dans le texte. Après une succession d'intuitions que Sherlock Holmes n’aurait pas reniées, de petites enquêtes de proximité sans le début d'une preuve, notre expert entre en contact avec un mystérieux "jv". 

C'est alors l'histoire d'un dessein exceptionnel ; celui d'un artiste passant du statut d'illustre inconnu à celui de la valeur sûre et recherchée auprès des collectionneurs, avec à la clé une inflation exceptionnelle du prix de ses œuvres. Paradoxe absolu, il attend qu'après avoir dépensé de telles fortunes pour ces dernières, ses acheteurs les détruisent. La folie criminelle et artistique, la manipulation, le détournement, l’escalade est assez jouissive pour le lecteur. Notre expert s'égare-t-il, deviendra-t-il un aficionado ?


Critique non camouflée d'un monde moderne où les œuvres d'art contemporaines sont souvent le résultat du travail de personnalités mystérieuses, jouant l'anonymat et dont la côte s'envole sans réelle explication... Critique de ces collectionneurs qui se lancent avec leur fortune dans une surenchère, Réflexion sur la perversité de certains de ces créateurs ou collectionneurs, réflexion sur l'éthique dans ce domaine, sur la définition de l'Art de nos jours, Efface toute trace est un roman à tiroirs pour lequel on devine que François Vallejo s'est particulièrement documenté. Ethique, esthétique, meurtre, vanité : Passionnant.


Olivier Bihl

 

Découvrez les 50 romans

des Explorateurs de la rentrée littéraire 2020

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Explorateurs"

Commentaires (5)