A Valence, un Salon du Livre Jeunesse qui met la lecture au cœur de la vie d’un quartier

mercredi 15 mai 2019

Chaque année, l’Association drômoise pour la lecture embarque parents et enfants dans une belle aventure

A Valence, un Salon du Livre Jeunesse qui met la lecture au cœur de la vie d’un quartier

Tous les ans depuis 2001, dans le quartier du Plan à Valence (Drôme), la lecture et le livre jeunesse sont merveilleusement mis à l‘honneur auprès des écoliers locaux, grâce aux actions de l’Association drômoise pour la lecture (ADL).

 

Le point d’orgue en est incontestablement le Salon du Livre Jeunesse (le dernier s’est tenu du 11 au 16 mars 2019), un événement qui permet notamment aux jeunes lecteurs de rencontrer les auteurs invités. Mais la grande force de ce salon, c’est de faire vivre ce quartier au rythme de l’amour de la lecture tout au long de l’année scolaire. Une réussite rendue possible par le travail réalisé avec passion par l’ADL, une association soutenue par la Fondation Orange dans le cadre de ses projets d’accès à la lecture.

Pour en savoir plus, nous nous sommes rendus sur place et avons été accueillis par M. Serge Bessede, président de l’ADL. La rencontre s’est déroulée dans l’école élémentaire que M. Bessede dirige, en plein cœur du quartier du Plan.

 

 

 

La lecture, facteur de liberté et d’émancipation

Pour comprendre les spécificités du travail réalisé par l’ADL, il faut un aperçu du contexte dans lequel il est effectué. Comme le précise Serge Bessede, le quartier du Plan (5 000 habitants) est classé Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) et les familles qui y résident sont confrontées au quotidien à de nombreuses difficultés.

Dès les années 1990, une idée s’impose : pour que les enfants accèdent à la lecture et y prennent goût, il faut absolument impliquer leurs parents. Mais comment faire quand ceux-ci sont bien souvent dans l’incapacité de lire en français ? En développant par exemple des ateliers de lecture pour adultes et plus largement en les associant aux projets sur lesquels leurs enfants travailleront.

Aujourd’hui, dans ce quartier quelque peu coupé du reste de l’agglomération valentinoise, cet enjeu est plus crucial que jamais : « Notre objectif est d’installer le livre comme un élément indispensable du quotidien, et de défendre la lecture qui émancipe », insiste Serge Bessede. « Par exemple, en janvier, nous organisons des réunions avec les parents d’élèves, qui choisissent quels auteurs rencontrer dans le cadre du salon. »

Cette implication est le socle qui permet à la lecture d’irriguer le quartier, un besoin absolument vital pour le président de l’ADL : « Il y a un besoin de verticalité du langage, sinon il y a un risque d’asphyxie culturelle. Le langage est un outil au service de la pensée, c’est sur cette base que l’on donne du sens. »

 

 

Lecture, partage et transmission

62 classes participent au Salon du Livre jeunesse que l’ADL organise, et le fait de placer les ouvrages et les auteurs au cœur de l’année scolaire permet d’alimenter toutes les matières étudiées à l’école.

Au-delà de la langue française, les écoliers ont ainsi pu travailler la géographie en s’appropriant Le Voyage d’Oregon ou encore les arts plastiques quand il s’agit de s’inspirer des illustrations des livres sélectionnés, ou de proposer leurs propres variations sur les affiches officielles du Salon. C’est aussi l’occasion bien sûr de rencontrer les écrivains, comme cela a été le cas récemment avec l’auteur jeunesse Thomas Scotto, qui a passé une semaine sur place avec l’ADL. Son livre Une somme de souvenirs a ainsi permis aux enfants de travailler sur les thèmes de la mémoire et de la transmission.

C’est tout sauf un hasard, comme l’explique Serge Bessede : « Les enfants d’ici sont des petits déracinés, et les auteurs sont dans une forme d’universalité. D’ailleurs, le Salon ne se limite jamais à un thème défini : il faut pouvoir traiter de tout, tout le temps ! ».

Mais attention, si son enthousiasme est communicatif, M.Bessede ne perd pas l’essentiel de vue et ne quitte jamais sa casquette de directeur d’école : « Les enfants, il faut les mettre tout de suite au travail sur tous ces livres ! ».

 

Communiquer à tous les jeunes du quartier le plaisir de lire et éveiller leur curiosité à chaque instant, c’est un défi que l’ADL relève tous les ans et qui fait le bonheur de tous. Fier de cette réussite et de cette longévité, le président de l’association conclut d’ailleurs dans un sourire : «  Vous savez, les enfants d’ici sont persuadés que dans tous les quartiers du monde, il y a des salons comme le nôtre, avec des rencontres d’auteurs… Ils sont surpris quand ils découvrent que ce n’est pas le cas ! »

 

Propos recueillis par Nicolas Zwirn

 

Merci à Serge Bessede et à l'ADL, voici le site officiel du Salon du Livre Jeunesse

À découvrir aussi

Voir plus d'articles "Tendance"

Commentaires

Forum

Afficher plus de discussions