Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Attention, une grossesse peut en cacher une autre : voici la lecture de juillet

jeudi 25 juin 2020

Tentez de gagner "Mauvaise graine", le livre qu'il faut absolument emporter en vacances !

Attention, une grossesse peut en cacher une autre : voici la lecture de juillet

Julie, c’est vous, c’est moi, une institutrice dans la trentaine, sans histoires, célibataire avec amis, suffisamment délurée pour savoir s’amuser. Jusqu’au jour où elle tombe enceinte… sans savoir de qui. Mais ce n’est que le tout début de Mauvaise graine de Nicolas Jaillet (La manufacture de Livres).

Nicolas Jaillet a l’âge d’avoir regardé Super Jaimie quand il était enfant, et fréquenté des femmes enceintes et leurs sautes d’humeur. Il a l’âge aussi de s’être penché sur la question de l’égalité hommes-femmes et sur un féminisme non dogmatique. C’est en tout cas ce qu’on peut présumer de la lecture de Mauvaise graine, qui commence comme un Bridget Jones. Julie tombe donc enceinte et décide de garder l’enfant, au grand dam de sa gynécologue qui, curieusement, la pousse à avorter dans une clinique qu’elle lui recommande expressément.

Reste à trouver qui, parmi ses amis, aurait pu lui  faire cette petite surprise un soir de grande débauche d’alcool.

 

C’est à ce moment précis que le livre pourrait virer vers le burlesque facile, le chassé-croisé de portraits et de malentendus, mais son auteur choisit la voie du thriller. Julie se découvre des facultés un peu étonnantes quand elle est énervée. Elle devient une sorte de Hulk, sans la couleur ni les vêtements déchirés. Elle comprend que quelque chose ne tourne pas rond quand une chasse à l’homme, ou plutôt à la femme, s’organise à ses dépens, tandis que son ventre s’arrondit toujours plus.

Impossible d’en raconter davantage, sans révéler le pot aux roses qui fait partie des joies de ce roman. On notera toutefois que l’auteur a parfaitement métabolisé les enjeux financiers des docteurs Folamour contemporains, et qu’il a préféré l’humour à la morale, pour le plus grand plaisir de son lecteur.

 

Mauvaise graine est un roman trépidant, qui se lit sans relâche, dans la voix parfaitement posée d’une narratrice qui ne mâche pas ses mots et ne recule devant aucun coup de poêle à frire. De façon plus large, on dira que c’est l’histoire d’une femme qui découvre les super pouvoirs que chacun possède sans oser les imaginer ; les situations extrêmes favorisent les audaces, les grossesses aussi. Peut-être que Nicolas Jaillet invite à penser l’époque et l’intérêt qu’elle porte de plus en plus aux ventres des femmes comme leviers économiques, mais il dit aussi qu’il y a moyen de ne pas subir les choses, voire de les transformer à son profit : le pot de terre peut gagner contre le pot de fer.

Un livre intelligent, malin même, drôle, qui évite les chausse-trappes des littératures de genre qu’il traverse et impose son ton. Un vrai bon moment.

Karine Papillaud

 

On aime, on vous fait gagner Mauvaise graine, de Nicolas Jaillet

En partenariat avec les éditions La manufacture de livres, tentez votre chance pour recevoir un exemplaire du livre Mauvaise Graine.

Pour participer, répondez aux 3 questions ci-dessous dans la partie "Commentaires" au bas de l'article.

1. Quelle est la profession de l’héroïne du roman Mauvaise Graine qui découvre que sa grossesse lui donne des super-pouvoirs
a. Journaliste
b. Vétérinaire
c. Institutrice
2. Qui est dans la littérature jeunesse cette adolescente superhéroïne masquée qui réalise des exploits hors du commun ?
a. Julie
b. Fantômette
c. Super-masquée
3. Quel matériau imaginaire présent dans l’univers des super-héros DC est le point faible de Superman ?
a. La Superonite
b. La Kryptonite
c. Supermanonite

 

N’oubliez pas que pour participer et poster votre commentaire, vous devez être connecté avec votre profil, et l'avoir complété avec au moins vos 10 livres préférés et quelques avis sur vos lectures. Attention, pensez à vérifier que vos coordonnées (nom, prénom, adresse) sont bien inscrites dans votre profil.

Vous avez jusqu'au 15 juillet.

 

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Chronique"

Commentaires (80)