Betty d'Arnaldur Indridason

vendredi 25 novembre 2011

Toi, le venin

Betty d'Arnaldur Indridason

Loin de sa série mettant en scène le célèbre commissaire Erlendur, l'Islandais Indridason nous surprend avec un bijou noir dans lequel le lecteur se laisse délicieusement piéger…

« […] je ne savais rien sur Betty, à part que je l'aimais plus que ma propre vie. Il n'est sans doute bon pour personne d'aimer comme j'aimais Betty. Dans mon cas, ça s'est terminé par une tragédie. »

 

 

 

 

 

 

L'auteur de cet aveu n'est autre que le narrateur du roman qui, du fond d'une cellule de détention provisoire, va remonter le fil d'une histoire ambiguë de sexe et de mort. Tout commence comme un rêve qui dérape en fait divers tragiquement banal : une femme terriblement séduisante propose au personnage principal de travailler pour son mari, riche armateur à la recherche d'un conseiller juridique. Troublé par l'insistance de Betty qui ne tarde pas à lui faire des avances, notre héros se laisse tenter par cette épouse à protéger car « parfaite » victime d'un mari violent.

A partir d'une trame classique maintes fois revisitée par les maîtres du roman noir – la citation en exergue du mythique Le facteur sonne toujours deux fois de James M. Cain en témoigne –, à savoir le trio mari brutal trompé/femme fatale/amant naïf piégé – Indridason courait le risque de ne pas faire preuve d'originalité. Pour une raison cruciale révélée au beau milieu du récit mais qu'il me faut taire afin de ne pas trahir la surprise du coup de théâtre, le lecteur tombera comme votre libraire sous l'emprise de ce puissant philtre amoureux et romanesque.

Soumis aux interrogatoires de la police, dont un certain Erlendur qui fait une brève mais remarquée apparition pour les fans de la série (bien que ce court roman soit écrit avant), le narrateur pourra-t-il enrayer la parfaite mécanique de l'attraction pour la sulfureuse Betty ? Qui manipule qui ? Et pour quelle obscure raison ? C'est tout l'enjeu du secret tissé autour de l'énigme féminine (méfiez-vous des apparences !) qu'il faudra lever pour espérer vous désensorceler de ce « Dahlia noir » tout droit venu d'Islande.

Véronique Marro, Librairie Mollat (Polar, SF)

Betty, Arnaldur Indridason, Métailié, (2011)

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Commentaires

  • Jean-michel Palacios le 21/01/2012 à 20h55

    l'enquête menée par les yeux de la victime !!! J'ai lu ce livre d'A Indridason d'un jet, avec une curiosité particulière puisqu'il nous entraîne dans un autre univers, très différent de celui de son enquêteur habituel, le commissaire Erlendur.

    Bien sûr c'est toujours l'Islande mais là, nous sommes dans l'intimité d'une relation bien déroutante et qu'on ne peut dévoiler sans trahir l'histoire et son intérêt.

    Nous sommes pris au piège, entraîné avec la victime dans son amour démesuré, vers un enfermement dans tous les sens du terme.

    Tout y contribue, le froid, la neige, le nom des personnages et des villes, la société mondaine, l'argent, une relation amoureuse destructrice...

    Aimerez-vous ?
    Un coup de coeur pour moi.
    JMP

    thumb_up J'aime flag Signalez un abus
  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com

Où trouver « Le dahlia noir » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Forum

Afficher plus de discussions