Chronique du règne de Nicolas Ier de Patrick Rambaud

mercredi 17 mars 2010

Voltaire peut aller se rhabiller !

Chronique du règne de Nicolas Ier de Patrick Rambaud

Pour Patrick Rambaud, la seule façon de protester contre l’arrivée de Nicolas Sarkozy à la tête de la France, passait par l’écriture. Cet ancien d’Actuel, rompu aux parodies (Le tronc et l'écorce, pastiche de François Mitterrand, La farce des choses, Simone de Beauvoir ou Un navire dans tes yeux, Françoise Sagan), a évidemment choisi la satire.

 

 

 

 

 

 

 

Avec La Chronique du règne de Nicolas Ier (Grasset), Patrick Rambaud s’est donné pour pari de chroniquer année après année le « règne » du Ve président de la Ve République. L’idée naît au soir de l’élection en mai 2007, le premier volet de la saga présidentielle sort en janvier 2008. La presse et le public se sont rués sur le livre et en ont fait un best seller pas comme les autres. Fasciné par l’engouement que ce premier opus a suscité, l’écrivain spécialiste des guerres napoléoniennes a décidé de continuer sa croisade, comme un véritable « acte de résistance ».

Si elle n’était cathartique, l’entreprise serait douloureuse pour un adversaire convaincu de celui qu’il appelle, entre autres, « sa phosphorescente majesté » ou « Trésor national vivant », ainsi qu’on appelle au Japon les artisans ou artistes vivants. La démarche est autant celle d’un mémorialiste saint-simonien que d’un journaliste à la André Ribeau qui publiait « La Cour » dans le Canard enchaîné dans les années 60. Malicieux, Rambaud a même glissé quelques lignes de Saint-Simon dans ses deux livres, à l’insu de tous : un passage sur Fénelon dans le portrait du Duc de Villepin de la première Chronique, sur le Duc de Vendôme pour le baron Bertrand dans la deuxième.

Désormais, des indiscrétions lui parviennent du Château. Mais elles ne font que conforter ce que l’intuition du romancier, relayée par un travail de documentation considérable lui suggère. Le troisième épisode de La Chronique commence avec la crise financière. Ségolène Royal y fait son entrée comme « Archiduchesse des Charentes ». L’auteur imagine déjà une comparaison à la Plutarque avec celui qu’il nomme aussi « Notre étincelant Leader ».

Chronique du règne de Nicolas Ier, Patrick Rambaud, Grasset, 2008

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Où trouver « Chronique du règne de Nicolas Ier » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions